Spécial Enquêtes n°4 mai/jun/jui 2012
Spécial Enquêtes n°4 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°4 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 33,5 Mo

  • Dans ce numéro : les scandales de la République.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Les réseaux financiers À lire Enquête au cœur du pouvoir Fondé en 1944, Le Siècle réunit, depuis plus de 65 ans, la quasi-totalité du pouvoir politique, économique, financier ou médiatique français. Soit environ 600 AU CŒUR DU POUVOIR personnes qui concentrent entre leurs mains l’essentiel du pouvoir. « Au cœur du pouvoir » dévoile les arcanes de ce club très secret, que d’aucuns ont comparé à la franc-maçonnerie ou à la Synarchie. La nouvelle version de cet ouvrage, qui vient de paraître en 2011, comprend plus de 2 000 biographies à jour à fin 2010 (il y a environ 500 membres et une centaine de « membres invités », mais en 40 ans, cela fait environ 2 000 personnes qui se sont succédé). Ces 2 000 personnes, sont celles qui ont dirigé la France et qui dirigent notre pays depuis 40 ans. Il s’agit des principaux hommes politiques, des patrons de journaux et présentateurs de télévision, des grands hommes d’affaires et des financiers. Ils représentent la quintessence du pouvoir oligarchique français, concentrant entre leurs mains l’essentiel du pouvoir et sans doute près de 90% du PIB français. On y compte des personnalités aussi bien de droite que de gauche (chaque gouvernement comprend au moins la moitié de membres du Siècle, en général le Premier ministre et presque tous les présidents de la République). Ce sujet est au coeur de l’actualité avec la mise en cause de ces supposées « élites », avec leurs multiples défaillances dans le déclenchement de la crise financière et économique actuelle et leur volonté scandaleuse de faire passer leurs intérêts financiers personnels avant ceux de la nation à laquelle ils appartiennent. Ils sont les parfaits représentants de cette nouvelle « superclasse mondialisée ». Par Emmanuel Ratier, Au cœur du pouvoir Enquête sur le club le plus puissant de France, Editions Facta, 2011. 22 - SPECIAL ENQUETES N°4 des plus importantes entreprises des Etats-Unis selon le classement de la revue Fortune. Au niveau européen, un des plus puissants est l’ERT (European Round Table), fondé en 1983, il était constitué de 45 « capitaines d’industries », dirigeants de transnationales européennes. Parmi les firmes représentées on comptait dans les années 80, BP, Fiat, Nestlé, Nokia, Philips, Renault, Shell, Solvay, Total, Unilever… Parmi les membres qui sont membres de l’ERT, ou qui y ont appartenu, il y a notamment : Thierry Breton (France Télecom), Antony Burgmans (Unilever), Thierry Desmarest (TotalFinaElf), Bertrand Collomb, (Lafarge et président du Conseil des affaires pour le développement durable (WBCSD), de 2003 à 2005 et il finance l’ONG WWF à hauteur de 1 million d’Euro par an), Louis Schweitzer (Renault), Peter Sutherland (BP et ancien Dirigeant du Gatt, président d’honneur de la commission Trilatérale)… Les chiffres varient mais la Commission Européenne évaluait à 3 000 les lobbies en relation avec elle, en 1992, en 2003 Greenwood en dénombrait autour de 1 500 (mais il y intégrait les associations et les syndicats). Leurs nombres dépassent donc très largement celui des députés européens. En 2008, Bruxelles comptait à présent 15 000 lobbyistes selon Siim Kallas, le commissaire européen chargé des affaires administratives, d’audit, et de fraude. Certaines sources estiment qu’il y aurait jusqu’à 20 000. Les riches amis du Président Dans le livre de Renaud Dély et Didier Hassoux, « Sarkozy et l’argent roi », un chapitre entier est consacré aux « riches » amis du président. Selon Renaud Dély et Didier Hassoux, Nicolas Sarkozy s’est toujours évertué à s’entourer de personnes d’influence pouvant lui permettre de gravir l’échelle sociale. Ainsi, dès son arrivée à la mairie de Neuilly, Nicolas Sarkozy s’est rapproché des grands patrons de sa ville comme Martin Bouygues, Bernard Arnault, Arnaud Lagardère, François Pinault, Jean- Claude Decaux, Daniel Bouton... Il les rencontre fréquemment, les fréquente même. Martin Bouygues devient le parrain de son fils, Louis. En tant qu’avocat, il défend aussi leurs intérêts. Bernard Arnault, patron des Echos, l’un des patrons les mieux payés de France, fait partie de ses principaux clients. Par la suite, grâce à son statut de porte-parole du gouvernement Balladur, entre 1993 et 1995, il rencontre de nouvelles personnalités. C’est à cette époque qu’il se lie Alain Minc. Grâce à ses différents postes, Nicolas Sarkozy multiplie ses contacts, se crée des réseaux et devient l’ami véritable des grands patrons, au point de leur accorder de multiples avantages. Il voit ses intérêts quand il fréquente un homme riche et puissant comme Bernard Arnault, habile également en affaires. Ennemi de Jacques Chirac comme de Dominique de Villepin, le PDG aurait donné des conseils avisés à Nicolas Sarkozy pour évincer ses deux principaux adversaires dans la course à la présidence. Toutefois, toujours selon les deux auteurs, si Nicolas Sarkozy sait se faire aimer de ces grands patrons qui savent comment à leurs tours se rendre serviables et aimables, il ne supporte pas l’échec ni la banqueroute. Daniel Bouton, PDG de la Société Générale a été lâché par le président de la République suite à l’affaire Kerviel qui a fait perdre près de 5 milliards d’euros à la banque. Le livre, « Sarkozy et l’argent roi » détaille précisément comment le président de la République est entré dans une colère noire au point de « demander la tête » de Daniel Bouton et les relations qu’ils entretenaient jusqu’alors.
Il en est de même avec Edouard de Rotschild, PDG de la société organisatrice de courses France Galop et propriétaire du quotidien Libération depuis 2006. Autrefois proches, les deux hommes sont entrés en conflit ouvert après l’acquisition du journal de gauche par Edouard de Rotschild qui n’a pas changé la ligne éditoriale de Libération. Nicolas Sarkozy a pris ses distances et ne cesse de régler ses comptes avec son ancien ami. Les auteurs du livre concluent le chapitre des amitiés de Nicolas Sarkozy sur les multiples renvois d’ascenseur du président : si Vincent Bolloré n’hésite pas à prêter yacht et avions au président de la République, c’est qu’il attend en retour que celui-ci lui trouve de nouveaux marchés internationaux. Hollande même combat ? Mais il n’y a pas qu’à droite qu’on fréquente le monde des affaires et qu’on se fait aider. La Gauche française aussi a ses amis et ses réseaux. Selon le JDD, une quarantaine de PDG auraient financé à hauteur de 300 000 euros la campagne du candidat socialiste au cours de la primaire. Qui alors peut encore croire à une « gauche du peuple » face à la « droite de l’argent » ? Si la mode au PS est aux grands discours sur la moralisation du libéralisme et au retour de la « gauche des valeurs » face au grand capital et aux « puissances de l’argent », François Hollande semblerait très bien s’en accommoder… du moins en privé. Le champion socialiste pourrait en effet compter sur un imposant réseau de donateurs parmi les plus grands patrons du CAC 40. Un réseau qui serait animé par le patron du groupe Ada, Jean-Jacques Augier, et celui de Numericable, Bernard Cottin qui aurait récolté pas moins de 300 000 euros au cours de la primaire socialiste. Alors, sur le terrain des affaires, « Gauche/Droite » même combat ? T.L. À lire DU CHANGEMENT Connivence entre pouvoir et monde des affaires STRASBOURG 19 novembre - avechollande Ir Dans le « Le Président des riches », les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, pointe une connivence entre pouvoir et monde des affaires de plus en plus décomplexée. Extrait de leur interview dans Télérama. Selon le JDD, François Hollande aurait reçu 300 000 euros de généreux donnateurs chefs d’entreprises pour la primaire. Michel Pinçon Monique Pinçon-Charlot Le président des riches En.. sur Poligarchle H=1=7 En quoi consiste la force de l’oligarchie dont vous parlez ? M.P. : « En premier lieu, dans ses réseaux, ce qu’on appelle le « capital social », c’està-dire le système de relations qui unit ceux qui possèdent des positions de pouvoir dans différents espaces de la société. L’aristocratie de l’argent cultive ses réseaux, elle en hérite, elle les entretient, elle s’attache à les développer. Réceptions, vernissages, parties de golf, on passe beaucoup de temps en mondanités d’apparence futiles, mais en fait essentielles. Un verre au bar de son cercle permet de rencontrer tel ministre, tel conseiller du président, tel banquier, tel patron d’entreprise ou de médias. On parle, on devient intime, on s’épaule, on se soutient. Chacun multiplie son pouvoir par le pouvoir des autres, augmentant d’autant la puissance de l’ensemble. Nicolas Sarkozy, qui affiche sa « décomplexion » vis-à-vis du monde de l’argent, a permis le dévoilement de ces réseaux jusqu’ici plutôt discrets. » M.P.-C. : « La force de l’oligarchie aujourd’hui, c’est aussi cette connivence inusitée entre le monde politique et celui des affaires, inaugurée en fanfare dès l’élection de Nicolas Sarkozy, avec la fameuse nuit du Fouquet’s, où étaient réunies toutes les composantes de la classe dominante, patrons du CAC 40, politiques et show-biz. » M.P. : « Il y a, dans ce dévoilement, une condition historique, celle d’un néocapitalisme financier triomphant qui a fait des traders les héros des temps modernes, même si la crise a, aujourd’hui, un peu calmé les ardeurs. Mais, en mai 2007, au moment de l’élection de Nicolas Sarkozy, l’air du temps est à l’argent, consécration « naturelle » du talent, du courage, de l’utilité sociale. Tant mieux pour ceux qui en gagnent et tant pis pour les autres. Le cynisme de l’enrichissement personnel était vraiment dominant et Nicolas Sarkozy s’est engouffré dans cette brèche. » « Le Président des riches, enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy », de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Editions Zones. SPECIAL ENQUETES N°4 - 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 1Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Spécial Enquêtes numéro 4 mai/jun/jui 2012 Page 100