Stemp Caen n°13 jan/fév 2013
Stemp Caen n°13 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jan/fév 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Air de Com

  • Format : (210 x 298) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : shopping... idées cadeaux pour la Saint-Valentin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
LES FOLIES CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURE A VOIR CHRONOPHAGE Collection FRAC Basse-Normandie Bien qu’insaisissable, le temps nous accapare. Vouloir s’en libérer serait pourtant vain car de son écoulement dépend tout changement. Ce rapport ambigu au temps, fait de tension et de nécessité, stimule autant qu’il contraint l’artiste. Au-delà de son rôle moteur dans le processus créatif, le temps en tant que sujet s’inscrit dans une longue tradition artistique. Depuis l’âge d’or des vanités, la méditation sur la fugacité de la vie a changé d’apparence mais irrigue toujours nombre d’œuvres contemporaines dont les autoportraits de Roman Opalka. Tandis que certains artistes dédramatisent, jouant de l’ironie ou de l’humour, d’autres insistent sur la précarité du réel, voire, {l’instar de Hrafnkell Sigurdsson, dénoncent l’impact de l’homme sur son environnement. Les ruines de Myriam Mechita, la céramique de Camille Virot, les expériences organiques de Michel Blazy et Bernard Legay témoignent ainsi des phénomènes de dégradation de la matière. En tant qu’acteur majeur du Nouveau Réalisme, Raymond Hains s’empare d’affiches lacérées comme signes et vestiges d’un monde en mouvement. Sophie Calle évoque le temps du faire et du renoncement, alors qu’Annelies Strba tente de conjurer le passé en sublimant l’instant. Les vidéos de Bénédicte Hébert et Georges Rey jouent quant à elles sur le tempo pour dérouter la perception. De la même manière c’est par le procédé de la répétition que Claude Closky propose un flot obnubilant d’images, en phase avec les méthodes et la boulimie visuelle propres aux mass media. Qu’elles soient chargées ou non de références, les œuvres de l’exposition se conjuguent autant au passé, au présent, qu’au futur. Tous les deux ans le Radar s'associe au FRAC Basse-Normandie pour concevoir une exposition thématique d'œuvres de sa collection. Cette année, les douze plasticiens de l’exposition confèrent au temps une épaisseur plastique pour mieux l’interroger. Chacun selon leur propre stratégie productive, ils captent, suggèrent ou modèlent l’éphémère pour repenser son rapport à la durée. ● L’exposition est visible jusqu’au 3 mars du mardi au vendredi de 14h30 à 18h30, le samedi de 14h00 à 19h00 et le dimanche de 14h30 à 18h30. LE RADAR - 24, rue des cuisiniers - Bayeux Tél  : 02.31.92.78.19 www.le-radar.fr 36 - Janvier/février 2013 - STEMP CAEN N°13 Roman OPALKA
CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURECULTURE CULTURE CONCOURS Finale du Concours de Plaidoiries des lycéens Rlémârial. lE CciNG01i05 OE PLh100J01E5 OES E1'CEE11S III 131 1.1(111 *g ".',` 1 Le Mémorial de Caen propose aux lycéens de la France entière, des DOM et des établissements français à l’étranger, d’exprimer leur indignation face à des atteintes fondamentales aux Droits de l’Homme. Depuis 15 ans, des milliers de jeunes ont participé au concours de plaidoiries des lycéens et sont ainsi devenus les défenseurs d’une cause qui leur tient à cœur. Cette seizième édition sera présidée Deauville portait déjà haut les couleurs du Cinéma Américain. Le 1er Festival du Film Asiatique de Deauville fut créé en mars 1999, avec pour objectif de montrer la diversité du cinéma dans tous les pays d’Asie et d’en faire découvrir la richesse. Le Festival du Film Asiatique de Deauville s'est imposé au fil des ans comme la plus grande manifestation européenne consacrée au cinéma asiatique avec plus de 50 films présentés, films qui sont autant de par Patrick Timsit et des. Après des finales régionales, les lycéens sélectionnés présenteront leur plaidoirie devant un jury composé de personnalités, un jury de lycéens et devant un auditoire de 3000 personnes. L’équipe lauréate du Prix du Mémorial de Caen gagnera un séjour à New York avec visite de l’ONU. Avec le soutien des partenaires du concours, Amnesty International, Reporters sans Frontières, la MGEN et les éditions Play Bac, quatre prix récompensent les qualités de conviction et d’engagement des jeunes avocats en herbe. Ce concours, qui montre tout le talent d’adolescents faisant le choix de l’engagement en faveur des autres, s’inscrit dans une démarche civique d’Education à la Paix. fenêtres ouvertes sur les cultures des différents pays asiatiques. Il met en lumière des cinéastes confirmés et permet à tous de découvrir les stars asiatiques de demain. C’est donc à Deauville que se retrouvent de nombreuses personnalités asiatiques, professionnelles et institutionnelles du cinéma, des représentants des ambassades et près de 19 000 festivaliers, amoureux des films asiatiques et de leur univers. Aujourd’hui encore les mots manquent pour décrire la richesse et la diversité de la production cinématographique du continent asiatique, au travers de films arrivant jusqu’à Deauville en provenance de Hong Kong, de Chine, du Japon, des Philippines, de Vendredi 1er février, les 14 meilleures équipes, finalistes régionales, auront dix minutes pour plaider la cause qu'elles ont choisie et pour convaincre le jury concerné par la défense des droits. Ce concours, qui montre tout le talent d’adolescents faisant le choix de l’engagement en faveur des autres, s’inscrit dans une démarche civique d’Education à la Paix. Il est une formidable tribune d’expression et de liberté. L’entrée est libre et gratuite, n’hésitez donc pas à venir les écouter et les encourager ! ● Infos et renseignements  : www.memorial-caen.fr FESTIVAL 15 ÈME FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE DE DEAUVILLE EXPOSITION 50 ANS D'ARCHÉOLOGIE AU CHÂTEAU DE CAEN En partie ruinée en 1944, la forteresse a d'abord été le premier grand chantier d'archéologie médiévale de France. Les fouilles menées entre 1956 et 1966 ont permis de dégager ou de restaurer les grands lieux de pouvoir de la Normandie médiévale  : le donjon, le palais de Guillaume le Conquérant et la Salle de l'Echiquier des ducs de Normandie. La construction des nouvelles salles d'expositions temporaires du Musée de Normandie (salles du Rempart, 2004-2008) a permis d'identifier de nouveaux espaces, tout un quartier de vie et de travail complètement oublié. Les principaux vestiges - maison médiévale, grande forge et sellerie du gouverneur ornée de décors peints - sont visibles dans les Salles du Remparts. La présentation thématique "50 ans d'archéologie au Château de Caen" exposée dans l'édifice durant cette période contribue à mettre en valeur la Salle de l'Echiquier des ducs de Normandie, l'unique témoignage d'un grand hall palatial du XIe/XIIes. conservé dans le nord 3 de la France. Son architecture est Thaïlande, Taïwan, Corée du Sud, d’Inde ou de Malaisie… Un cinéma au centre de toutes les mutations qui, édition après édition, étonne et surprend. Un cinéma dont personne n’a fini de découvrir les merveilles. Voilà pourquoi le Festival du Film Asiatique de Deauville existe et prospère. Parce qu’il est indissociable de l’histoire du cinéma asiatique, qu’il est porté par de véritables talents et qu’il s’écrit, au fur et à mesure de ses éditions, avec ses légendes. Dates  : du mercredi 6 au dimanche 10 mars 2013. ● Informations et réservations  : www.deauvilleasia.com caractéristique de l'espace anglonormand et s'inscrit dans une longue lignée d'édifices construits notamment en Angleterre par les rois normands. La Salle de l'Echiquier est ouverte au public en complément des parcours sur les remparts et dans les expositions. Entrée libre Musée de Normandie, Château de Caen Du 20/01/2013 au 28/02/2013  : de 9h30 à 18h tous les jours sauf le mardi ● Pour en savoir plus, www.musee-de-normandie.eu SÉLECTION+ EXPOSITION LE DÉTECTIVE LOUPEUR - ANABELLE HULAUT Cette exposition est une déambulation sous la forme d’un jeu de pistes où le spectateur est convié à endosser le costume et les attributs du détective pour appréhender ce parcours. Le détective loupeur doit se révéler un fin limier afin de ne pas se fier ni aux apparences ni aux agrandissements que la loupe permet et contient. Anabelle Hulaut joue avec la définition même de cet objet pour l’enquête au risque de louper, de rater quelque chose, en somme. Signes de pistes, indices, se conjuguent dans l’exposition pour un épisode où le spectateur est l’acteur de cette enquête où le vraisemblable se cache derrière le bon point de vue. Exposition du 26 janvier au 26 avril 2013 ouverte au public du lundi au vendredi, de 14h à 18h. Entrée libre wwwwharf-art.com www.wharf-art.com VÉRONIQUE JOUMARD ANGE LECCIA La nouvelle exposition du FRAC Basse-Normandie invite à une réflexion sur la perception, le rapport à la réalité et la picturalité par des œuvres aux media inattendus. Y sont présentées les œuvres Miroirs de Véronique Jourmard et La Mer d’Ange Leccia. La mer est un motif récurrent dans l’œuvre d’Ange Leccia. Dans la vidéo La Mer (2001), les vagues, filmées en plan fixe, s’élèvent à la verticale sur le mur de projection. Leur mouvement de va-et-vient silencieux évoque une respiration, renvoie à un temps infini. Le montage en boucle, sans début ni fin apparents, renforce ce sentiment d’intemporalité. Elles soulignent également la matérialité de l’image vidéo et en cela son rapport à la peinture. Ainsi, l’écume blanche vient s’échouer sur le sable noir telle des coups de pinceaux sur une toile abstraite. Pour l’œuvre Miroirs, Véronique Joumard a recouvert d’un film à vision angulaire trois miroirs au format allongé évoquant celui des photographies panoramiques. Le reflet n’apparaît clairement que de biais alors que de face le miroir est envahi par une brume qui rappelle la technique picturale du sfumato. Seuls les éléments désaxés sont visibles et le spectateur s’engage dans un jeu de cache-cache avec sa propre image. Sans être un simple reflet, elle modifie, modèle l’œuvre voisine La Mer et lui donne sa propre interprétation. Exposition jusqu’au jusqu'au 13 février 2013 tous les jours de 14h à h 18h Entrée libre www.frac-bn.org STEMP CAEN N°13 - Janvier/février 2013 - 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :