Stemp Caen n°10 sep/oct 2012
Stemp Caen n°10 sep/oct 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de sep/oct 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Air de Com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : événement... le 38ème Festival du Film Américain de Deauville.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
TEMOIGNAGETEMOIGNAGETEMOIGNAGETEMOIGNAGETEMOIGNAGETEMOIGNAGETEMOIGNAGETEMOIGNAGETE 5 CAENNAIS EN INDE DU NORD Par Aurélien Liziard-lysik Nous déambulons dans les jardins monumentaux avant de découvrir le tombeau, cadeau ultime d’un homme aimant 30 - Sept./Oct. 2012 - STEMP CAEN N°10 Petit périple entre amis du Rajasthan à l’Uttar Pradesh DELHI, « L’OPULENTE ».Bikaner, « L’authentique ». Jaisalmer, « La citadelle du desert ». Jaipur, « la victorieuse ». Jodhpur, « la ville bleue ». Udaipur, « la romantique ». Agra, « l’hymne à l’amour ». Varanasi, « la ville des morts ». Autant de lieux qui stimulent l’imaginaire et qui, au fil du temps, mettent tous les sens en éveil. Dans ces lointaines contrées, voyager entre amis permet l’échange. Ces lieux invitent au partage des émotions qui sont différentes pour chacun d’entre nous. Même si le Gange coule paisiblement au cœur de l’Inde du nord, là- bas, la vie n’est pas un long fleuve tranquille…Et l’amitié est un trésor pour faire face à des situations qui nous sont bien étrangères. On ne part pas en Inde par hasard. Que ce soit pour une quête spirituelle, la découverte d’une population, l’assouvissement d’un rêve, chacun emmène dans ces bagages une part d’imaginaire, mêlée de joie et d’appréhension à la fois. L’arrivée à Delhi est un moment unique. Cette métropole tentaculaire est bien entendue bondée, polluée, stressante mais trépidante. Le contraste est saisissant entre New et Old Delhi. C’est par excellence la ville des inégalités sociales. Delhi réunit deux mondes différents. Old Delhi est une ville frénétique au décor décrépit qui au détour de chaque ruelle révèle le quotidien des petits marchands ambulants, mendiants, population bigarrée et rabatteurs en tous genres. Nous découvrons Old Delhi a pied et en rickshaw(poussepousse indien motorisé ou tracté par un homme). Avec son allure moyenâgeuse, cette partie de la ville est complètement à part, il y règne une forte agitation qui assaille les sens. Les murs en ruines, les façades vieillies par le soleil, la pluie et la pollution révèlent tout de même le passé glorieux de la cité moghol. Un groupe de 5 personnes étrangères suscite évidemment la curiosité, peu de touristes s’aventurent dans les ruelles tortueuses de Old Delhi. New Delhi, la moderne, est une ville aérée et riche. Ici les grosses berlines et autres 4.4 allemands remplacent les rickshaws et autres véhicules de fortune. Les élégantes indiennes déambulent au milieu des boutiques chics de Connaught Place. Un autre monde… Nous quittons Delhi pour Bîkaner, en train de nuit… l’expérience est unique… 12 heures pour parcourir 500 km... Direction la « première classe », le confort est plus que rudimentaire, des planches de bois poussiéreuses en guise de couchette, des rideaux miteux, des wagons surpeuplés ou les hindous cuisinent, se rassemblent, vivent un peu comme à la maison…Nous arrivons à Bīkaner épuisés par le voyage mais ravis de l’expérience. A partir de Bīkaner, nous optons pour un minibus avec chauffeur pour continuer notre périple. Il ne faut mieux pas tenter l’expérience de conduire un véhicule soit même… Si les hindous sont sensés conduire à gauche, ce n’est pas toujours le cas… et la route est une zone d’échange ou circulent piétons, animaux, véhicules en tous genres, dans une cacophonie
MOIGNAGETEMOIGNAGE indescriptible. Il faut compter environ 8 heures de trajet pour une distance de 250 km…. Mais ces trajets sont l’occasion rêvée pour voir la vie des campagnes, s’arrêter dans les troquets du coin, savourer la cuisine épicée du Rajasthan, s’imprégné des odeurs et partager des moments de vie avec les habitants. Et toutes ces routes cabossées nous mènent systématiquement vers des lieux fabuleux. Jaisalmer et sa forteresse moyenâgeuse entourée de 90 bastions colossaux, nous transporte dans un autre temps. Tel un château de sable, cette ville entourée de désert offre un panorama incroyable. Ce chef d’œuvre est malheureusement en péril et les Haveli de la ville (palais) n’offrent que leurs façades majestueuses aux visiteurs. Grand nombre de ces palais des milles et une nuit ont en effet étaient désossés pour satisfaire la demande croissante des occidentaux en portes, fenêtres et sculptures antiques. « On the road again again » pour rejoindre la ville bleue de Jodhpur. Cette ville surpeuplée et agitée est couronnée par l’imposante citadelle de Mehrangarh, qui est magnifique dans sa démesure. Les cubes bleus Brahamans de la vieille ville apportent un peu de poésie, faisant presque oublier le système d’égout à ciel ouvert…Et même si circuler dans la ville n’est pas aisé, nous nous engouffrons allégrement dans les méandres du bazar de la place de l’horloge pour découvrir les échoppes luxuriantes d’épicés, de vêtements et de soieries. En fin de journée, qu’il est bon de partager entre amis nos expériences du jour, au milieu du parc de l’hôtel peuplé de paons et de singes. Nous continuons notre voyage vers la romantique Udaipur, cette ville est une oasis de quiétude et de raffinement, les palais en blancs bordent le lac Pichola. Au milieu de ce dernier se dresse l’imposant City palace. C’est une étape « farniente » par excellence ou nous savourons l’instant en sirotant un soda sur un toit terrasse et en profitant des mets raffinés proposés par les restaurants avec vue sur le lac. Nous quittons le Rajasthan en direction de l’Uttar Pradesh, direction Agra où nous attend le mythique Taj Mahal. Ce mausolée fut érigé par Shah Jahan pour accueillir la dépouille de son épouse Mumtaz Mahal, morte en mettant au monde leur 14ème enfant. Nous déambulons dans les jardins monumentaux avant de découvrir le tombeau, cadeau ultime d’un homme aimant. C’est une émotion indescriptible que de fouler le marbre du Taj tant notre imaginaire est imprégné de ce monument unique dédié à l’amour. Nous arrivons au bout de notre voyage, en la ville de Vanarasi. Peu de lieu en Inde sont aussi imprégnés de spiritualité. Cette ville laissera à chacun des souvenirs impérissables. Haut lieu de pèlerinage, les Hindous viennent ici pour laver leurs péchés dans le Gange et pour la crémation de leurs proches. Le paysage des Ghats (bords du Gange) est ponctué à longueur de journée par des fumeroles émanent des corps calcinés. Et le temps est rythmé par les Pujas, prières très animées ou danseurs et musiciens ravivent la foi. Ici se côtoient les rites les plus intimes de la vie et de la mort. Pour profiter de cette ambiance particulière nous longerons à plusieurs reprises les ghâts en barque pour profiter du lever et du coucher du soleil et être spectateur de rites qui nous sont si étrangers. Cette ferveur mêlée à la vie du Gange est un souvenir inoubliable pour chacun d’entre nous. L’Inde du nord est une région saisissante. 18 jours ne sont pas suffisant pour en découvrir les subtilités mais nous rentrons tous avec un plein de souvenir et d’émotions fortes. La beauté des paysages ne parvient pas à faire oublier la pauvreté. 250 000 millions d’Indiens vivent avec moins de 25cts par jours. Si vous décidez de fouler le sol hindou, posez-vous la question de savoir si vous êtes émotionnellement capable de réaliser un tel voyage. Car ce n’est pas la pauvreté en elle-même qui est choquante mais bien le contraste dans cette Inde à deux vitesses. STEMP CAEN N°10 - sept./oct. 2012 - 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :