Spot Lyon n°66 décembre 2015
Spot Lyon n°66 décembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de décembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Petit Sportif

  • Format : (205 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 93,9 Mo

  • Dans ce numéro : spécial hiver.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
VIsIte urBaINe TEXTE  : jéréMy ChauChe GTJI B9NOMJIJ DaNs Les Pas Des gourMaNDs Parce que la cuisine est source de plaisir autant que vecteur de partage, on vous propose, à notre petite échelle, un peu de réconfort simple en ces temps troubles. Prévoyez une journée pour cette balade à travers le patrimoine gastronomique de Lyon, parce qu’il faut au moins trois à quatre repas pour tout goûter. ampossible d’entamer cette balade le ventre vide. On petit-déjeune « léger » toutefois pour garder de la place pour la suite. Direction les origines, les entrailles de la ville, le Vieux Lyon. Rue Saint-Jean, près du Palais de Justice, se trouve la boulangerie à la vitrine la plus alléchante et surtout la plus rose de la terre (en bons chauvins, on n’a pas jugé utile de vérifier cette information). Et pour cause, elle est spécialisée dans la praline. Cette amande enrobée de sucre coloré en rose n’est pas tout à fait originaire de Lyon, en revanche la tarte aux pralines est devenue un dessert typique de la région. Vous voulez éviter l’hyperglycémie ? Optez pour la brioche aux pralines. Vous voilà prêts pour une exploration du quartier doublée d’un rappel historique sur 6 SPOT/Décembre 15 l’origine du titre – incontesté - de capitale mondiale de la gastronomie de notre ville. Saviez-vous que Rabelais s’est inspiré d’un séjour à Lyon pour écrire Gargantua et Pantagruel ? Publié en 1534, cela fait un bail qu’on a la réputation de bien (beaucoup) manger à Lyon. À la fin du Moyen-âge et à la Renaissance, Lyon est une ville de passage - l’exposition « Lyon Renaissance, Arts et humanisme » (en ce moment au Musée des Beaux-Arts) en témoigne. L’effervescence économique et artistique de la ville attire les voyageurs, par conséquent les auberges foisonnent. Parmi les plus prestigieuses, on peut mentionner l’auberge des Trois-Fontaines montée du Gourguillon (Lyon 5 e) ou L’Outarde d’or rue du Bœuf (Lyon 5 e), dont on peut encore voir l’enseigne au numéro 19. La toute nouvelle fresque à l’éffigie de Paul Bocuse, cours Lafayette (face aux Halles). BocuSe et leS BouchonS Comment parler de gastronomie lyonnaise sans aborder le sujet Paul Bocuse ? On ne le sait pas toujours mais il est partout à Lyon. Entre ses brasseries « points cardinaux » disséminées dans Lyon, son récent Institut place Bellecour, celui d’Ecully, ses trois établissements Ouest Express et, évidemment, son « Auberge » à Collonges-au-Mont-d’Or. C’est notre Pape à nous. À tel point qu’il est le protagoniste d’une nouvelle fresque cours Lafayette. Le projet réalisé par CitéCréation et les étudiants de l’école Emile Cohl rend hommage à « Monsieur Paul » qui fête cette année ses 50 ans de trois étoiles au guide Michelin. Un record inégalé (inégalable ?). Profitez des Halles Paul Bocuse, juste en Dr
face, pour déjeuner. On peut s’y restaurer le midi pour un prix tout à fait correct contrairement à ce que l’on pourrait croire. On a entendu dire qu’on y trouve l’une des meilleures entrecôtes de Lyon… mais on vous laisse arpenter les étals et vous faire votre propre avis. Après ça, vous ne refuserez pas une petite marche digestive. Trottinez tranquillement en direction du Rhône pour rejoindre la presqu’île. Vous pouvez en profiter pour faire des provisions de chocolats pour Noël. Par exemple chez Voisin, l’inventeur du fameux coussin de Lyon. Ou bien faire un stock de papillotes. Saviez-vous que cette friandise était lyonnaise ? En vous dirigeant vers la place des Terreaux, vous passez près de la rue du Bat d’argent. C’est ici, dans l’échoppe du pâtissier lyonnais Sieur Papillot, qu’un apprenti-confiseur emballait ses chocolats de mots doux destinés à sa belle… Cette initiative romantique lui a coûté sa place mais l’idée a perduré jusqu’à nos jours. À la nuit tombée, il est temps de se réfugier au restaurant. On vous suggère la Mère Brazier rue Royale (Lyon 1 er). On ne présente plus cette institution, du nom de cette mère lyonnaise, chef de file des patronnes de bouchons. Ouvert en 1921, le restaurant n’a pas bougé et a conservé son ambiance Art Déco. La cuisine est aujourd’hui dirigée de main de maître par chef Mathieu Viannay et affiche très logiquement deux étoiles. À table ! infoS pratiqueS > BOULANGERIE DU PALAIS 8 rue du Palais de Justice (Lyon 5 e) > HALLES PAUL BOCUSE 102 Cours Lafayette (Lyon 3 e) > LA MÈRE BRAZIER 12 Rue Royale (Lyon 1 er) romain Behar En-haut  : Des pralines, l’autre monument de Lyon. DEGUST ; CO. Offrez une expérience gourmande pour Noël Créez votre carte cadeau sur  : www.degustandco.com/noel tome Degust&Co c'est le site de référencement et réservation en ligne de dégustations  : cours d'oenologie, cours de cuisine, dégustation de whisky, bière, thé, café, chocolat, il y en a pour tous les goûts ! www.degustandco.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :