Stemp Caen n°13 jan/fév 2013
Stemp Caen n°13 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jan/fév 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Air de Com

  • Format : (210 x 298) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : shopping... idées cadeaux pour la Saint-Valentin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
PORTRAIT PORTRAITPORTRAITP de Caen à ailleurs 32 - Janvier/février 2013 - STEMP CAEN N°13 O
RTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTRAITPORTR Maxime Setzer et Edouard Delassus Fondateurs du Collectif Alligator Studio à Paris Vous êtes tous les deux originaires du Calvados, parlez-nous de votre enfance... Maxime  : Pour ma part j'ai grandi à Cresserons, un petit village près de Caen. À l'époque, nous avions le choix entre le club de foot, et la MJC. Vu mon niveau sur un terrain, j'ai logiquement atterri dans l'atelier vidéo de Renaud Marguerie. J'y suis resté 7 ans avec mes potes à faire des sketchs, des fausses pubs ou encore des petits court- métrages amateurs. C'est vraiment là-bas qu'est née ma passion pour l'audiovisuel et plus particulièrement le montage. Edouard  : De mon côté, j'ai grandi à Caen avec trois sœurs. J'ai donc passé une bonne partie de mon enfance à jouer aux gi-joe et à la dînette à défaut d'avoir une Playstation. J'étais tout le temps fourré avec mon pote François Bayard et ma petite sœur Margaux. On passait pas mal de temps avec la caméra de notre père à faire des détournements de films ou encore des fausses pubs. C'était notre Mozinor à nous. Racontez-nous vos débuts professionnels, votre arrivée à Paris et vos projets actuels et futurs... Maxime  : Juste après mon bac, je me suis inscris sans conviction à la fac de Caen en LEA, j'ai tenu 6 mois sachant qu'au fond ce que je voulais réellement faire était une école d'audiovisuelle. J'ai donc passé le reste de l'année à préparer les concours d'entrée à plusieurs écoles dont celle du LISA d'Angoulême où j'ai passé 2 superbes années. Une fois mon BTS en poche, j'ai atterri à Paris à l'âge de 21 ans où j'ai commencé à travailler pour la société de production "satellite my love" spécialisé dans la pub et le clip. J'y ai été en fixe pendant 6 ans en tant que chef monteur ce qui m'a permis d'engranger beaucoup d'expérience. Depuis un an, je suis passé en freelance pour élargir mon réseau mais aussi pour suivre Edouard dans la fondation du collectif Alligator. Edouard  : Après mon bac, je suis parti à Laval pour faire un BTS communication visuelle option multimédia et une licence 3D temps réel. Je suis parti en stage de fin d'étude à Montréal pour bosser sur une application de visite virtuelle dans le corps humain. Après avoir connu la vie d'une grande ville comme Montréal, j'ai atterri à Paris où il était aussi plus simple pour moi de trouver du travail. Vu mon niveau et les opportunités en 3D temps réel, j'ai continué dans le web et le print en tant qu’infographiste. Au bout de 5 ans j'ai commencé à en avoir marre de passer mes journées derrière un ordinateur à faire des maquettes. J'avais envie d'autre chose... C'est alors que j'ai eu l'idée de monter un collectif de production vidéo et d'animation avec des amis. J'avais plusieurs potes très doués dans leur domaine respectif, Maxime en montage, Thomas ou Sylvain en post prod/anim ou encore Guillaume à l’écriture. Bref je trouvais ça trop con de ne pas réunir toutes ces compétences autour de projets communs. Maxime  : C'est vrai que l'idée de travailler entre potes nous faisait tous très envie depuis toujours. Edouard  : Tout a commencé avec une vidéo pour Disney. Ce tout premier projet consistait à réunir plusieurs graffeurs autour d'une fresque murale pour la promo du film Tron Legacy. Suite à ce projet, nous avons décidé avec Maxime de nous installer en colocation afin de faciliter les conditions de travail et de passer un maximum de temps ensemble. Ensuite nous avons enchainé avec quelques vidéos pour Paris Match sur le festival Calvi on the rocks, c'était un bon exercice de style où nous avons fait nos premières interviews vidéos. (http://alligatorstudio.fr/Calvi-on-the- Rocks) Maxime  : A ce sujet, je me rappelle que le tout premier jour de tournage tu avais oublié de brancher le micro pendant l'interview de the Shoes, heureusement on s'en est sorti et personne ne s'est rendu compte de rien, mais sur le moment on ne faisait vraiment pas les malins. Edouard  : Quelques semaines avant on avait tourné un pilote d'émission télé " le bébé et le dinosaure" que ma cousine Pauline avait imaginé. Le concept était de réaliser un face à face intergénérationnel entre une jeune journaliste et un dinosaure du monde de la politique, du cinéma, de la littérature etc… Jean d'Ormesson avait gentiment accepté de se prêter au jeu pour le pilote. Suite à ça, nous avons fait le tour des chaines de télévision pour finalement signer avec Paris Première en novembre 2012. Maxime  : On n’avait pas du tout prévu ou imaginé un jour faire de la télévision, ça reste pour nous du bonus et c'est toujours agréable de voir un projet aboutir en espérant que cela continue en 2013. Revenez-vous souvent en Normandie ? Maxime  : J'essaie de revenir au moins une fois tous les 2 mois, pour profiter de ma famille et du bon air normand. Edouard  : C'est marrant parce que je me revois il y a 6-7 ans à cracher sur Paris et à dire que je n’y mettrais jamais les pieds. Aujourd'hui, je ne me vois pas vivre ailleurs mais je prends toujours beaucoup de plaisir à rentrer chez mes parents pour le weekend où ma petite maman s'occupe bien de moi. *Alligator studio est un collectif de production vidéo fondé en 2011 qui est composé de graphistes, monteurs et animateurs. Son objectif est de répondre à une demande de plus en plus large sur le marché de la vidéo promotionnelle et du clip sur le web. Plus récemment, le collectif Alligator Studio est passé à la production télé, avec l'émission le bébé et le dinosaure pour Paris Première. Propos recueillis par Christopher Rougé Pendant le tournage du Bébeét le dinosaure STEMP CAEN N°13 - Janvier/février 2013 - 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :