Science & Santé n°43 jun/jui/aoû 2019
Science & Santé n°43 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Institut national de la santé et de la recherche médicale

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15 Mo

  • Dans ce numéro : le coeur, un organe sensible.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Insermle magazine #43 Anxiété et dépression L’échelle de diagnostic HAD peut être améliorée Comment différencier les patients victimes d’anxiété de ceux souffrant de dépression, ces deux troubles ayant en commun de nombreux symptômes ? Des échelles qui permettent de dépister les troubles anxieux et dépressifs ont été développées, dont l’échelle HAD, pour Hospital Anxiety and Depression. Celle-ci comporte sept questions relatives à l’anxiété et sept afférentes à la dépression, et aboutit à l’obtention de deux scores permettant un diagnostic. Philip Gorwood, de l’Institut de psychiatrie et neurosciences de Paris, a étudié avec son équipe la cohérence et la fiabilité de cette échelle grâce à une cohorte française de 9 706 patients atteints de dépression. Conclusion  : l’échelle HAD gagnerait en cohérence avec la révision de deux des items liés à l’anxiété  : « Je peux rester tranquillement assis(e) à ne rien faire et me sentir décontracté(e) » et « J’ai la bougeotte et n’arrive pas à tenir en place ». Ces deux phrases, censées permettre d’identifier des personnes anxieuses, ne seraient pas suffisamment spécifiques de ce trouble car elles pourraient également interpeller des personnes déprimées – alors à tort diagnostiquées comme anxieuses. A. B. Philippe Gorwood  : unité 1266 Inserm/Université Paris Descartes 2R. Maatoug et al. Psychiatry Res., avril 2019 ; doi  : 10.1016/j.psychres.2019.02.074 CANCER Prédire l’efficacité du traitement contre le lymphome Le lymphome B diffus à grandes cellules compte parmi les cancers qui attaquent les ganglions lymphatiques les plus courants. Le traitement actuel, dénommé R-CHOP, qui consiste à combiner une immunothérapie avec une chimiothérapie, échoue chez 30 à 40% des patients. Or, les médecins n’ont aujourd’hui aucun moyen pour prédire son efficacité. Mais l’équipe de Jean-Ehrland Ricci au C3M à Nice vient peutêtre d’en découvrir un, grâce à la GAPDH, une enzyme impliquée dans le métabolisme du glucose. D’après les Nombre de travailleurs de nuit k actualités c’est NOTRE SANTÉ Répartition du nombre de travailleurs de nuit en France par grands secteurs d’activité entre 1990 et 2013 pour l’ensemble des travailleurs de 15 à 74 ans Pascal Guénel  : unité 1018 Inserm/UVSQ/Université Paris-Sud – Ined, Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP) 2É. Cordina-Duverger et al. BEH, 8-9, 12 mars 2019 observations des chercheurs, celle-ci n’est présente en grande quantité que chez les patients qui répondent bien au R-CHOP. Le modèle murin qui reproduit la maladie confirme leur hypothèse  : un niveau faible de cette protéine est associé à une réponse partielle au R-CHOP. À l’inverse, chez la souris comme chez l’Homme, les tumeurs basses en GAPDH seraient réactives à certains inhibiteurs thérapeutiques qui ciblent le métabolisme tumoral. Ainsi, pour chaque patient, la GAPDH pourrait prédire l’issue non seulement du traitement classique, mais Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) J.E Ricci/Johanna Chiche/InsermLymphome B diffus à grandes cellules chez des patients exprimant des niveaux forts de GAPDH k aussi des nouvelles thérapies en développement  : un avantage réel pour la survie des personnes touchées par ce type de cancer. G. M. Jean-Ehrland Ricci  : unité 1065 Inserm/Université Nice Sophia Antipolis, Centre méditerranéen de médecine moléculaire (C3M), équipe Métabolisme, cancer et réponse immunitaire 2J. Chiche et al. Cell Metab., 26 février 2019 ; doi  : 10.1016/j.cmet.2019.02.002 Travail de nuit La vigilance s’impose Infirmiers, livreurs ou encore militaires… Leur point commun ? Beaucoup d’entre eux travaillent de nuit, soit entre minuit et 5 h du matin, et sont ainsi plus à risque de développer une maladie métabolique (obésité, diabète de type 2…), cardiovasculaire (hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral…) ou un cancer. Combien de Français sont réellement concernés par ces horaires de travail décalés ? Pascal Guénel et les chercheurs de l’équipe Cancer et environnement à Villejuif et Santé publique France ont répondu à cette interrogation grâce aux données fournies par l’Insee. D’après leurs estimations, le nombre de travailleurs de nuit occasionnels, tels que le personnel d’hôtel ou restaurant, est resté relativement stable entre 1990 (2,5 millions) et 2013 (2,4 millions). Celui des travailleurs de nuit habituels (conducteurs routiers, aides-soignants…) a, lui, plus que doublé, dépassant 1,9 million en 2013. Cette évolution illustre l’ampleur du problème que pourrait poser ce mode de travail pour la santé, et l’importance d’établir une veille sanitaire dans ces groupes professionnels. G. M.
U 1263 InsermCardiovasculaire L’hypoxie, principal facteur de stress en apnée En plongée, l’organisme est soumis à plusieurs sources potentielles de stress. Avec bouteilles, ce sont la pression hydrostatique, le froid et l’hyperoxie (un excès d’apport en oxygène) qui interviennent. Lors d’une plongée en apnée, ce sont la pression hydrostatique, le froid, l’activité physique et l’hypoxie (manque l’oxygène). Et en apnée statique [retenir simplement sa respiration le plus longtemps possible,ndlr.], seule l’hypoxie entre en jeu. Pour savoir comment ces facteurs impactent l’organisme, Fabrice Joulia et ses confrères du Centre de recherche cardiovasculaire et nutrition, à Marseille, ont analysé le sang de participants avant et après Alors que l’implication du système circadien est bien connue dans la régulation de l’alternance éveil/sommeil ou d’autres fonctions biologiques, qu’en est-il de la relation entre le système circadien et la dimension cognitive de la Mesure de paramètres physiologiques lors d’apnées statiques de longue durée la pratique de ces trois activités pour y évaluer la présence de marqueurs de stress. Verdict  : l’hypoxie serait le principal facteur qui conduit à la sécrétion d’hormones de stress général (cortisol et copeptine) ainsi que de stress cardiaque (troponine cardiaque et peptide natriurétique de type B), alors que le froid et la pression de la colonne d’eau n’auraient que peu d’effets. Les chercheurs conseillent aux personnes qui souhaitent pratiquer l’apnée de faire évaluer au préalable la présence d’éventuelles maladies cardiaques. A. B. Fabrice Joulia  : unité 1263 Inserm/Inra/Aix-Marseille Université, équipe Système adénosinergique, dysoxie, inflammation 2M. Marlinge et al. Physiol Rep., mars 2019 ; doi  : 10.14814/phy2.14033 COMA Système circadien et amélioration cognitive sont liés k reprise de conscience ? Pour le savoir, Florent Gobert et ses collègues du Centre de recherche en neurosciences de Lyon ont étudié ce qu’il se passait chez des patients en cours de sortie de leur état de coma consécutif Splendens/Adobe Stock GROSSESSE L’enfant paie aussi le prix des violences psychologiques Aujourd’hui, en Union européenne, près de 43% des femmes adultes ont subi une forme de violence psychologique de la part d’un partenaire au cours de leur vie. Les conséquences sur les femmes sont multiples  : dépression, anxiété, pensées suicidaires… Mais cette violence conjugale pourrait avoir une autre victime  : l’enfant à naître. En analysant des données de la cohorte nationale Elfe3, recueillies après l’accouchement à la maternité, Fabienne El-Khoury et son équipe ont découvert que la violence verbale conjugale (insultes ou paroles blessantes) était directement liée à la consommation occasionnelle ou régulière d’alcool chez les femmes enceintes. Cette observation est d’autant plus inquiétante que près de 12% de ces futures mères auraient subi une violence verbale durant leur grossesse. En connaissant le danger que représente l’alcool pour le fœtus, ces résultats appellent à une évaluation systématique des violences conjugales suivie d’un accompagnement adéquat, pendant la période périnatale. G. M. 3Elfe. L’étude longitudinale française depuis l’enfance (Elfe), pilotée par l’Ined et l’Inserm, en partenariat avec l’EFS, permet, pour la première fois à des chercheurs de suivre l’histoire d’enfants, de leur naissance à l’âge adulte. Plus de 18 000 enfants nés en France métropolitaine en 2011 ont été inclus, ce qui représente 1 enfant sur 50 parmi la génération 2011. Fabienne El-Khoury  : unité 1136 Inserm/Sorbonne Université, Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique, Équipe de recherche en épidémiologie sociale (ERES) à des lésions cérébrales traumatiques  : le système circadien présente-il une récupération lors de la reprise d’un éveil comportemental (état végétatif), ou bien lors de la réapparition partielle d’un fonctionnement cognitif (état pauci-relationnel) ? Résultat  : dans ces deux cas, la rythmicité circadienne a été observée à nouveau après 7 à 8 mois de coma, et elle était concomitante de l’amélioration des aspects cognitifs de la conscience, mais pas de la récupération d’un éveil comportemental. Ce 2F. El-Khoury et al. BEH, 10-11  : 187-93, 26 mars 2019 La violence verbale conjugale est corrélée à la consommation d’alcool chez les femmes enceintes. k Insermle magazine #43 15 qui suggère que la reprise des rythmes circadiens pourrait être un prérequis pour récupérer d’un coma par le biais des effets potentiels sur le cerveau, qui restent à démontrer, de la sécrétion de mélatonine, hormone circadienne ou de la récupération fonctionnelle du noyau suprachiasmatique, grand « horloger » de notre organisme. A. B. Florent Gobert  : unité 1028 Inserm/CNRS/Université Claude-Bernard-Lyon-1/Université Saint-Étienne-Jean-Monnet 2F. Gobert et al. J Pineal Res, avril 2019 ; doi  : 10.1111/jpi.12555



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :