Soft & Micro n°98 jui/aoû 1993
Soft & Micro n°98 jui/aoû 1993
  • Prix facial : 32 F

  • Parution : n°98 de jui/aoû 1993

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (198 x 276) mm

  • Nombre de pages : 192

  • Taille du fichier PDF : 153 Mo

  • Dans ce numéro : les meilleurs PC du monde... 12 micros de rêve au banc d'essai.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
Le «database publishing» A droite, une base de données contenant la description des produits commercialisés par une entreprise, avec schémas et images. A gauche, un logiciel de PAO avec lequel il faut réaliser le catalogue des produits le plus rapidement et au plus faible coût possible. Comment faire communiquer les deux ? La plupart des logiciels de PAO décrivent le contenu de leurs fichiers sous la forme « position dans la page-balises typographiques-contenu». Le contenu existe déjà dans la base de données et peut, le plus souvent, être exporté sous forme de texte seul. Dans le cadre d'un catalogue, les fiches s'enchaînent et sont souvent présentées de la même manière. Il suffirait donc d'écrire dans la base de données un programme d'exportation des enregistrements qui ajoute au passage les balises typographiques. C'est sur ce principe que Ventura Software a créé Ventura Database Publisher, qui sait lire plusieurs formats de bases de données et de tableurs pour les transférer vers différents logiciels de PAO et de traitement de texte. Disponible en français sous Windows, ce logiciel est d'une simplicité biblique. A l'écran, huit boutons décrivent les étapes à suivre. On sélectionne une base de données (Dbase, Paradox, mais aussi 1-2-3 ou Excel), une méthode de traitement (génération d'une liste ou d'une succession écran par écran), on h Personnalisé génère une requête, on définit les critères de tri, on sélectionne les champs qui doivent apparaître dans le document, puis leurs attributs typographiques, on choisit la mise en page et le format d'exportation du document (Ventura, Word...). Il ne reste plus qu'à l'ouvrir dans son logiciel de PAO ou de traitement de texte. Ventura DF1P - r dose d données Enregistrements Champs Traitement Qptlons Aide Selectronner de la Base de données enfle Méthode de Traitement Sélection des Ernewslrements Tri des Enregistrements Créer le kW., de texte pour le progiciel de sorbe sélectionné Sélection des champs Athibuts du Champ Attributs Généraux T'alternent de la Sortie Database Publisher est d'une simplicité exemplaire : huit boutons décrivent les différentes étapes à suivre. Dbase correspondant. De surcroît, certaines opérations sont impossibles à réaliser avec l'éditeur de masques. Il faut toujours écrire son code soi-même. Avec les bases de données de la nouvelle génération, il est possible de réaliser une facturation sommaire en moins d'un après-midi. Inutile d'essayer avec un compatible Dbase sous Dos, voire avec Paradox, dont le langage, en version Dos, est extrêmement lourd à mettre en oeuvre. Qu'en est-il de la vitesse d'exécution? L'utilisation de Windows n'apporte aucune amélioration en ce qui concerne les temps de réponse. Les opérations comme les tris, les requêtes ou les importations de données ne sont pas directement affectées par la présence d'une interface graphique. Win- 94 • SOFT & MICRO — NI' 98 dows utilise une grande partie des ressources de l'ordinateur, ce qui ne permet pas toujours à la base de données de travailler dans les meilleures conditions. En fait, le problème se situe au niveau de la mémoire vive et du disque dur. Les bases de données effectuent sans cesse des opérations sur le disque dur. Lorsque Windows passe également son temps, faute d'une mémoire vive assez importante, à utiliser le fichier d'échange (Swapfile) le fonctionnement du logiciel, pour peu que le disque dur ne soit pas des plus rapides, devient éprouvant pour les nerfs. Pour bien profiter de sa base de données sous Windows, il vaut mieux avoir 8 Mo de mémoire vive, voire 12 Mo si l'on veut utiliser d'autres logiciels en même temps, et un disque dur rapide associé à un contrôleur largement pourvu en mémoire cache. Le processeur, quant à lui, joue un rôle beaucoup moins important que ces deux éléments. Il ne faut pas se leurrer, une base de données sous Windows est globalement plus lente que son équivalent sous Dos. Entre Foxpro Dos et Foxpro Windows, ou entre Paradox Dos et Paradox Windows, des produits fort rapides d'autre part, la différence est importante à configuration égale. En règle générale, dans le cadre d'une utilisation courante, on ne note pas d'écarts de performances notables entre les différents produits sous Windows. Evidemment, chaque éditeur ne manquera pas de sortir les résultats de ses tests afin de montrer, par exemple, que son produit effectue une requête sur I million d'enregistrements en I microseconde, omettant soigneusement de préciser qu'aucun lien n'est mis en oeuvre, ce qui est rarement le cas dans la réalité. Ou encore, il affirmera qu'il importe des tables Dbase géantes en un temps record, en oubliant d'indiquer qu'il faudra ensuite indexer ces tables et que l'opération prend beaucoup de temps. JUILLET-AM:1' 1993
Des SGBD et des tests LE DOSSIER `1 I Des épreuves de test et une analyse détaillée : le guide complet des bases de données sous Windows. L'IMPOSSIBLE COMPARATIF Al'origine, nous voulions comparer dans ce dossier toutes les bases de données sous Windows du marché. Nous avons donc, comme pour toute entreprise de ce genre, défini une procédure de test. Il s'agissait de réaliser une facturation utilisant cinq tables liées entre elles, dont une comporterait plusieurs milliers d'enregistrements. En faisant subir l'épreuve aux différents produits répertoriés ici, nous avons constaté qu'il était impossible d'établir un classement à partir d'un tel test, aussi proche fût-il des besoins réels des utilisateurs. Fournisseurs Société Adresse CodePostal Ville Tél Fax Produits A cela plusieurs raisons : tout d'abord, les douze logiciels que nous présentons ne visent pas tous le même public. Certains n'incluent pas de langage de programmation et ne sont donc pas capables d'aller jusqu'au bout du test. D'autres sont destinés à la réalisation de grands projets. Les utiliser pour développer une petite facturation serait aussi ridicule que de louer un 38 tonnes pour livrer un bouquet de fleurs à l'élue de son coeur. Plus ennuyeux encore, notre procédure de test fait la part belle aux capacités rela- tionnelles des bases de données, ainsi qu'à Produit Version Environnement Catégorie Distributeur Prix Description leurs divers outils de programmation au- tomatisée. Autant dire aux produits de la nouvelle génération. Or, dans un tel cadre, les compatibles Xbase sont évidemment nettement défavorisés. On aurait pu tout aussi bien définir une procédure qui, à l'inverse, mette Clients Factures Lignes CodeClient Société Adresse CodePostal Ville Tél Fax N°Facture Date CodeClient Total HT Total TTC N°Facture Produit Quantité Total HT La structure de la base Facturation. en valeur l'univers Xbase et montre à quel point les autres peuvent être lourds pour un développeur habitué à taper à toute allure ses @say et ses @get. Puisqu'il n'est pas possible de réaliser un classement indiscutable des bases de données sous Windows, c'est un guide que nous avons donc choisi de présenter ici, plus proche du Gault et Millau que du concours de sortie de l'école hôtelière. La procédure de test La base de données utilisée dans le cadre de l'application de facturation est constituée de cinq tables : les clients, les factures, les lignes de facture, les produits et les fournisseurs. La table des produits répertorie plusieurs milliers de logiciels et de matériels informatiques divers. Elle occupe 6 Mo sur disque et est au format Dbase. La première étape du test consiste à définir les différentes tables et à importer, si nécessaire, celle des produits. On crée ensuite un masque contenant les coordonnées du client et la facture complète, avec ses lignes. Pour chaque ligne, le prix du produit est récupéré dans la table des produits. Sous-totaux, total hors taxes et total toutes taxes comprises sont évidemment calculés automatiquement par le logiciel, qui doit en outre numéroter chaque facture et afficher la date du jour par défaut. Si l'application ainsi réalisée ne trouve pas le prix d'un produit, elle doit afficher un message contenant le nom et le numéro de téléphone du fournisseur (qu'elle va chercher dans la table des fournisseurs). JUILLET-AOUT 1993 SOFT & MICRO — I\1° 98 • 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 1Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 2-3Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 4-5Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 6-7Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 8-9Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 10-11Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 12-13Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 14-15Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 16-17Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 18-19Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 20-21Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 22-23Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 24-25Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 26-27Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 28-29Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 30-31Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 32-33Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 34-35Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 36-37Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 38-39Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 40-41Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 42-43Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 44-45Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 46-47Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 48-49Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 50-51Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 52-53Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 54-55Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 56-57Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 58-59Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 60-61Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 62-63Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 64-65Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 66-67Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 68-69Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 70-71Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 72-73Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 74-75Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 76-77Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 78-79Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 80-81Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 82-83Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 84-85Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 86-87Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 88-89Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 90-91Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 92-93Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 94-95Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 96-97Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 98-99Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 100-101Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 102-103Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 104-105Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 106-107Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 108-109Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 110-111Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 112-113Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 114-115Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 116-117Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 118-119Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 120-121Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 122-123Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 124-125Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 126-127Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 128-129Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 130-131Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 132-133Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 134-135Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 136-137Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 138-139Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 140-141Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 142-143Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 144-145Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 146-147Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 148-149Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 150-151Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 152-153Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 154-155Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 156-157Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 158-159Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 160-161Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 162-163Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 164-165Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 166-167Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 168-169Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 170-171Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 172-173Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 174-175Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 176-177Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 178-179Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 180-181Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 182-183Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 184-185Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 186-187Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 188-189Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 190-191Soft & Micro numéro 98 jui/aoû 1993 Page 192