Stemp Caen n°2 jui/aoû 2011
Stemp Caen n°2 jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Air de Com

  • Format : (184 x 260) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 25,5 Mo

  • Dans ce numéro : événement... le festival du film romantique de Cabourg.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 - Juillet-août 2011 - STEMP CAEN N°2 Caroline Deleens
PORTRAIT PORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAIT de Caen à ailleurs Fan Bingbing, une des plus grande actrice chinoise Yunan,actrice avec son Ours d'or il y a 3 an Sophie Thalman en Mushi lors d'une émission presentee par Michel Drucker ft Caroline Deleens Créatrice de mode à Pékin... Sa marque, « Mushi », est un beau succès. Comment est née votre passion pour le stylisme et la mode en général ? Ma passion pour la mode est née très jeune, vers dix ans. Mon environnement y a joué beaucoup, deux grands mères étaient couturières, dont une dans la fourrure, et ma mère, artiste peintre. Très féminines et très élégantes  : ces femmes ont été des modèles pour moi, des inspirations. Elles m’ont appris le beau, l’élégance et le raffinement. Petite, mon père voyageait beaucoup, il faisait le tour du monde. Il revenait avec des kimonos japonais, des robes chinoises, des bijoux indiens, des boubous africains, etc. Toutes ces merveilles venues d'ailleurs m'ont vite inspiré et donnaient envie de créer. Jeune, ma mère m'achetait les derniers magazines de mode, et je me suis pris de passion pour Jean-Paul Gaultier. Au collège j’avais des photos de lui collées dans mon agenda… il me fascinait… C’est lui qui m’a donné envie de faire ce métier et de créer un univers, de créer ma propre marque. Vous avez passé votre adolescence à Pékin, puis vous avez effectué 3 ans d'études à ESMOD Paris, vos influences artistiques doivent être riches et diverses, comment créez-vous ? La création me vient des voyages et de ses richesses, du cinéma, de la littérature, de l'actualité... De tout ce qui m'entoure et me touche. Le fait d’avoir maintenant 2 cultures en moi est un privilège. La chine est un pays très enrichissant. Vous êtes jeune, travaillez-vous seule, êtes-vous aidée ou conseillée pour réussir commercialement ? Je crois savoir que vous allez ouvrir une deuxième boutique à Pékin... J’ai 34 ans aujourd’hui, j’en avais 24 quand je me suis lancée. Je suis aidée par mon équipe (environ 10 pers), de mes parents, qui sont là pour me conseiller, de mon père en tant que chef d’entreprise et président des conseillers du commerce extérieur de la Chine, ma mère en tant qu’artiste et de mon frère, qui lui est en France, à Caen, et qui me soutient énormément aussi et qui est toujours de bon conseil. Mushi c'est une histoire familiale... Pour la 2 ème boutique, on va attendre un peu. Nous sommes entrain de revoir la stratégie de développement de la marque. Caroline La chine est un marché très difficile a comprendre, il ne faut pas faire de faux pas et être très prudent sur les décisions que l'on prend. Les expatriés en Chine s'habillent en Mushi, désormais ce sont également des personnalités chinoises qui vous font confiance, quel beau succès ! Pensez-vous maintenant à ouvrir une ou plusieurs antennes en France ? Revenez-vous souvent dans l'hexagone ? Je rêve de revenir en France et d'ouvrir plusieurs points de ventes, mais pour l'instant nous voulons privilégier le marché chinois qui est en plein expansion. En attendant je reviens deux fois par an me ressourcer dans notre belle région qu’'est la Normandie... Et ca fait un bien fou a chaque fois car la campagne me manque beaucoup ! Christine Lagarde et Caroline dans la boutique a pekin Propos recueillis par El Chat STEMP CAEN N°2 - Juillet-août 2011 - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :