Stemp Caen n°3 sep/oct 2011
Stemp Caen n°3 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Air de Com

  • Format : (192 x 271) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 27,3 Mo

  • Dans ce numéro : Deauville... de plaisirs en découvertes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Franck Castel photographies DECOUVRIR DECOUVRIRdans le Calvados I, „ « _. Il était une fois... Deauville De plaisirs en découvertes, unique et inoubliable... 18 - Sept/oct 2011 - STEMP CAEN N°3 Quelques arpents de marais et de dunes, dont le fils d'une reine tomba tellement amoureux qu'il décida de les transformer en « royaume de l'élégance ». Quand il est question de passion, aucun conte de fée ne paraît inaccessible, surtout si l'on s'appelle Charles, Duc de Morny, fils naturel de la Reine Hortense de Beauharnais et demi-frère de l'Empereur Napoléon III. C'est ainsi qu'en 1858 est née Deauville dans l'imagination de cet homme d'affaires avisé et visionnaire. DEAUVILLE L’INSPIRATRICE Deauville sort des sables entre 1860 et 1864 avec ses premières villas, un hippodrome -Morny est un passionné de chevaux- et une liaison de chemin de fer reliant Paris. En 1911, c’est de nouveau la rencontre de deux hommes qui donne à Deauville un nouvel essor. Désiré Le Hoc, Maire de la ville, et Eugène Cornuché, qui dirigeait alors le célèbre restaurant Maxim’s à Paris, relancent l’activité de la ville en construisant le casino en 1912 et les grands hôtels (le Normandy en 1912 et le Royal en 1913). Les plus grands noms du monde des affaires et des têtes couronnées se pressent à N C n'-41 Deauville, c’est « La Belle Epoque ». La ville inspire également de nombreux artistes comme Coco Chanel, qui y ouvre l’une de ses premières boutiques, le déjà reconnu couturier Paul Poiret, de nombreux peintres comme Dufy, Fujita, Van Dongen, des écrivains, des poètes, des caricaturistes, tels Apollinaire, Sacha Guitry, Colette, Sem, etc. Cet engouement pour Deauville se poursuit tout au long des « Années Folles ». La station balnéaire continue alors son évolution  : un second hippodrome voit alors le jour en 1928, ouverture de l’Hôtel du Golf et de son parcours en 1929, création de l’aéroport en 1931… L’OUVERTURE À L’INTERNATIONAL Après la Seconde Guerre mondiale, Deauville continue son embellissement et commence à recevoir des visiteurs toute l’année. Les courts séjours de fin de semaine deviennent fréquents et la ville s’ouvre de plus en plus à l’international. En 1962, Michel d’Ornano devient Maire et Lucien Barrière succède à son oncle
17m. François André à la tête des grands hôtels et du casino. Ensemble, ils poursuivent le développement de la station balnéaire  : construction de la piscine olympique d’eau de mer, du centre de thalassothérapie… La caméra du réalisateur Claude Lelouch et ses « Chabadabada… » offrent à Deauville un coup de projecteur mondial liant la ville à tout jamais au romantisme. Son film « Un homme et une femme » reçoit la Palme d’Or au Festival de Cannes en 1966, deux Oscars à Hollywood et 47 récompenses internationales. En 1977, Anne d’Ornano succède à son époux à la Mairie. Soucieuse de faire vivre sa ville à l’année, elle inaugure le Centre International de Deauville en 1992, aujourd’hui haut lieu du tourisme d’affaires. 7f.. * y,•. T.emwvm  : wwr:rr.m•1e..r.n,, u-• `111.111 D E C O U V R I R D E C O U V R I R D E C O U V R I R D E C O U V R i Depuis 2001, Philippe Augier, Maire, poursuit l’évolution de Deauville et investit dans de nouveaux équipements – pôle culturel, complexe équestre, aménagement de la presqu’île de la Touques-, protège et valorise le patrimoine, et accentue la politique événementielle et culturelle. cRi.%cfrikvi+ ! VY. AA:'ITI.,..,•. j ty r w.m11amwm.anr..r•.Mi UNE POLITIQUE LA CULTURE A À DEAUVILLE ÉVÉNEMENTIELLE FORTE f Deauville ajoute au fil des années de grands événements à son calendrier  : le Festival du Cinéma Américain, rendez-vous des étoiles américaines depuis 1975, et le Festival du Film Asiatique, créé en 1999, les courses hippiques toute l’année grâce à l’installation en 2003 d’une piste tous temps, des ventes aux enchères internationales de chevaux, une compétition annuelle de polo, réunissant les meilleurs joueurs du monde, le Grand National de saut d’obstacles et RIDE (Rencontres internationales des disciplines équestres), qui parachèvent les liens qui unissent Deauville et le cheval. Deauville, c’est aussi la rencontre des mondes et des cultures (Women’s Forum for the Economy and Society depuis 2005), et des innovations (Omnivore Food Festival depuis 2008). Deauville est également le théâtre idéal d’une pause culturelle loin de l’agitation des grandes villes. Outre les cinémas d’Asie et d’Amérique, les festivals de musique (Festival de Pâques depuis 1997 et Août musical créé en 2002) sont les points d’orgue de nombreux rendez-vous tout au long de l’année. Deauville perpétue la tradition de son passé culturel, en proposant chaque année des spectacles, où l’on se réjouit de retrouver des oeuvres majeures du passé (théâtre, danse, etc.), de découvrir de nouvelles tendances (danse urbaine, chanson, jazz, etc.), d’échanger avec des écrivains, invités du Salon du Livre « Livres & Musiques » et de « Deauville à livres ouverts », d’évoquer son histoire lors des conférences et expositions. Aujourd'hui, un siècle et demi plus tard, la magie opère plus que jamais. Deauville a su grandir harmonieusement en préservant sa beauté et ses racines, tant culturelles qu'architecturales, et ajoute en permanence à son statut de ville élégante, celui d'une ville moderne et bien équipée. De plaisirs en découvertes, Deauville dévoile ainsi ce qui la rend unique et inoubliable... www.deauville.org Département du Calvados STEMP CAEN N°3 - sept/oct 2011 - 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :