Spore n°194 sep/oct/nov 2019
Spore n°194 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°194 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre technique de coopération agricole et rurale

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : des services de conseils intelligents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
PUBLICATIONS DÉVELOPPEMENT ET AGRICULTURE Transformer les projets en réussites Pour qu’un projet d’aide au développement ait un impact positif, y compris dans le secteur de l’agriculture ou de l’agribusiness, certaines conditions doivent être remplies. James Thorp Il ne suffit pas d’avoir une bonne idée, encore faut-il qu’elle passe le cap concret de la rentabilité, puis qu’elle se diffuse afin d’accélérer le progrès. Dans le numéro de mai 2019 d’ICT Update, le CTA explore quelques-unes des réussites sans occulter les limites et les écueils pour une réussite durable d’une innovation en agriculture dans les pays ACP. La stabilité du modèle à déployer, les partenariats, les investissements dans des infrastructures bien pensées, l’accès aux financements et aux connaissances… Autant de conditions de réussite, mais qui ne sont rien si les produits et services ne sont pas réfléchis et déployés pour les besoins spécifiques des clients, dont la diversité peut d’ailleurs exiger une diversification des propositions. Les jeunes et les femmes sont notamment des cibles spécifiques pour lesquelles une juste reconnaissance de la sphère publique est de surcroît souvent nécessaire. L’agro-industrie peut prendre sa place pour répondre aux enjeux majeurs du développement de l’emploi et de la réduction de la pauvreté. En effet, à en croire les perspectives de la Banque mondiale ou de la FAO, la production agricole mondiale devrait croître de 50 à 70% d’ici 2050 pour faire face à l’explosion démographique attendue. L’industrie est souvent perçue à travers les externalités négatives, comme son impact sur l’environnement ou sur les petits producteurs. Elle doit donc résoudre une équation complexe qui 42 SPORE 194 prend en compte de nombreux facteurs tels que l’inclusion des petits producteurs, le respect de l’environnement, la qualité des produits et la compétitivité des prix dans un contexte de forte concurrence. Établir une réelle feuille de route et ne pas en rester à un objectif final lointain de réussite est une des clés de la réussite. Dans tous les cas, la réalité sera plurielle. La promotion des produits agricoles locaux grâce à l’innovation constitue un enjeu majeur, qu’elle porte sur les techniques de production ou les processus d’innovation, via notamment des plateformes d’innovation et le financement de celles-ci. Cela concerne tous les secteurs  : agronomie, amélioration végétale, professionnalisation des productions vivrières, expression du potentiel de production des animaux, transformation des produits pour obtenir des solutions nutritionnelles. Rien ne se fera durablement sans assise financière solide. Les solutions existent, comme le fonds de roulement pour l’approvisionnement des banques de céréales ou bien encore les microcrédits pour remplacer le recours à l’usure. Donner du pouvoir financier aux femmes augmente de surcroît le pouvoir financier d’une nation dans son ensemble. Pourtant, le financement de leurs activités économiques constitue encore aujourd’hui un défi qui, quand il est relevé (exemple des caisses de microcrédit), ouvre sur une réelle efficacité. L’agriculture ACP de nouvelle génération, les innovations qui marchent Par CTA ICT Update 91, mai 2019, 20 p.Pour télécharger le PDF  : https://tinyurl.com/y3v5rrxs L’agro-industrie, un levier pour le développement  : à quelles conditions ? Par Secteur privé & développement, 1er trimestre 2019, 46 p.Proparco ISSN  : 2103 3315 Pour télécharger le PDF  : https://tinyurl.com/y5durqc8 Capitalisation des expériences pour un plus grand impact sur le développement rural Par CTA, mai 2019, 76 p.ISBN  : 978-92-9081-645-4 Pour télécharger le PDF  : https://tinyurl.com/y2zcwkar
Produits alimentaires Une zone de libre-échange pour changer la donne La reprise économique se poursuit en Afrique subsaharienne avec une croissance qui devrait passer de 3% en 2018 à 3,5% en 2019, selon les analystes de la FAO. Ces chiffres recouvrent toutefois une très grande variabilité, tant en termes de croissance que d’échanges et de perspectives, entre les pays. Après une section sur les trajectoires de reprise sur fond de grande incertitude (chapitre 1) et sur les conséquences économiques des conflits (chapitre 2), le troisième chapitre de cette nouvelle édition des Perspectives économiques s’intéresse particulièrement à la Zone de libre-échange continentale pour l’Afrique (ZLECAf), lancée par les pays membres de l’Union africaine l’an dernier. Ratifiée par 22 pays, elle devrait entrer en vigueur en 2019 malgré quelques aspects encore en cours de négociation. Elle pourrait donner un sérieux coup de pouce à l’intégration commerciale et économique régionale en constituant un marché de 1,2 milliard de personnes représentant 2 500 milliards de dollars de PIB cumulé. L’intégration commerciale a été en effet à l’origine de réussites spectaculaires sur d’autres continents, selon le FMI. Elle permet à certains pays de se spécialiser dans la production des biens et des services pour Sécurité alimentaire Les bananes à cuire et plantain sont des productions cruciales dans les pays des zones tropicales humides. La production mondiale est estimée à près de 30,5 millions de tonnes et a peu varié ces quinze dernières années. Très énergétiques (110 à 120 calories/100 g), riches en éléments minéraux et en vitamines, elles répondent bien aux enjeux de sécurité alimentaire et, dans les régions forestières tropicales, la consommation peut aller jusqu’à 200 kg/habitant/an. Dans les zones rurales, le plantain occupe, comme plante, entre la première et la quatrième place en termes d’importance alimentaire. Conduite le plus souvent en agriculture familiale dans des exploitations de moins de 5 hectares, la production est à plus de 85% autoconsommée ou vendue localement sous des présentations très variées mais sans qu’il existe beaucoup de produits transformés. Toutefois, des filières se construisent sous l’impulsion d’entrepreneurs qui investissent dans la production pour l’export vers l’UE et les États- Unis et dans des filières de transformation en farine. Cet ouvrage de la collection « Agricultures tropicales en poche » se consacre plus particulièrement aux recherches et aux productions d’Afrique subsaharienne. Il traite des connaissances, des innovations et des contraintes de la culture et de la transformation de façon synthétique et pratique, à destination des producteurs, techniciens, conseillers agricoles et, plus largement, des acteurs des filières agroalimentaires. Organisé en lesquels ils détiennent un avantage comparatif et d’exploiter les économies d’échelle, ce qui dope la productivité et la croissance. Toutefois, le commerce international induit également des coûts et ses retombées ne se répartissent pas de manière uniforme entre pays et au sein de chaque pays. L’analyse de la FAO montre que le commerce interrégional en Afrique s’est développé rapidement avec un petit nombre de pôles commerciaux dominant des flux d’échanges relativement diversifiés. Il a ainsi triplé ces vingt dernières années. Malgré cette expansion, il est encore possible d’approfondir l’intégration régionale car elle est encore limitée par les droits de douane et des goulets d’étranglement non tarifaires (logistique du commerce, infrastructures dans les pays enclavés…). La ZLECAf vise l’élimination des droits de douane sur 90% des flux pour une augmentation d’environ 16% de ces derniers. Les possibilités sont particulièrement importantes pour certains produits de base liés à l’agriculture comme les produits alimentaires. Perspectives économiques régionales Reprise dans un contexte de grande incertitude Par Fonds monétaire international, 2019, chapitre 3, p.41 à 57 ISBN  : 9781498304009 Pour télécharger le PDF  : https://tinyurl.com/y28856ry Le bananier plantain, un potentiel à mieux valoriser 10 chapitres, il aborde successivement l’importance des bananiers et des plantains, la filière (du marché aux usages alimentaires), la plante et son milieu, les innovations dans les systèmes de culture et de production, les techniques de multiplication du matériel végétal, la lutte contre les parasites du système racinaire et de la souche, la lutte contre les maladies des feuilles et des fruits, la création et la gestion technique d’une bananeraie, la gestion de la fertilité du sol et de la nutrition du bananier plantain ainsi que les usages et les calculs des coûts de production pour innover. Contrairement aux bananes dessert, cette culture vivrière n’a pas fait l’objet de beaucoup de travaux de recherche ni d’expérimentations, et elle est globalement peu encadrée techniquement. D’où l’intérêt de disposer de l’expérience approfondie de deux auteurs principaux avec leur diagnostic de terrain auprès des agriculteurs familiaux, dans une optique d’intensification agroécologique des systèmes de production. Le bananier plantain est en effet le plus souvent intégré dans des systèmes complexes pluri-espèces faisant appel à la main-d’œuvre familiale, et non en monoculture intensive. Le bananier plantain. Enjeux socio-économiques et techniques Par M. Kwa etL. Temple (coord.) Coédition Quæ, CTA et Presses agronomiques de Gembloux, 2019, 184 p.ISBN  : 978-2-7592-2679-5 18 € https://www.quae.com/SPORE 194 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :