Soldats de France n°2 mai à aoû 2017
Soldats de France n°2 mai à aoû 2017

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Symbolique Lorsque la guerre éclate en avril 1792, l’infanterie française est donc divisée en deux types d’unités  : les régiments de l’armée royale, habillés en blanc, et les bataillons de volontaires habillés en bleu. En février 1793, il est décidé d’en faire l’amalgame, réalisé un an plus tard en avril 1794. De nouvelles unités, appelées demi-brigade sont créées. Elles sont formées par la réunion d’un bataillon de la ligne et deux bataillons de volontaires. r-  : Les hommes des 219 nouvelles demi-brigades d’infanterie de ligne adoptent tous l’habit national et donc le métal doré pour ses boutons et ses galons. Les 42 demi-brigades d’infanterie légère, quant à elles, abandonnent le drap vert pour le drap bleu. La coupe de l’habit, à la Soubise, est différente de celle de la ligne et celui-ci a des revers et des retroussis bleus. Les régiments d’infanterie légère conservent les boutons d’argent des chasseurs à pied de la monarchie. En 1835, année de leur création, les chasseurs à pied actuels adoptent donc une tenue entièrement bleue et héritent des boutons en argent symbole de l’infanterie légère qu’ils portent encore aujourd’hui qu’ils soient alpins ou mécanisés. Dans la cavalerie, les choses sont plus compliquées que dans l’infanterie. Les régiments de chasseurs à cheval et de cavalerie de ligne adoptent tous le bouton argent en avril 1791. Les douze régiments de ligne, transformés en régiments de cuirassiers en 1803, le conservent avec une grenade comme attribut. Les dragons adoptent des boutons d’argent en 1791 avec un godron autour du numéro. Mais, sous la Restauration en 1815, ils adoptent des boutons dorés qu’ils conservent jusqu’en 1890 année où il leur fut attribué un dolman et des boutons en argent lisses. Les hussards conservent, Infanterie française en 1721  : quant à eux, des boutons argentés ou dorés selon le régiment. Le Le Royal Champagne  : couleur bouton d’argent lisse n’est généralisé pour eux qu’en 1873 pour des bleue et poches en long, collection raisons de simplification. A partir de cette date, toute la cavalerie particulière porte des boutons argent à l’exception des spahis et des écuyers du cadre noir. Pour les spahis, troupes créées en Afrique du Nord en 12 Bouton du train de l’artillerie, collection particulière
Symbolique 1830, l’or est un métal beaucoup plus prestigieux que l’argent. Pour rehausser le statut des spahis et faciliter le recrutement, il est décidé de leur attribuer des boutons dorés, contrairement aux chasseurs d’Afrique, de recrutement européen, qui conservent les boutons des chasseurs à cheval dont ils sont issus. La plus récente des subdivisions encore existante de l’arme blindée et cavalerie est celle des chars de combat. Elle est créée au sein de l’artillerie en 1917 avec du personnel originaire de l’infanterie, de la cavalerie et de l’artillerie. Lorsque les chars de combat sont versés en 1921 dans l’infanterie, son personnel adopte une tenue s’inspirant de l’infanterie légère car il s’agit d’une arme motorisée. C’est pourquoi, certaines traditions des chasseurs à pied leur sont dévolues  : képi en velours, appellation de chasseur pour les hommes du rang et bouton en argent. Celui-ci est frappé du sautoir de bombardes broché par un heaume, insigne des chars de combat. Lors de la création de l’ABC en novembre 1942, les chars de combat y sont versés et conservent leur bouton argent. Celui-ci était également porté par les soldats du train. Jusqu’en 1800 (an VIII) le transport du matériel de l’artillerie est assuré par des sociétés de transport civiles. Mais, avec le système Gribeauval, les conducteurs d’attelage sont de plus en plus exposés au feu. C’est pourquoi, Bonaparte Premier consul décide de créer des unités de train d’artillerie militaire. Pour les distinguer des artilleurs, il leur est attribué un uniforme gris de fer à revers bleu foncé comportant le même bouton que celui de l’artillerie mais en argent. Par la suite le train du génie puis celui des équipages militaires, créés respectivement en 1806 et en 1807, adoptent le même uniforme avec des revers en velours noir pour le train du génie et en drap brun pour celui des équipages. Dans le génie comme dans l’artillerie, il existe donc deux capitaines par unité élémentaire  : un qui commande les attelages et l’autre la mise en œuvre du matériel. Face aux problèmes posés par ce double commandement, le train du génie est dissous en 1832 et celui de l’artillerie en 1883. Le service du matériel, créé en 1940, devenu arme en 1976, reprend les traditions de ce dernier et en adopte les couleurs (gris de fer et bleu foncé) et le bouton en argent. Des trois trains, seul subsiste de nos jours le train des équipages dont le personnel porte toujours le bouton argent. 13 Train d’artillerie en 1801, collection particulière\



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :