Science & Santé n°28 nov/déc 2015
Science & Santé n°28 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Institut national de la santé et de la recherche médicale

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : changements climatiques, menaces sur notre santé !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
J. Partouche/Didapix/InsermInfections ÉVOLLETION GÉEIGRAPHIQUE EltS MFECTIONS FACTEuRS ÉLIE#IGDICE ET ÉrEY_RidiSIDliL.** !... izadoulmi RO.eielbg at Fere. birMIT9.rrW ImEamL Ydm.frIn Ci%yàiili eliidaM ibn Mali'MaiMia ! I MMYI [1.1...à1.1141MINTil iriliNdid>11.11 lirallffltil. + 11.14plalffl 11.1133.11. limma..1.1 muiÉRAtriurÉs IFIBMIDUELLF5, CD1i11UP4AULUMES ET G EGGRAMMES dellURNIVIE SOIDiumf. 1 i-am air 1.11.mirmlimla Mi W.Id Ce 000 MEUS PAIRCIGÉN « Iletj Mai Or— PAYS EN DÉVELOPPEMENT ins PERSPECTIVES SANITAIRES ittguiÉrAtrrEs 1.0...c.o. ai Ofe IL ISIliffelffl A bmini gag No++ mii 44. Liai 11190110141411 1113. ireligemen ruur Oro IFINFIn14. ilrmililluilifflP pupiewu prAmul4dr. imeli meml im irelmmile. ileil le NÉ É la.ffliii imi ma Mil lm ildat il wilaw Maumigivi 11 mlulm isivomlabre. PL rumplulmmi. uftlbml 1101W dlokir MA Iule inlIelimli PÇ larrtmFise n 4mivmm1mme IF il.m.$.ffliummi u4 iii, pe lm debiamims dmmenti. taumpliffli. bkaidid He fidefflin m li piSemliàum ufflid rommrl il FdslmI. mlalamm ! Mi ilieliiem-mlimium mimIri laminai. M. InDellim ma..Ecm marimia elmli,rl cu aNn am ulmaielmimm lai epdbamai t'aigrir m slmi cialimpn. Le changement climatique favorise l'émergence et l'expansion de divers agents pathogènes. Claude Flamand  : Institut Pasteur de la Guyane, Laboratoire d’épidémiologie 32 ist.snig compte tenu des températures observées, mais seulement 2 100 ont été recensés. « Cela laisse entendre que le système d’alerte et le plan Canicule ont une certaine efficacité », assure Grégoire Rey. Les données récoltées par ces structures associatives et ces établissements publics permettent aussi de suivre et d’analyser dans le temps l’évolution de ces facteurs environnementaux et, donc, du changement climatique. Certaines maladies infectieuses vectorielles sont elles aussi surveillées de près. Dengue, chikungunya et paludisme autochtone sont toutes des maladies à déclaration obligatoire auprès de l’InVS. Cette modalité N°28 novembre - décembre 2015 ➜Grand Angle Kis 111.011 permet d’agir pour contenir le risque d’épidémies. Une structure spécialisée dans la veille et l’alerte sur les nouveaux risques vectoriels a aussi été spécialement créée en 2011  : le Centre national d’expertise des vecteurs (CNEV). Dans les territoires d’outre-mer où ces pathologies sont parfois devenues endémiques, des systèmes d’alerte sont à l’étude, tel le projet DETECT (Dengue Transmission and Emergence Control Using Tele- Epidemiology). Coordonné par Claude Flamand *, épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Guyane, à Cayenne, ce projet, auquel participe le laboratoire d’Aérologie de Toulouse, Météo-France et le Centre
national d’études spatiales (CNES), cherche à prévoir la dynamique des épidémies de dengue au niveau de la Guyane en identifiant des facteurs prédictifs environnementaux et météorologiques, notamment à l’aide de télé-épidémiologie. Cette technique consiste à mobiliser des satellites pour caractériser l’environnement. « Une fois abouti, le système DETECT nous permettra d’évaluer avec quelques mois d’avance le risque épidémique à une échelle spatiale fine, en vue d’orienter les actions de lutte anti-vectorielle avant même l’émergence de foyers épidémiques », assure Claude Flamand. Climat/santé, un couple complexe Cependant, surveiller et alerter n’est pas suffisant, il faut aussi prévoir les risques sanitaires futurs pour orienter les mesures de santé publique. Mais les problématiques liées aux interactions climat/santé sont complexes. « Les pathologies affectées par le changement climatique sont fréquentes dans la population et ne sont pas spécifiques à celui-ci », précise Robert Barouki *, toxicologue et chercheur Insermà l’université Paris-Descartes. Difficile alors de connaître précisément la contribution du changement climatique dans l’apparition et le développement de ces maladies. De plus, « les facteurs environnementaux interagissent entre eux et une même source peut occasionner différentes pathologies », reprend Robert Barouki. Comprendre toutes ces interactions nécessite donc le développement d’une recherche interdisciplinaire et intégrative. Un exemple fondateur est celui du Groupement d’intérêt scientifique (GIS) Climat-Environnement-Société. « C’est une belle initiative scientifique de regroupement à visée intégrative », estime Robert Barouki. Constitué de seize laboratoires ➜Grand Angle de recherche d’Île-de-France spécialisés dans différents aspects du couple climat/santé (climatologie, hydrologie, écologie, santé et sciences humaines et sociales), ce GIS incite, soutient et coordonne des recherches interdisciplinaires sur le changement climatique, et ses impacts sur l’environnement et la société depuis 2007. Il est d’ailleurs impliqué dans plusieurs des études précédemment citées  : RISC-UV et EREBUS sur le rayonnement UV, Climvib sur les bactéries Vibrio ou encore Atopica sur les pollens. Par ailleurs, une meilleure compréhension des impacts du changement climatique sur la santé passe aussi par la mise en place de grandes études longitudinales – garo/phanie Capteur de pollution d'Airparif pour le contrôle de la qualité de l'air à Paris L'asthme, une des maladies qui seront surveillées avec la cohorte d'enfants de l'étude HEALS 8 www.cnev.fr 8 www.gisclimat.fr robert Barouki  : unité 1124 Inserm– Université Paris-Descartes SCIENCE novembre - décembre 2015 N°28 s 33 fotolia



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :