Science & Santé n°25 mai/jun 2015
Science & Santé n°25 mai/jun 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de mai/jun 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Institut national de la santé et de la recherche médicale

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : cancers de l'enfant, les promesses de la recherche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
à la une découvertes Têtes chercheuses regards sur le monde Cliniquement vôtre Grand Angle Médecine générale Entreprendre Opinions Stratégies ➜Bloc-Notes EXPOSITIONS Anosmie : vivre sans odorat Du 18 mars au 31 juillet, les parfums, les couleurs et les sons se répondent à l’Espace des Sciences Pierre-Gilles-de-Gennes, au sein de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (ESPCI). La photojournaliste Éléonore de Bonneval y présente son exposition Anosmie : vivre sans odorat. ➜18 mars-31 juillet du mardi au samedi, de 14 h à 17 h entrée gratuite Espace des Sciences Pierre-Gilles-de- Gennes, Paris 5 e 8 www.espgg.org LPolype Tumeur bénigne qui se développe sur les muqueuses. S enteur gourmande du pain grillé, fraîcheur du linge propre, fragrance discrète de la violette ou effluves malodorantes du métro parisien… Les odeurs font partie de notre quotidien. Difficile donc d’imaginer la vie au quotidien sans odorat. Et pourtant, c’est ce que vivent les personnes atteintes d’anosmie. Cette infirmité peu connue prive 5% de la population de toute sensation olfactive. Les causes en sont multiples : congénitales, mais aussi accidentelles ou liées à une pathologie. Elle peut survenir, par exemple, à la suite d’un traumatisme crânien, de sinusites sévères, ou chez les patients souffrant de polypes (L). Moins invalidante, l’hyponosmie, c’est-à-dire la diminution de l’odorat, concerne quant à elle, près de… une personne sur 6. Alors, comment vit-on sans odorat ? C’est ce sujet qu’a choisi d’explorer la photographe Éléonore Bonneval, diplômée de l’Institut supérieur international du parfum, de la cosmétique et de l’aromatique alimentaire, en Le public sollicite sa mémoire olfactive et émotionnelle grâce au système de diffusion de Symrise. E de Bonneval theatre i 46 ● & ECIENCE san té ● N°25 ● mai - juin 2015 L’Insermfait son théâtre L’Insermpropose cette année une nouvelle création « binôme ». Éric Burguière, chercheur à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (unité Inserm1127), après sa rencontre avec Camille Chamoux, auteur de théâtre, découvrira la pièce en juin et la première représentation se tiendra dans le cadre du festival d’Avignon. ➜ 13 juillet, 17 h 30 Maison Jean-Vilar, Avignon Pour réserver : binome.resa@gmail.com Antoine Gautier : 06 47 82 32 92 8 www.lessensdesmots.eu proposant un parcours interactif qui répond à un double objectif : sensibiliser le public à l’anosmie et valoriser le sens olfactif dans notre quotidien. L’odorat est « le sens le plus réminiscent », précise-t-elle, « c’est le fameux syndrome proustien ». Percevoir une odeur, c’est bien souvent faire remonter des souvenirs, des émotions. Dès l’entrée de l’exposition, le public est invité à faire marcher sa mémoire olfactive et son imaginaire grâce à un système original de diffuseurs, abritant des notes développées par Évelyne Boulanger, parfumeur chez Symrise, une grande entreprise allemande « Percevoir une odeur, c’est souvent faire remonter des souvenirs, des émotions de parfums et saveurs. Rose, verveine, popcorn, fête foraine, bord de mer ou malabar… autant de senteurs qui rappellent les goûters de notre enfance, les balades au jardin ou les vacances d’été. Après l’odorat, c’est ensuite la vue qui est sollicitée : la photographe présente en face à face les écrits de ceux qui lui ont confié leur meilleur ou leur pire souvenir olfactif et les photographies qu’elle a réalisées pour les illustrer. D’autres témoignages nous sont donnés à entendre à travers une installation audio, où les interlocuteurs évoquent leurs souvenirs olfactifs. Enfin, des panneaux didactiques rappellent quelques notions anatomiques sur l’olfaction ou présentent les travaux de recherche menés à l’ESPCI dans ce domaine. On y apprend par exemple que l’existence de « signatures olfactives » offre des perspectives intéressantes en médecine légale pour les identifications. Conscient de l’importance que revêtent les odeurs dans notre existence et notre vie sociale, le visiteur aborde alors la dernière partie de l’exposition. En pénétrant sous une verrière sur les murs de laquelle sont accrochés des portraits en noir et blanc de patients anosmiques, on imagine leur souffrance et leurs difficultés quotidiennes : comment expliquer qu’un bouquet de fleurs est pour vous inodore ? Comment savoir que le gaz est resté ouvert quand on ne le sent pas ? Comment prendre plaisir à
➜bloc-notes conferences E de Bonneval manger quand, faute d’odorat, les aliments n’ont presque pas de goût ? Ces malades, dont certains ont retrouvé tout ou partie La photo renvoie au souvenir de l’escalier en bois dans la maison de vacances en Corrèze de leur odorat grâce à une prise en charge médicale, ont confié à Éléonore de Bonneval leur détresse : « déconnexion sociale », « enfermement », « impression de vivre sous vide ». Un ressenti qu’elle a mis en scène dans cette serre transparente au travers de laquelle on voit et entend le monde sans pouvoir le sentir. Et c’est sur cette émouvante démonstration de l’impact de l’olfaction dans notre quotidien que se termine la visite de cette exposition à destination de tous les nez, même si elle séduira surtout les amateurs de photographie. n Hélène Perrin La Recherche de l’Art#4 Chaque année, un partenariat signé entre l’Insermet l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP) permet à des étudiants d’effectuer des résidences dans des laboratoires de recherche. Cette année, les œuvres questionnent le thème : « Re-production : quand les images médicales et artistiques s’hybrident ». Ainsi, Margot Laurens et Florian Da Silva ont été accueillis au Laboratoire d’imagerie fonctionnelle, dirigé par Habib Benali, Vincent Marcq, à l’unité Immunité et infection, dirigée par Dominique Mazier, et Célia Honoré à l’unité de Génétique médicale et génomique fonctionnelle, dirigée par Nicolas Lévy. ➜ 6 juillet - 20 septembre ENSP, Galerie haute, Arles 8 www.ensp-arles.fr ● Les conférences 5 à 7 Comment évaluer la santé d’une population ? avec Luc Dauchet, praticien hospitalier en santé publique, épidémiologie, économie de la santé et prévention, université de Lille RID-AGE (Institut Pasteur de Lille, unité Inserm744). Exemple de l’enquête ELISABET ➜ 19 mai, 17 h – 19 h Institut Pasteur de Lille 8 www.pasteur-lille.fr Pourquoi les odeurs ont tant de pouvoirs sur nous ? avec Roland Salesse, spécialiste en biologie moléculaire et cellulaire (Inra), auteur de Faut-il sentir bon pour séduire ? (Quae, 2015) ➜ 28 mai, 19 h 30 Bibliothèque Vandamme Paris 14 e Partenariat Paris Bibliothèques/Inserm8 www.idf.inserm.fr ● Les Découvrades Vieillissement et mémoire avec Bruno Vellas, gériatre, responsable du Gérontopôle au CHU de Toulouse, chercheur à l’unité InsermUMR 1027 ➜ 21 mai, 20 h 15 Centre international de conférences de Météo-France Toulouse 8 www.science-animation.org ● lUMIère sur les jeunes chercheurs Comment améliorer l’efficacité des anticorps ? par Léa Gaudot, doctorante à l’Institut de génétique et de biologie - I 4'f s - vincent Marcq Vincent Marcq, Paysage n°5 : vision « artificielle » du virus du paludisme moléculaire et cellulaire (Inserm/CNRS/Université de Strasbourg) ➜ 4 juin, 18 h Institut de physique, Strasbourg 8 jardin-sciences.unistra.fr ● Chercheurs toujours Alzheimer : fatalité ou espoir ? * avec Francis Eustache, directeur du Cyceron, plate-forme d’imagerie, et de l’unité Inserm1077, en partenariat avec l’AFAS * Voir aussi S&S n°23, Bloc-notes p.46 ➜ 2 juin, 15 h Institut Pasteur, Paris 15 e Inscription obligatoire www.chercheurs-toujours.org 8 www.avancement-sciences.org ● Les 17 e Entretiens de nutrition Un rendez-vous annuel pour les professionnels de la santé, avec, entre autres, Rémy Burcelin (unité Inserm1048) et Karine Clément (unité Inserm1166) Le microbiote intestinal : l’inattendu ! Bruno Pot (Centre d’infection et immunité de Lille, unité Inserm1019) ➜ 11 juin, Pré- et probiotiques : l’avenir ? ➜ 12 juin, Institut Pasteur de Lille 8 www.pasteur-lille.fr formation Cycle musique & cerveau Neurosymphonie : la musique et notre cerveau Voyage dans le cerveau musicien Thème du 2 e mouvement : Musique, mémoire et apprentissage Avec la participation de Francis Eustache (unité Inserm1077) La mémoire et le cerveau, des amnésies aux techniques de neuroimagerie, Olivier Houdé (UMR CNRS 8240) Le cerveau de l’apprentissage. Qu’est-ce qu’un cerveau qui apprend bien ? Animé par Hervé Platel (unité Inserm1077) La mémoire musicale est-elle spéciale ? ➜ 13 juin, 9 h 30 – 17 h Studio 105 Radio France Paris 16 e www.musique- 8 sante.org mai - juin 2015 ● N°25 ● ● 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :