Spore n°194 sep/oct/nov 2019
Spore n°194 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°194 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Centre technique de coopération agricole et rurale

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : des services de conseils intelligents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
SMART TECH & INNOVATION SERRES INTELLIGENTES Au Kenya, l’irrigation se gère avec les téléphones portables La surveillance à distance des serres permet à des petits producteurs kényans d’irriguer leurs cultures sans être présents sur place et d’améliorer leur qualité de vie. Toby Penrhys-Evans et Bob Koigi Grâce à des serres et à des capteurs fonctionnant à l’énergie solaire et connectés à un système d’irrigation goutte-à-goutte, des agriculteurs kényans gèrent efficacement l’eau utilisée pour leurs cultures. Les capteurs, qui génèrent des informations envoyées par SMS sur les téléphones mobiles pour réguler la distribution d’eau, servent à surveiller la température, le taux d’humidité de l’air et du sol à l’intérieur des serres. Cette technologie demande moins de travail que l’irrigation manuelle et améliore le rendement des cultures. À l’origine de cette innovation  : Illuminum Greenhouses, une société de technologies basée à Nairobi. Depuis 2014, elle a construit 1 200 serres dans toute l’Afrique de l’Est, permettant à 5 500 petits exploitants de bénéficier de cette technologie. Les serres en bois et métal d’Illuminum Greenhouses protègent davantage les cultures des nuisibles et des maladies qui s’attaquent aux plantes cultivées à l’air libre. « Les serres permettent aux agriculteurs de cultiver des semences hybrides (de poivrons, concombres et tomates) qui offrent de plus longues périodes de récolte et des rendements jusqu’à quatre fois supérieurs en comparaison avec les semences plantées à l’extérieur. Cette énorme hausse des rendements obtenue sur de petites surfaces de culture avec des risques réduits d’exposition aux nuisibles et maladies se traduit par des revenus plus élevés pour les exploitants », affirme Taita Ngetich, cofondateur et directeur d’exploitation d’Illuminum Greenhouses. « Une serre métallique de 8 m sur 30 m équipée des technologies goutte-à-goutte, son installation et une formation à l’agriculture en serre coûtent en moyenne 4 500 dollars [4 000 euros], tandis que le revenu annuel moyen d’un petit exploitant est d’environ 2 000 dollars [environ 1 800 euros] », précise Taita Ngetich. Pour que les agriculteurs puissent acheter une serre et évitent de devoir avancer toute la somme, l’entreprise a créé un mécanisme de financement d’actifs en prenant comme garantie la serre construite et les cultures produites. « Les agriculteurs avancent au maximum 20% de la valeur 10 SPORE 194 5 500 producteurs ont adopté la technologie de gestion à distance des serres Avec leur portables, les petits producteurs gèrent l’approvisionnement en eau avec des capteurs fonctionnant à l’énergie solaire et connectés à des systèmes de goutte-à-goutte. totale, et nous échelonnons le remboursement en fonction de leurs cycles de récolte », poursuit Taita Ngetich. « Nous avons démontré le bien-fondé de ce mécanisme en 2017 et 2018, quand nous avons construit des serres pour les agriculteurs en leur demandant seulement un acompte de 10% et en récupérant l’équilibre sur toute la saison de récolte et sur 345 agriculteurs. Nous espérons maintenant toucher les institutions financières et le gouvernement afin de porter cette méthode à plus grande échelle. » Par ailleurs, « nous avons commencé à construire une interface d’analyse en ligne accessible sur smartphone qui permettra aux utilisateurs de gérer directement leurs systèmes d’irrigation et leur offrira des informations pratiques sur les conditions de terrain et l’utilisation de l’eau, ainsi que des indicateurs d’avertissement, des diagnostics et d’autres données utiles ». Les agriculteurs manquant d'historique financier, les partenaires prêteurs ont du mal à évaluer leur risque de crédit et hésitent à octroyer des financements. Pour y remédier, Taita Ngetich envisage une nouvelle approche d’évaluation du risque de crédit en mettant à profit la technologie d’Illuminum. « Même sans historique financier, en partageant les données sur les schémas d’irrigation, les rendements des récoltes par saison, le prix au kilo des produits récoltés, les tendances météorologiques et les données agricoles, nous pensons qu’une évaluation du risque de crédit peut être calculée. » Illuminum Greenhouses a été l’un des quatre lauréats du concours AgriHack 2018 du CTA. Ces lauréats ont chacun reçu un prix de 7 500 € . ILLUMINUM GREENHOUSES
FARM CREDIBLY CRÉDIBILITÉ BANCAIRE La solvabilité par la blockchain en Jamaïque Une technologie innovante vise à améliorer les investissements agricoles en établissant des profils d'agriculteurs. Natalie Dookie Pour la première fois aux Caraïbes, la technologie de la blockchain sera bientôt utilisée pour créer une nouvelle cote de solvabilité pour les agriculteurs jamaïcains qui cherchent à renforcer leur crédibilité bancaire. Cette technologie reposera sur l’enregistrement de l’historique de leurs transactions et sur la création de profils à l’aide d’informations sur les revenus, les dépenses et la rentabilité des exploitations, en vue de créer des registres numériques sécurisés. À l’origine de ce système  : la start-up FarmCredibly, qui collecte et évalue les données. Une grande partie de l’activité agricole reposant sur des paiements en espèces, les petits producteurs ne disposent d’aucune trace écrite attestant leurs performances économiques. Avec les profils et les cotes de solvabilité disponibles sur le site web de FarmCredibly, les institutions financières seront en mesure de définir la solvabilité d’un petit En Jamaïque, une start-up utilise la blockchain afin d’aider les producteurs à accéder au financement. producteur. Les informations reprises dans les profils proviendront de transactions commerciales vérifiées, ainsi que de partenariats avec des fournisseurs, des distributeurs et des consommateurs. « Pour un agriculteur qui souhaite contracter un prêt auprès d’une banque, le processus sera donc beaucoup plus facile, car il disposera d’un historique financier », affirme Varun Baker, PDG de FarmCredibly. Les données personnelles et relatives aux transactions des petits producteurs seront protégées et seul un historique fiable de leurs opérations sera accessible publiquement. Lauréat du concours Pitch AgriHack du CTA en 2018, FarmCredibly a réinjecté la totalité de son prix dans un projet pilote en août 2019 qui vise à aider 10 agriculteurs à élargir leur production de piments Scotch Bonnet. Ce projet pilote, qui bénéficie d’une subvention de la Banque de développement de la Jamaïque, vise à faciliter l’accès des petits producteurs au microcrédit à travers sa plateforme basée sur la blockchain. Grâce à cette plateforme, FarmCredibly lancera en même temps une option de financement cumulatif, à travers laquelle des investisseurs individuels pourront consulter les profils des agriculteurs et investir directement dans les exploitations de piment. « FarmCredibly a accès à une base de données de plus de 200 000 agriculteurs enregistrés, et nous sommes en train de conclure un partenariat avec la Jamaica Manufacturers and Exporters Association, qui enrichira sensiblement notre système d’évaluation de la solvabilité », s’enthousiasme Varun Baker. Culture hors-sol Nouveau système d’hydroponie EN JAMAÏQUE, un nouveau système hydroponique, baptisé Roottube, rend la production de tubercules, comme l’igname et la pomme de terre, moins exigeante en maind’œuvre, plus rentable et plus efficace et durable qu’avec les méthodes agricoles traditionnelles. « Les tubercules poussent dans des tuyaux, ce qui assure l’homogénéité de leur forme », explique Yanque Yip, entrepreneur et PDG de TSOTARE Agricultural Innovators, à l’origine de cette innovation. « Le système protège l’igname contre la sécheresse, les précipitations excessives, le vol de cultures, les nuisibles et les maladies. » En avril 2019, Yanque Yip a reçu une aide financière pour démarrer son entreprise en remportant le programme de laboratoire urbain de l’initiative Democratizing Innovation in the Americas, organisé par The Trust for the Americas. Surf écologique Plantation d’arbres UN MOTEUR DE RECHERCHE sur Internet géré par une start-up allemande a utilisé 80% de ses revenus tirés de la publicité pour financer la plantation de 50 millions d’arbres dans 16 pays. Fondée en 2009 par Christian Kroll, Ecosia affirme avoir éliminé l’équivalent de 2,5 millions de tonnes de CO 2 de l’atmosphère à travers ses efforts de reboisement. Son objectif est d’arriver à planter 100 millions d’arbres d’ici la fin de 2019. L’un des 20 partenaires internationaux de l’entreprise est l’Institut Jane Goodall en Ouganda, où 250 000 arbres ont été plantés, créant parfois ainsi des « couloirs » qui permettent aux chimpanzés de circuler en toute sécurité entre les parcelles de forêt. SPORE 194 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :