Science & Santé n°44 sep/oct/nov 2019
Science & Santé n°44 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Institut national de la santé et de la recherche médicale

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : dépasser l'incertitude.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 Insermle magazine #44 LIVRE POUR LE BIEN-ÊTRE ET LA SANTÉ DES JEUNES mai 2019, Odile Jacob, 240 p., 21,90 € Si les jeunes en France ont le sentiment d’être en bonne santé, 10 à 15% d’entre eux traverseront une période difficile – plus que dans la plupart des autres pays européens. Leur santé est donc au cœur des débats. Le rapport Bien-être et santé des jeunes mandaté par le président François Hollande en 2016 pour faire le point sur la question sert aujourd’hui de base à l’ouvrage édité chez Odile Jacob et co-écrit par Marie Rose Moro, cheffe de service de la Maison de Solenn, maison des adolescents de l’hôpital Cochin, et professeur de psychiatrie à l’université Paris Descartes. Inserm/François Guénet bloc-notes Marie Rose Moro unité 1178 Inserm/Université Paris Descartes/Université Paris-Sud 11, Santé mentale et santé publique Vous aviez participé à la rédaction du rapport mandaté par François Hollande, quels sont vos objectif avec cet ouvrage aujourd’hui ? Marie Rose Moro  : La motivation première est politique mais au sens philosophique du terme. Avec un peu de recul, il apparaît aujourd’hui que la jeunesse doit être une priorité, tant les défis demeurent. À partir du rapport de 2016, nous faisons avec Jean- Louis Brison, inspecteur d’académie honoraire, un état des lieux de ce qui a été fait sur la santé et le bien-être des jeunes et ce qui reste à faire, et nous rendons ces informations accessibles à tous. Nous prêtons une attention toute particulière aux jeunes les plus vulnérables, afin que leur mal-être et leur souffrance fassent l’objet d’une nouvelle mobilisation, tant à l’école que dans les lieux de soins, en particulier de la part des pouvoirs publics. Concrètement, quelles solutions proposezvous ? M. R. M.  : Il est important que les adolescents fragiles et qui présentent des moments de rupture puissent être reconnus, acceptés, non jugés, soignés, aidés sans que l’on considère leur avenir compromis. Nous suggérons ainsi 10 nouvelles préconisations pour une meilleure santé des jeunes qui permettront de repérer plus précocement et de manière non discriminante les signes de grand malêtre, d’offrir aux jeunes un accompagnement plus efficace et de les orienter vers les professionnels compétents afin d’améliorer leur prise en charge. Et à qui vous adressezvous ? M. R. M.  : Le livre s’adresse aux parents et aux professionnels du milieu, aussi bien les enseignants que tous ceux qui travaillent au service des enfants et des adolescents, comme les personnels de cantine ou de la vie scolaire, susceptibles de repérer des signes de mal-être ou de souffrance. Pourquoi la France estelle particulièrement concernée ? M. R. M.  : Nos jeunes ont une vision de l’avenir plus pessimiste que les Espagnols ou les Italiens. Ils ont moins confiance en leurs capacités. Cette perception négative leur vient des adultes, qui ont l’impression que ce sera plus difficile pour leurs enfants que pour euxmêmes. De plus, notre système scolaire exigeant, intransigeant, avec des hiérarchies fortes, n’est pas adapté à tous les jeunes. Il laisse donc peu de place aux ruptures et tolère mal les fragilités. Et en quoi cette thématique reste majeure aujourd’hui ? M. R. M.  : La période de l’adolescence, pourtant si charnière, est encore largement sous-estimée. Avares de secondes chances, les dispositifs mis en place ne sont que trop peu souvent présents et adaptés, alors que les enjeux à cette période sont incontournables. Pourtant de nombreuses actions ont déjà fait leurs preuves. C’est pourquoi nous plaidons pour que la politique de santé à l’égard des adolescents soit une priorité nationale, qui allie le monde de l’enseignement à celui des soins mais aussi de la politique. Le bien-être reste un droit et un devoir, envers soi et envers les autres. Propos recueillis par Mia Rozenbaum Pour en savoir plus  : M. R. Moro et J.-L. Brison, Mission Bien-être et santé des jeunes, novembre 2016 https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_mission_bien-etre_etsante_des_jeunes_partie_1.pdf
immunologie Nantes-Angers (unité Inserm1232) interviendra sur les multiples transformations du corps liées au cancer au travers d’images et de manipulations avec des outils de laboratoire et d’observations au microscope. Muséum d’Histoire naturelle, Nantes Programme complet  : > www.grand-ouest.inserm.fr GRAND EST L’Insermprésentera dans une MJC de Vandœuvre-lès-Nancy l’exposition « La science a du goût » ainsi que l’animation avec casque de réalité virtuelle « Corpus 360 ». Inserm/P. Da Silva Cette dernière, en partenariat avec le réseau Canopé, sera également disponible à Strasbourg. 9 - 12 octobre MJC Centre social Nomade, Vandœuvre-lès-Nancy 11 - 13 octobre Palais universitaire de Strasbourg Programme complet  : > www.est.inserm.fr SANTÉ EN QUESTIONS LE CŒUR DES FEMMES ET DES HOMMES, QUELLES DIFFÉRENCES ? Femmes et hommes n’ont pas les mêmes histoires de cœur. Les uns comme les autres souffrent de maladies du cœur, mais les femmes sont moins diagnostiquées et moins sensibilisées que les hommes aux facteurs de risques (tabagisme, grossesse, changements hormonaux…). Une meilleure prévention les aiderait à prendre en main leur santé cardiaque. Avec Nadia Bouatia-Naji, directrice de recherche au Paris-Centre de recherche cardiovasculaire (unité 970 Inserm) ; Philippe Ménasché, cardiologue à l’Hôpital européen Georges-Pompidou et au Parcc ; et Marie-Christine Boutron-Ruault, épidémiologiste et directrice de recherche Insermau Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (unité 1018). Débat animé par la romancière et chroniqueuse Eli Flory. 5 décembre, 19 h - 20 h 30 Cité des sciences et de l’industrie, Paris 19 e > inserm.fr Inserm/Ambre Rolland d’après Adobe Stock CONFÉRENCE-DÉBAT CHERCHEURS TOUJOURS L’association française des chercheurs séniors soutenue par l’Insermet le CNRS propose une conférence sur l’intelligence artificielle avec Gabriel Ganascia, professeur à l’université Paris 6, et Juliette Mattioli, responsable du laboratoire R&D de Thales. 3 octobre, 15 h Hôtel de l’Industrie, Paris 6 e > Inscription obligatoire  : secretariat.ct@gmail.com > chercheurs-toujours.org FESTIVAL LES UTOPIALES L’Insermsera cette année encore présente au festival international de science-fiction de Nantes avec pour thématiques le cerveau et la génétique. L’espace « Coder la science en santé » proposera l’exposition numérique « Cérébral  : voyage au cœur des neurones » et le serious game GeneGame. L’espace « Décoder la recherche médicale » Insermle magazine #44 49 présentera des courts métrages et des animations avec des chercheurs autour des nouvelles techniques d’édition de l’ADN. 31 octobre - 3 novembre Cité des congrès, Nantes > utopiales.org SÉRIE LES VIDÉOS ECHOSCIENTIFIQUES ! EchoSciences Provence-Alpes- Côte d’Azur propose une série de vidéos issues d’une rencontre entre vidéastes vulgarisateurs et chercheurs de la région. Dans le 4 e épisode, Michaël Ruff, chercheur postdoctoral à l’Institut de biologie Valrose à Nice (unité Inserm1091), en collaboration avec la chaîne de vulgarisation médicale Primum Non Nocere, coupe court aux fausses informations sur les cancers et, en 3 minutes 50, nous révèle l’un des mécanismes possible de la cancérogenèse qui passe par des cellules cancéreuses hackeuses. > echosciences-paca.fr/articles/video-echoscientifique-n-4 FORUM FUTURAPOLIS SANTÉ La troisième édition de Futurapolis Santé, grand rendez-vous dédié à la santé et à l’innovation, proposera deux jours de conférences, d’échanges et de découvertes sur la santé et l’innovation où médecins, scientifiques, inventeurs et personnalités publiques sont invités à venir à la rencontre du public. 18 - 19 octobre Opéra Comédie, Montpellier > Entrée libre. Pré-inscription et programme  : futurapolis-sante.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :