Siyonaj n°4 oct/nov 2011
Siyonaj n°4 oct/nov 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de oct/nov 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Association Siyonaj

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : la Miss des Miss... Corinne Coman.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
c{ÉàÉáM ZOOM S I Y O N A J M A G A Z I N E SIYONAJ MAGAZINE - P.32 oct - nov 2010Yoland Eliezer
V{tÇàxâáx Photographe Christian Jibril Make Up Artist Clare Elizabeth Smith e°z|Çx ZtÜÇ|xÜ RÉGINE GARNIER à sorti un nouveau single, L’Ombraj, remix du tube du groupe Champagne. Avec la collaboration de Frédéric Caracas et Krys, cette jeune guadeloupéenne installée à Londres, passionnée de théâtre, de mode, et de musique s’est prêtée à une interview. Siyonaj : Depuis combien de temps chantes-tu ? Régina Garnier : Depuis toujours : au départ je m’amusais à imiter mes chanteurs préférés. Mais dès l’âge de 10 ans, j’ai commencé à écrire mes propres compositions musicales. SJ : Tu chantes en anglais, pourquoi ? RG : Je vis à Londres depuis plus de 10 ans, il m’est donc très facile de m’exprimer en anglais. Cela fait partie intégrante de ma personnalité comme le créole et le français. De plus, il ne faut pas oublier que la musique se mondialise et il est important de se diversifier. Cela ne veut pas dire du tout que j’oublie le créole, au contraire ! Je pense que la touche anglaise apporte un côté « international » au zouk et l’ouvre à d’autres cultures. SJ : Nous savons que tu es une artiste polyvalente… RG : Oui en effet, je suis un vrai caméléon artistique. Grâce à mes cours de théâtre en France, j’ai pu décrocher un rôle majeur dans un court métrage à Londres : Black Ink. J’adore également la mode, les gens qui me connaissent savent que je suis une relookeuse de nature. J’ai eu le plaisir d’être choisie pour le défilé du London Fashion Week, un grand événement qui se déroule tous les ans à Londres. SJ : Nous t’avons rencontrée lors d’un clip avec le chanteur Krys, et nous savons que c’est Frédéric Caracas qui a produit le morceau de ce clip. Comment as-tu pu, en étant hors du département, travailler avec eux ? RG : Lors d’un de mes séjours en Guadeloupe, j’ai fait la rencontre de Frederic Caracas. Je lui ai fait écouter mes compositions et tout de suite nous avons été en synergie sur le plan musical : lui et sa fabuleuse expérience, moi avec mon style contemporain. Les Antilles ont découvert un son nouveau et inattendu, une merveille, à mon humble avis. L’occasion de rencontrer Krys s’est présentée lors d’une séance au studio chez Frédéric Caracas, il préparait sa fameuse tournée Bootyshake tour. J’en profite pour saluer leur professionnalisme et leur bonté de cœur. SJ : Qu’aimerais-tu entreprendre après ce premier morceau dévoilé au public antillais ? RG : Faire découvrir mes différentes couleurs musicales lors de la sortie prochaine de mon premier album. SJ : Qu’aimerais tu dire aux lecteurs ou à tes fans qui vont entendre ton morceau pour la première fois ? Penses-tu revenir aux Antilles ? RG : J’espère que les lecteurs apprécient ou apprécieront ce morceau et que mes fans continueront à me soutenir. Oui je serais de retour aux Antilles car la Guadeloupe c’est la terre où je suis née. C’est ici que je puise mon inspiration. Ma famille aussi est très importante. SJ : Qu’aurais-tu à dire à tous les entrepreneurs ? RG : A Londres, j’ai eu l’occasion de travailler en étroite collaboration avec des associations caritatives qui avaient justement comme objectif de motiver et d’aider les jeunes entrepreneurs à ouvrir leur entreprise. J’ai pu constater que beaucoup de jeunes abandonnaient leur rêve ou doutaient de leur capacité. Alors j’aimerais faire passer un message à tous ceux qui ont le désir de réussir mais sont parfois confrontés a des obstacles qu’ils pensent insurmontables : toujours poursuivre ses rêves, même si cela semble impossible. La vie est un combat, il ne faut jamais baisser les bras. Il faut aussi garder des valeurs humaines telles que l’humilité, qui fait que vous ne laissez pas indifférent les gens,… et la magie opère. SIYONAJ MAGAZINE - P.33 oct - nov 2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :