Snow Labo n°13 2011
Snow Labo n°13 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de 2011

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Free Presse

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 33,0 Mo

  • Dans ce numéro : tests...125 Snowboards passés au crible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
PRO SETUP FREERIDE JEREMY Entre la tournée de promotion de sa nouvelle vidéo Deeper et sa marque de snowboards à gérer, le légendaire freerider nous parle de son matériel pour cet hiver. Au sein de la gamme Jones Snowboards, quelles boards rides-tu en priorité ? Je ride la Solution Splitboard. Tout cet espace que je pensais hors de portée et seulement destiné au ski de randonnée m’est maintenant facile d’accès. Je préfère le backcountry en station et dans ce cas-là, j’utilise ma splitboard. Je ride toujours en station, environ 40 jours par an. Les jours de grosse poudreuse, je ride l’Hovercraft. Pour tout le reste, j’utilise la Flagship ou la Mountain Twin en fonction du type de terrain, des conditions et des personnes avec qui je ride ce jour-là. Pour les fixations, que rides-tu et pourquoi ? J’ai essayé pas mal de fixations. J’aime les modèles légers mais rigides. Pour les boots, que rides-tu et pourquoi ? La même chose avec les boots. J’ai plusieurs paires de chaussons fait sur-mesure que j’ai reçue, il y a deux ou trois ans. Je cherche encore la boots idéale. Quels sont les critères fondamentaux d’une bonne board de freeride ? Il est indispensable d’avoir un bon nose. La plupart des chutes en freeride sont dues à un nose pris dans de la neige croûtée, qui bute contre une bosse ou alors qui s’enfonce dans la neige, ce qui vous déséquilibre vers 62 LE magazine DU MATOS SNOWBOARD l’avant. C’est très dangereux sur un terrain engagé. Un mauvais nose vous oblige aussi à mettre beaucoup plus de poids sur l’arrière pour l’empêcher de plonger. Une bonne board de freeride vous permet de rider et d’envoyer des gros airs en restant centré sur votre board. L’autre point clé est le sidecut. Si vous en avez trop, la board va chavirer et vous envoyer en bas de la montagne. C’est pour ça que le shape d’une board est primordial. Une board au shape directionnel est la clé pour du freeride engagé. Tu as ta propre ligne d’outerwear chez O’Neill. Peux-tu nous parler des spécificités de cette gamme « Explore Jones Experience « ? On ne m’impose aucune restriction quand il s’agit de créer ma ligne. Je choisis les meilleurs matériaux car je vis vraiment dans ces vêtements pendant des semaines pendant la saison. Lorsque je vais camper en hiver, je me dois d’avoir ce qu’il y a de meilleur. En prime, ils sont réalisés à partir de matériaux recyclés. En termes de masques et de gants, quels sont tes choix ? J’utilise un masque Scott, le modèle Fix. Il est incroyable car il ne prend jamais la buée et je n’ai pas besoin de changer d’écrans. Pour les gants, j’utilise des O’Neill. Un modèle moyennement chaud (pas un gant d’été et pas extra puffy) qui est très waterproof. Le Rocker manque de stabilité et ne permet pas une bonne prise de carre. Tout est une question d'équilibre et de dosage entre le cambre, le Rocker et le Magne-Traction. Pour quelqu’un qui n’y connaît rien, quels conseils fondamentaux peux-tu donner pour l’entretien d’une board ? Il est indispensable de waxer. Avoir une semelle rapide fait la différence. Pour ne pas rester coincé sur le flat, la vitesse fait tout. C’est pourquoi j’ai insisté pour que toutes les boards Jones bénéficient de la semelle P Text la plus rapide qui soit. Pour ce qui est de mes carres, elles s’usent parce que je cherche toujours la poudre fraîche près des rochers. C’est la raison pour laquelle toutes nos boards sont équipées du système « Magne Traction « (ndlr : le système de carres ondulées). Elles accrochent bien sur la neige dure même si vous vous enfoncez. Si je sais que je vais rider sur de la glace, alors j’affûte mes carres. Si vous avez des carres incisives et le système Magne Traction, ça vous permettra d’avoir de l’accroche même sur la glace la plus extrême. La folie du cambre inversé dans l’industrie du snowboard aujourd’hui, réelle (r)évolution ou pure tendance marketing ? Le Rocker seul est délicat à rider. Sur toutes les boards Jones, nous utilisons un mix de Rocker, de cambre traditionnel et de Magne Traction. Le Rocker libère la board, le cambre lui donne de la nervosité et le Magne Traction lui assure la stabilité. Sans le Magne Traction, je ne pense pas que j’utiliserais un Rocker. Le Rocker manque de stabilité et ne permet pas une bonne prise de carre. Tout est une question d’équilibre et de dosage entre le cambre, le rocker et le Magne Traction. Quelles sont pour toi la (ou les) grosse(s) tendance(s) de 2011 ? C’est une période vraiment excitante pour le snowboard. Récemment, il y a eu beaucoup de nouveaux shapes et profils proposés. Cependant, certains de ces shapes ne marchent pas. On va commencer à voir des rockers et des cambres plus aboutis. Les meilleurs designs vont s’imposer et continuer de s’améliorer. Les moins bons s’en iront pour ne jamais revenir.•
JONES Seth Lightcap/www.sethlightcap.com Lieu de résidence : Squaw Valley, USA Taille : 1,77 m Poids : 68 kilos Stance : Goofy Angles : +24/-3 Sponsors : Jones Snowboards, O’Neill, Swatch, Scott, Clif Bar, Bern, Blue Bird Wax. LE MAGAZINE DU MATOS SNOWBOARD 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Snow Labo numéro 13 2011 Page 1Snow Labo numéro 13 2011 Page 2-3Snow Labo numéro 13 2011 Page 4-5Snow Labo numéro 13 2011 Page 6-7Snow Labo numéro 13 2011 Page 8-9Snow Labo numéro 13 2011 Page 10-11Snow Labo numéro 13 2011 Page 12-13Snow Labo numéro 13 2011 Page 14-15Snow Labo numéro 13 2011 Page 16-17Snow Labo numéro 13 2011 Page 18-19Snow Labo numéro 13 2011 Page 20-21Snow Labo numéro 13 2011 Page 22-23Snow Labo numéro 13 2011 Page 24-25Snow Labo numéro 13 2011 Page 26-27Snow Labo numéro 13 2011 Page 28-29Snow Labo numéro 13 2011 Page 30-31Snow Labo numéro 13 2011 Page 32-33Snow Labo numéro 13 2011 Page 34-35Snow Labo numéro 13 2011 Page 36-37Snow Labo numéro 13 2011 Page 38-39Snow Labo numéro 13 2011 Page 40-41Snow Labo numéro 13 2011 Page 42-43Snow Labo numéro 13 2011 Page 44-45Snow Labo numéro 13 2011 Page 46-47Snow Labo numéro 13 2011 Page 48-49Snow Labo numéro 13 2011 Page 50-51Snow Labo numéro 13 2011 Page 52-53Snow Labo numéro 13 2011 Page 54-55Snow Labo numéro 13 2011 Page 56-57Snow Labo numéro 13 2011 Page 58-59Snow Labo numéro 13 2011 Page 60-61Snow Labo numéro 13 2011 Page 62-63Snow Labo numéro 13 2011 Page 64-65Snow Labo numéro 13 2011 Page 66-67Snow Labo numéro 13 2011 Page 68-69Snow Labo numéro 13 2011 Page 70-71Snow Labo numéro 13 2011 Page 72-73Snow Labo numéro 13 2011 Page 74-75Snow Labo numéro 13 2011 Page 76-77Snow Labo numéro 13 2011 Page 78-79Snow Labo numéro 13 2011 Page 80-81Snow Labo numéro 13 2011 Page 82-83Snow Labo numéro 13 2011 Page 84-85Snow Labo numéro 13 2011 Page 86-87Snow Labo numéro 13 2011 Page 88-89Snow Labo numéro 13 2011 Page 90-91Snow Labo numéro 13 2011 Page 92-93Snow Labo numéro 13 2011 Page 94-95Snow Labo numéro 13 2011 Page 96-97Snow Labo numéro 13 2011 Page 98-99Snow Labo numéro 13 2011 Page 100