Soldats de France n°2 mai à aoû 2017
Soldats de France n°2 mai à aoû 2017

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Portrait Engagé entre Berry-au-Bac et Juvincourt, lors de l’offensive sur le Chemin des Dames du 16 avril 1917, le chef d’escadron Bossut a l’honneur de conduire 5 groupes de chars sur 8, soit 82 Schneider (sur 132). C’est le premier engagement blindé. Les chars ont mission de percer en direction de la Meuse ; mais l’ennemi, ayant affronté les chars anglais sur la Somme en 1916, a eu le temps de développer une riposte. Une heure avant l’attaque, Bossut fait dire une messe, se servant de son char baptisé « Trompe-la-Mort » comme autel. Lancés à moins de 3 km/h sur un terrain bouleversé, les chars peinent. Malgré les avaries (13 en panne) et l’intense barrage d’artillerie (31 endommagés), le reste parvient à franchir trois lignes de défense. L’assaut est finalement brisé ; le système défensif (4 lignes sur 9 km de profondeur) n’a pas été rompu. Le char de Bossut, touché sur la 2e position allemande, s’est enflammé, et ce dernier a été tué. Personnage résolument tourné vers le progrès technique, Bossut figure parmi les 271 000 morts de cette offensive. Il est cité à l’ordre de la 5e armée  : « Après avoir donné tout son grand cœur de soldat, de cavalier intrépide, à l’organisation de cette nouvelle arme, est glorieusement tombé en entraînant ses chars dans une chevauchée héroïque aux dernières lignes ennemies ». Inconsolable, le général Estienne - théoricien et promoteur de l’« Artillerie spéciale » ou « d’assaut » - écrira  : « La citation résume et couronne l’admirable vie de soldat d’élite que fut le CDT Bossut, tué à l’ennemi. L’Artillerie d’assaut a fait ce jour-là une perte irréparable ». Char Schneider restauré et exposé au musée des blindés de Saumur. D.Moutault/Armée de Terre 16 Photo SHD
collection particulière Traditions De la Médaille Coloniale à la Médaille d’Outre-Mer  : 186 ans d’opérations ! J Exemples d’agrafes pour la Médaille Coloniale  : ADRAR ; AFRIQUE EQUATORIALE FRANCAISE ; AFRIQUE FRANCAISE LIBRE ; AFRIQUE OCCIDENTALE ; AFRIQUE OCCIDENTALE FRANCAISE ; ALGERIE ; ASIE ; BIR HACHEIM 1942 ; BIR HAKEIM ; CENTRE AFRICAIN ; COCHINCHINE ; COMORES ; CONGO ; COTE D'IVOIRE ; COTE D'OR ; COTE DES SOMALIS ; COTE DES SOMALIS 1940-1941 ERYTHREE ; ETHIOPIE ; EXTREME ORIENT ; FEZZAN ; LAOS ET MEKONG ; LIBYE ; MADAGASCAR ; MAROC ; MAROC 1925 ; MAROC 1925 1926 ; MISSION SAHARIENNE ; NOUVELLE-CALEDONIE ; SAHARA ; SENEGAL ET SOUDAN ; SOMALIE ; TCHAD ; TONKIN ; TRIPOLITAINE ; TUNISIE 1942-43. Exemples d’agrafes pour la Médaille d’Outre-mer  : CAMBODGE ; LIBAN ; MAURITANIE ; MOYEN-ORIENT ; ORMUZ ; RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ; RÉPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE ; RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO ; RWANDA ; SAHEL ; SOMALIE ; TCHAD ; ZAÏRE. Devant l’essor des campagnes coloniales à la fin du XIXème siècle, et afin d’éviter la multiplication des médailles commémoratives, une Médaille Coloniale est créée en 1893, portant sur son ruban des agrafes correspondant aux opérations effectuées depuis 1830. « Les services de longue durée » ainsi que le personnel blessé lors de faits de guerre aux colonies ou pays de protectorat n’ayant pas été cité avec attribution de la Croix de Guerre se voient récompensés de la médaille sans agrafe. Enfin, en 1944, il est décidé d’autoriser le port de la médaille avec des agrafes afin de récompenser la participation à des opérations de guerre dans des contrées situées hors de l’empire colonial français. Après avoir été attribuée à plus d’un million de titulaires, la Médaille Coloniale devient en 1962 la Médaille d’Outre-Mer, tout en conservant les mêmes principes d’attribution, encore en vigueur aujourd’hui. Médailles Coloniale et d’Outre-Mer, récompensant indifféremment chefs et soldats, sont la réelle marque de l’engagement de nos forces au plus loin de la métropole, avec une forte résonnance de l’histoire. En effet, les agrafes actuelles, sous leurs appellations modernes, sont l’écho des opérations menées il y a un siècle déjà notamment au Sahel, au Sahara, en Afrique occidentale, équatoriale, centrale ou orientale tout comme au Moyen Orient ! 17 LCL M. Joussen collection de l’auteur



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :