Soft & Micro n°97 juin 1993
Soft & Micro n°97 juin 1993
  • Prix facial : 32 F

  • Parution : n°97 de juin 1993

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (198 x 276) mm

  • Nombre de pages : 244

  • Taille du fichier PDF : 198 Mo

  • Dans ce numéro : Windows NT... un système d'exploitation multi-plateforme.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 134 - 135  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
134 135
21 taille du tampon et accroît le nombre d'accès disque réellement effectués. En utilisation courante, il est donc peu probable que l'exploitation d'un logiciel de compression de données provoque une a première chose que l'on Lidemande à un disque dur, qu'il soit compressé ou non, est qu'il enregistre des données puis les restitue à la demande. La fiabilité des supports magnétiques de stockage comme les disques durs est en progression constante et n'importe quel périphérique moderne de ce genre dispose aujourd'hui d'un MTBF (mean time between failures, ou temps moyen entren.g. Ceryeees*Rella Stetlemorr•C, i•u BI IliàFirita A peu de chose près, Stacker permet de doubler la capacité du disque dur. deux pannes) de plusieurs milliers d'heures. De ce côté-là, donc, aucune inquiétude à se faire, que l'on dispose d'un ou de deux disques durs à l'intérieur de son PC, les probabilités de panne restent assez limitées pour peu que l'installation des divers éléments ait été menée avec le soin requis. De plus, la plupart des erreurs logiques qui peuvent éventuellement faire craindre la augmentation tangible des performances d'un ordinateur, pas plus, du reste, qu'elle ne risque de les détériorer, à moins que l'on travaille régulièrement sur de gros fichiers. Comme nous l'avons déjà pré- Fiabilité perte de données sont maintenant contrées par des programmes utilitaires comme Norton Utilities ou PC Tools. Une petite précaution se révèle toutefois généralement utile  : il faut noter le numéro de type de disque — qui est généralement indiqué sur le disque luimême — et le conserver après l'avoir fourni au programme de configuration de l'ordinateur au moment de l'installation. Il arrive, en effet, que le programme de configuration perde ces données et, dans ce cas, le disque dur n'est plus reconnu par la machine. Pour leur part, les programmes de compression de données ne sont pas à l'abri de tout soupçon en matière de fiabilité. La preuve en est que de nombreux constructeurs de PC laissent aux utilisateurs le soin de compresser le disque dur de la machine qu'ils viennent d'acheter, même si le programme de compression est présent sur le disque dur. Sans sombrer dans la paranoïa la plus aiguë, il faut reconnaître que l'usage d'un compresseur de données n'est pas toujours des plus sécurisants. Dans le cisé plus haut, l'installation d'un nouveau disque dur n'influe sur les performances d'un ordinateur que dans le cas ou son rendement est supérieur à celui du disque dur installé dès l'origine dans la machine. AVANTAGE AU DISQUE DUR SUPPLEMENTAIRE cadre d'une utilisation courante, où l'on se contente d'exploiter les applications déjà installées sur le disque dur, les risques sont minimes, Cependant, certains logiciels se marient mal avec le fonctionnement des logiciels de compression de données. Ainsi, sous Dbase III, l'activation de la commande Run provoque le blocage complet du PC si l'on utilise Stacker Explication  : cette commande entraîne le chargement du programme Command.Com alors que la présence de Stacker ne laisse pas assez de place dans les 640 Ko de la mémoire vive conventionnelle pour que cela soit possible. De la même manière, les logiciels résidants font Au quotidien, l'exploitation d'un disque dur compressé ne pose pas plus de problèmes que celle d'un support de stockage non compressé. Il suffit généralement de respecter les quelques consignes fournies par la documentation du logiciel. Mais il faut toutefois ne pas oublier qu'il est impossible de démarrer l'ordinateur à partir d'une disquette si le sys- rarement bon ménage avec les logiciels de compression de données qui fonctionnent également en tâche de fond, interceptant tous les appels lancés par une application vers le disque dur. Mais c'est surtout quand l'utilisateur se livre à des manipulations plus complexes que les risques augmentent. Par exemple, toutes les opérations d'installation ou de désinstallation d'un logiciel sur un disque dur compressé doivent être menées avec la plus grande prudence. Il en va de même pour certains logiciels de sauvegarde qui disposent de leur propre procédure de compression de données. D'autres problèmes peuvent survenir dans le cas de l'emploi d'un programme utilitaire comme Norton Utilities, principalement pendant des opérations de défragmentation du disque dur. Cela dit, les tests que nous avons pu effectuer dans ce domaine n'ont den révélé de dommageable, mais la prudence reste de mise. Pour finir, il faut noter qu'il est bien difficile, voire impossible, de récupérer des données en cas de problème sur un disque compressé. Utilisation courante AVANTAGE AU DISQUE DUR SUPPLEMENTAIRE tème qu'elle contient n'active pas le logiciel de compression de données  : le système est alors incapable de reconnaître par lui-même le disque dur compressé. De son côté, une fois installé, un disque dur supplémentaire n'a aucune raison de poser le moindre problème à l'utilisateur, pour peu que ce demier connaisse les lettres C et D I ❑ 134• SOFT & MICRO — No 97 JUIN 1993
o - LE CAHIER RRATIQUE DU PROFESSIONNEL MICRO Voyage au pays des yaourts et des virus o laama, station balnéaire bulgare sur les V bords de la mer Noire. Le 5 avril 1993 s'y ouvrait la première conférence bulgare sur les antivirus. Organisée par l'ACM (Association for Computer Machinery), cette conférence avait un double objectif : aider les utilisateurs bulgares à lutter contre les virus et mettre en place une structure d'information à destination des médias. Cette dernière mesure étant destinée à ramener à une plus juste mesure l'exploitation qui est faite du thème de la « filière bulgare ». Pas de rencontre avec le célèbre Dark Avenger au programme, mais on pouvait noter parmi les conférenciers la présence d'Evgueni Nikolov, directeur du laboratoire de Virologie de l'académie des Sciences de Sofia, de Vassil Habov, membre des services de sécurité bulgares et coauteur d'un ouvrage sur cette fameuse filière, ou encore de Dart Vader, un auteur de virus... L'existence des virus bulgares ne fut nullement remise en cause, encore moins la technicité croissante des échantillons les plus récents : virus délocalisés (Dir-2), sans point d'entrée (Commander Bomber), etc. Si les pauses café furent l'occasion de participer à des forums sur Internet avec plusieurs pirates, principalement américains, cette conférence n'avait rien à voir avec une quelconque hacker party. Elle fut pourtant boudée par les spécialistes occidentaux et par Vesselin Bontchev, un expert bulgare passé du laboratoire de Virologie de Sofia à celui de Hambourg (Allemagne) et auteur d'un texte sujet à contreverse sur les usines à virus de son pays (voir Soft & Micro, n°86, p.147). Quoi qu'il en soit, on y verra plus clair en septembre, avec la probable parution chez Dunod d'un ouvrage regroupant, outre le texte de Vesselin Bontchev, la traduction du livre de Vassil Habov sur la filière bulgare, des extraits de l'ouvrage anglais Approaching Zero, Data Crime and the Computer Underworld, de Bryan Clough et Paul 111 9 hebdomadaire américain im Inforworld relatait, dans son édition du 3 mai, les nombreux problèmes (erreurs d'allocation, perte de tout ou partie des fichiers...) rencontrés au cours des tests de Double Space, l'utilitaire de compression de données intégré à MS-Dos 6.0. Microsoft, qui se refuse à mettre sur le compte de Double Space une telle série Oliko yEt En route avec MS-DOS 6 Mise à jour a Mungo, ainsi qu'une sélection de conversations électroniques entre un spécialiste bulgare d'Intemet et Dark Avenger. ❑ Le Double Space de MS-Dos 6.0 sur la sellette noire, a inspecté, avec l'accord d'Inforworld, le centre de test sans pouvoir déterminer la cause de ces incidents, les cinquante machines utilisées ayant été reconfigurées à d'autres fins. Fabrice Erpin, chef de produit MS-Dos 6.0 chez Microsoft France, indique que, sur les quelque 107 appels quotidiens reçus par le support technique de MS-Dos 6.0 et de Windows 3.1, seulement 4 à 5 appels sont relatifs à Double Space et que les cas de perte de données restent extrêmement rares. Joint au téléphone, le responsable micro d'un grand compte français, choisi comme site de bêta test, déclare avoir rencontré plusieurs pro- blèmes (dont le crash d'un disque dur de 600 Mo) avec le Double Space des versions successives de MS-Dos 6.0 qui lui ont été confiées. « Mais ce type d'incident ne se reproduit pas avec la version commercialisée », précise-t-il. Cependant, il a préféré ne pas mettre Double Space entre les mains des utilisateurs de sa société. Signalons pour corser l'affaire que la revue américaine PC Week devait publier fin mai des résulats de tests intensifs qui viennent contredire les constatations d'Infoworld, puisque les techniciens de PC Week auraient été surpris par le faible taux d'erreur rencontré. ❑ RUBRIQUE REALISEE PA PHILIPPE ASTOR, AVE DANIEL ICHBIAH, PASCA LOINTIER, DIDIER SANDR JUIN 1993 I SOFT & MICRO — N°97• 135



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 1Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 2-3Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 4-5Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 6-7Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 8-9Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 10-11Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 12-13Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 14-15Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 16-17Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 18-19Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 20-21Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 22-23Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 24-25Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 26-27Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 28-29Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 30-31Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 32-33Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 34-35Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 36-37Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 38-39Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 40-41Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 42-43Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 44-45Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 46-47Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 48-49Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 50-51Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 52-53Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 54-55Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 56-57Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 58-59Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 60-61Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 62-63Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 64-65Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 66-67Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 68-69Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 70-71Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 72-73Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 74-75Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 76-77Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 78-79Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 80-81Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 82-83Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 84-85Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 86-87Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 88-89Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 90-91Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 92-93Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 94-95Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 96-97Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 98-99Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 100-101Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 102-103Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 104-105Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 106-107Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 108-109Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 110-111Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 112-113Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 114-115Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 116-117Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 118-119Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 120-121Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 122-123Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 124-125Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 126-127Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 128-129Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 130-131Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 132-133Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 134-135Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 136-137Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 138-139Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 140-141Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 142-143Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 144-145Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 146-147Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 148-149Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 150-151Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 152-153Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 154-155Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 156-157Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 158-159Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 160-161Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 162-163Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 164-165Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 166-167Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 168-169Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 170-171Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 172-173Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 174-175Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 176-177Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 178-179Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 180-181Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 182-183Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 184-185Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 186-187Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 188-189Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 190-191Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 192-193Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 194-195Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 196-197Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 198-199Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 200-201Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 202-203Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 204-205Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 206-207Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 208-209Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 210-211Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 212-213Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 214-215Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 216-217Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 218-219Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 220-221Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 222-223Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 224-225Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 226-227Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 228-229Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 230-231Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 232-233Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 234-235Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 236-237Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 238-239Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 240-241Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 242-243Soft & Micro numéro 97 juin 1993 Page 244