Ski Labo n°13 2011
Ski Labo n°13 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de 2011

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : Free Presse

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 106

  • Taille du fichier PDF : 21,8 Mo

  • Dans ce numéro : tests 2011... du ski de Racing à celui de poudre, toutes les catégories pour trouver votre ski de l'hiver !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
FAT BLIZZARD Titan Zeus Iq-Max Prix public conseillé 999 euros avec IQ-MAX 14 TT Longueur testée (en cm) (disponibles) 194 (185) Lignes de cotes (en mm) 140/120/125 Rayon (en m) 42 Positionnement dans la GAMME La gamme Freeski est divisée en 2 : Park&Pipe d’un côté, Free Terrain de l’autre, avec les Titans. Le Zeus est le plus extrême de la série, normal. Sur la neige Ach ! C’est physique, les testeurs sont unanimes. Mais nom de Zeus, quel engin ! Rigide, exclusif, exigeant physiquement, « pas toujours évident en forêt ou lors des changements de direction rapide », vous voilà prévenu, ce sera le prix à payer pour accéder au niveau de performance de ce Zeus. Avis aux skieurs de Derby et autres freeriders puissants, très puissants même, ce ski est impressionnant de stabilité et de puissance. « Vraiment efficace à grande vitesse », « très stable même en neige changeante », « c’est un ski sans autres limites que les tiennes » résumera fort justement un des testeurs. Quelle que soit la vitesse, le ski demande un rider bien présent ; ceux qui travaillent sans cesse leur ski trouveront de la relance et une certaine réactivité et seront alors capable de passer partout avec. Les autres, un conseil : « restez en terrain ouvert… ». Seul vrai reproche : que ce soit en tout terrain ou sur piste, un peu plus de vivacité dans les changements de rythme aurait été bienvenu. Reste que ceux « qui n’ont pas froid aux yeux » et rident toujours les gaz ouverts en grand, auront trouvé là un engin d’exception. L’antithèse absolue du ski de cruising, un ski « un peu raide pour le commun des mortels », mais excellent pour de très forts skieurs énervés, avec une bonne condition physique et un bon gabarit, « qui pourront l’utiliser assez régulièrement, même sur neige dure ». Efficacité en poudre 9 polyvalence 7,25 58 TESTS FREE PRESSE 2 0 10-2011 COREUPT Watch Out Prix public conseillé 719 euros Longueur testée (en cm) 183 TU Lignes de cotes (en mm) 150/141/146 Rayon (en m) 29 Positionnement dans la GAMME Pas moins de 8 Pro Models sur les 11 skis de la gamme CoreUPT.com. Le Watch Out est tout simplement celui du Boss, Guerlain Chicherit himself. Sur la neige Autant le savoir, en chaussant le ski de Guerlain, vous devrez au passage abandonner certaines habitudes, pour à l’inverse, « découvrir de nouvelles sensations ». Ce ski différent de tout ce qui se fait ailleurs est tout simplement bluffant. Tellement différent qu’il demande un petit temps d’adaptation. Nulle doute qu’un snowboarder, surfer ou autre vrai glisseur y sera plus à l’aise qu’un moniteur de ski… Puisque ce n’est pas un ski. L’option rocker très marqué associé à un flex bien raide est intéressante. Avec un peu d’habitude, on trouve son équilibre et là… Banzaï ! La largeur imposante s’oublie très vite, le ski tourne tout seul à faible vitesse, et une fois trouvé le talon, « bien fiable », il ne vous reste plus qu’à ouvrir en grand, voir tirer droit. Dans des neiges pourries, « c’est une hache à trafolle », l’imposant rocker bouffe le terrain, à vous de suivre la cadence, rien ne bronche. En terrain accidenté, sa maniabilité fait des merveilles, pendant que son imposante spatule survole les obstacles. Bon, de là à en faire un ski polyvalent… Bon courage par exemple dans une traversée gelée dans du raide… Reste que tant que la neige est douce, on n’est pas « tant handicapé » une fois sorti des champs de poudre. Un seul défaut, selon nous, à ce ski imposant : le rocker très prononcé nuit à la glisse naturelle, l’accélération n’est pas phénoménale. Mais une fois lancé… Un ski pour les jours de poudre sans fond, et pour s’amuser sur toutes les neiges de printemps, pour tous les amateurs de sensations fortes et de skis différents. De bon à experts. Efficacité en poudre 9,5 polyvalence 2
DYNASTAR Legend Pro 115 Prix public conseillé 799 euros avec PX 12 jib XXL Longueur testée (en cm) (disponibles) 184 (166, 175) Lignes de cotes (en mm) 137/115/127 Rayon (en m) 32 Positionnement dans la GAMME La série Legend regroupe tous les modèles « All Mountain Freeski «. De 80 à 94 mm en patin pour les Legend Sultan,115 mm pour le Pro 115 et enfin 120 mm pour l’imposant Legend Big Dump. Sur la neige Passé le temps d’adaptation nécessaire (spatule très longue et souple associée à un tail super présent : il faut trouver son équilibre), on retrouve ce qui a fait la force de Dynastar en Freeride : « un ski solide sous les pieds ». En poudre, le rocker, sympa selon les testeurs, « fait tout le travail », associé aux mensurations généreuses du ski, le tout donne un ski « hyper accessible pour son gabarit », « il n’y a qu’à le laisser glisser ». À la fois maniable, facile en pivot à basse vitesse et bien stable quand on allonge le rayon, le 115 est « un ski reposant, efficace sans trop faire d’effort, même en forêt ». En parlant de forêt justement, il ne faudrait pas que cette apparente facilité la cache… Sorti des champs de poudre le Pro 115 est tout simplement un autre ski. Le talon super présent ne donne pas dans la tolérance, mieux vaut alors avoir les cuisses pour déformer le ski…Tout en ne poussant pas trop sur la spatule qui n’est pas faite pour supporter la charge. L’équilibre est parfois délicat à atteindre quand on veut aller vite. Seul notre expert parmi les testeurs (coureur sur le FQT) l’a trouvé taillé pour les très grandes vitesses « où l’on se sent en confiance, aussi bien dans les réceptions de gros jumps que pour défoncer les neiges pourries ». Un ski deux en un, accessible à tous ou presque si vous l’utilisez comme ski de poudre uniquement (où il sait absolument tout faire), mais beaucoup plus exigeant techniquement et physiquement pour ceux qui désireraient l’utiliser plus régulièrement sur tous les terrains. Gabarits pas trop lourds, environ 80 kg max dans cette longueur. Efficacité en poudre 9 polyvalence 6,75 FACTION 3 Zero Prix public conseillé 599 euros Longueur testée (en cm) (disponibles) 191 (175, 183) Lignes de cotes (en mm) 142/112/132 Rayon (en m) 25 men 183 cm Positionnement dans la GAMME La marque américano-suisse propose 6 lignes de skis, qui couvrent toutes les variantes des pratiques Fresstyle et Freeride. Le 3 Zero constitue à lui tout seul la série Fat/Freeride, mais est disponible en 2 versions, rocker (en test) ou cambre traditionnel. Sur la neige Ce 3 zero fait partie de ces skis « à la nord américaine «, pour qui les performances sur piste ne comptent pas vraiment. Difficile en effet de se poser sur la carre dès que la neige est dure. Heureusement, les conduites dérapées sont très agréables, mais les alpins que nous sommes restent sur leur faim. Retour en poudre donc, où ce Faction affiche clairement ses préférences pour les gros riders lourds et puissants, qui aiment avant tout rider vite. C’est seulement si vous remplissez ces conditions que vous découvrirez un ski plus maniable, tout en restant bien stable quand il le faut. Le ski est alors « solide pour du gros freeride », mais pas très ludique en dehors de cette configuration. Avis aux gros gabarits puissants qui veulent envoyer en poudre, et qui se fichent du rendement sur neige damée. Ou alors à Verbier ils ont des cuisses vraiment plus grosses qu’en Tarentaise !. Efficacité en poudre 8,25 polyvalence 5 2010-2011 TESTS FREE PRESSE 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Ski Labo numéro 13 2011 Page 1Ski Labo numéro 13 2011 Page 2-3Ski Labo numéro 13 2011 Page 4-5Ski Labo numéro 13 2011 Page 6-7Ski Labo numéro 13 2011 Page 8-9Ski Labo numéro 13 2011 Page 10-11Ski Labo numéro 13 2011 Page 12-13Ski Labo numéro 13 2011 Page 14-15Ski Labo numéro 13 2011 Page 16-17Ski Labo numéro 13 2011 Page 18-19Ski Labo numéro 13 2011 Page 20-21Ski Labo numéro 13 2011 Page 22-23Ski Labo numéro 13 2011 Page 24-25Ski Labo numéro 13 2011 Page 26-27Ski Labo numéro 13 2011 Page 28-29Ski Labo numéro 13 2011 Page 30-31Ski Labo numéro 13 2011 Page 32-33Ski Labo numéro 13 2011 Page 34-35Ski Labo numéro 13 2011 Page 36-37Ski Labo numéro 13 2011 Page 38-39Ski Labo numéro 13 2011 Page 40-41Ski Labo numéro 13 2011 Page 42-43Ski Labo numéro 13 2011 Page 44-45Ski Labo numéro 13 2011 Page 46-47Ski Labo numéro 13 2011 Page 48-49Ski Labo numéro 13 2011 Page 50-51Ski Labo numéro 13 2011 Page 52-53Ski Labo numéro 13 2011 Page 54-55Ski Labo numéro 13 2011 Page 56-57Ski Labo numéro 13 2011 Page 58-59Ski Labo numéro 13 2011 Page 60-61Ski Labo numéro 13 2011 Page 62-63Ski Labo numéro 13 2011 Page 64-65Ski Labo numéro 13 2011 Page 66-67Ski Labo numéro 13 2011 Page 68-69Ski Labo numéro 13 2011 Page 70-71Ski Labo numéro 13 2011 Page 72-73Ski Labo numéro 13 2011 Page 74-75Ski Labo numéro 13 2011 Page 76-77Ski Labo numéro 13 2011 Page 78-79Ski Labo numéro 13 2011 Page 80-81Ski Labo numéro 13 2011 Page 82-83Ski Labo numéro 13 2011 Page 84-85Ski Labo numéro 13 2011 Page 86-87Ski Labo numéro 13 2011 Page 88-89Ski Labo numéro 13 2011 Page 90-91Ski Labo numéro 13 2011 Page 92-93Ski Labo numéro 13 2011 Page 94-95Ski Labo numéro 13 2011 Page 96-97Ski Labo numéro 13 2011 Page 98-99Ski Labo numéro 13 2011 Page 100-101Ski Labo numéro 13 2011 Page 102-103Ski Labo numéro 13 2011 Page 104-105Ski Labo numéro 13 2011 Page 106