Star Wax n°34 mar/avr/mai 2015
Star Wax n°34 mar/avr/mai  2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de mar/avr/mai 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Compos-it

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... DJ Cam.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Page 24_tti®tvl®w corn par tuyau Jeun= / photo par Muanvukrnrrovic ® VINGT ANS APRÈS LA SORTIE DE SON PREMIER VINYLE, RETOUR SLJR LA TRAJECTOIRE DE DJ CAM, L'INTITATEUR ai FRANCE DE L'ABS'IT2ACT HIP-HOP. BEATMAKER PRÉCURSEUR LE FIRENCHY A UNE RÉPUTATION SOLIDE QUI, GRÂCE À SON HIP-HOP INSTRUMENTAL, L'A AMENÉÀ MULTIPLIER LES SOR'TIEb ET ENFLAMMER AUSSI BIEN LE PUBLIC AMÉRICAIN QUE JAPONAIS OU ENCORE RUSSE. SON PROCHAIN PROJET DISCOGRAPHIQUE EST ENCORE EN GESTATION AU MOMENT DE CU INTERVIEW, IL RESTE DONC SECRET SUR LE SUJET, CEPENDANT IL PROJETTE DE LE LANLER POUR LA FIN DU PRINTEMPS 2015. Tu as débuté la musique par le piano puis la l rrse+, et batterie. Comment s'est produit le virage vers le hip-hop ? Dui, en fait le piano me faisait chier, j'avais un mauvais professeur, après, influencé par la fin*, j'ai fait de la batterie. Dennis Edward est le premier truc que j'ai appris à jouer à la basse, notamment R Don't Iook any further qui a été repris par Eric B & Raldm. J'étais trop jeune mais quand il y a eu la seconde vague Public Enemy, Eric B & Rakim, etc, j'ai plis une claque. Le premier concert de rap où je suis allé dans ma vie, c'était Ice T, fin des années 80. L'énergie m'a plus séduit que la pop ou que la variété française. Tu as sorti ton premier disque il y a vingt ans. Es-tu toujours aussi séduit à l'écoute de « Underground Vibes s ? En général, je ne suis pas trop fan de ma musique, je préfère toujours celle des autres. Cela dit, je trouve que ça n'a pas vieilli. Je pense que c'est un disque qui a marqué les gens parce que je continue a en vendre toujours, j'ai repressé je ne sais plus combien de fois. Pour l'époque, c'était précurseur ! Justement, au même titre que Dj Shadow aux Usa ou Knish au Japon tu es l'un voire le pionner de l'abstract hip-hop ou trip-hop français au milieu des annees 90. Déjà, existeil une différence ? Puis, ce ou ces genres ne sont-ils pas vraiment (re)connus tout comme ton implication doms cette déviance hip-hop. N'est-ce pas frustrant ? Je sais que j'ai inventé le terme abstract hip-hop car au dos de la pochette du premier single que j'ai fait avant mon premier album, en 1993 ou I994, j'avais inscrit the new wave of abstract hiphop, puis ça a été repris. Trip-hop, c'était les journalistes anglais qui mélangeaient un peu tout, les Shadow, Massive Attack, Air, Tricky, c'était pareil alois qu'on faisait tous des choses différentes. Frustrant, non, même si en France ce n'est pas passé à la radio, ça a été énorme. J'en ai vendu aujourd'hui pas loin de 500 000 copies. Et puis ça m'a permis pour le second album d'être signé par Sony. J'en suis fier et j'ai bien gagné ma vie avec. Dans tes compositions, quelles sont les parts de sampling et de programmation ? Cela dépend des albums, il yen a oit il y a zéro sampling, je fais appel à des musiciens donc tout est joué. Dans mon nouvel album à sortir en mai, il y a là aussi zéro sampling, tout a été joué ou programmé. Je suis assez versatile mais à la base je suis un gros sampleur, même si plus j'avance moins je sample. La base c'est la grosse boude et les rythmiques. Désormais tu collabores avec des musiciens, n'est-ce pas l'étape ultime pour un beatrnaker? J'ai fait du solfege et ai donc joué de la musique avant de sampler mais je préférais déjà sampler. Certains ont un espèce de complexe parce qu'ils ne savent pas jouer de musique. Les programmateurs disaient que les lives machines n'étaient pas un live alors certains remplaçaient les machines par des musiciens. Tu fais de ]'électro avec des machines, il faut rester avec ses machines en live. Je trouve que ça n'a jamais fonctionné ou presque de remplacer les machines par des musiciens. Après, c'est une question de goût. Est-ce que ta façon de produire a changé depuis ses débuts ? Je bosse toujours pareil Au début, j'avais un Akai avec un cuhase puis après je suis passé à la Mpc, Mpc3000 et là j'ai acheté la nouvelle Mpc, tu sais, tout dans un laprop. Après, je mixe tout dans un vrai studio. Ma façon de travailler n'a pas changé depuis 1995. A quoi te sert ta pratique d'instruments acoustiques ? Déjà, quand tu produis un morceau, tu constates que certaines choses ne vont pas fonctionner ensemble. Un kit de batterie ne va pas forcément aller avec une basse parce qu'il y a des histoires des fréquences. Tu progresses vite, ça te permets de gagner du temps et tes morceaux sont plus concis.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :