Science & Santé n°25 mai/jun 2015
Science & Santé n°25 mai/jun 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de mai/jun 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Institut national de la santé et de la recherche médicale

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,9 Mo

  • Dans ce numéro : cancers de l'enfant, les promesses de la recherche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
à la une découvertes Têtes chercheuses regards sur le monde Cliniquement vôtre Grand Angle Médecine générale Entreprendre Opinions ➜Stratégies Bloc-Notes StratEgie nationale de recherche Une nouvelle ambition pour la France Au terme d’une large concertation et après consultation du Conseil stratégique de la recherche (CSR), le ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a publié en mars dernier son rapport sur la stratégie nationale de recherche (SNR). Son ambition : conforter la place de la France dans la recherche mondiale et relever les grands défis du XXI e siècle. Pascal Colombani *, vice-président du CSR, revient sur l’élaboration et les enjeux de cette feuille de route. L Classement de Shanghaï Il distingue les 500 meilleurs établissements d’enseignement supérieur parmi les 17 000 universités répertoriées dans le monde. www.enseignementsup- 8 recherche.gouv.fr * voir S&S n°16, Stratégies « Horizon 2020. Soyez acteurs de l’Europe de la recherche », p.42-43 Pascal Colombani : également président de Valeo et ancien administrateur général du CEA Science&Santé : La France figure parmi les principales puissances en matière de recherche. Elle occupe la 5 e place mondiale selon le classement de Shanghaï (L) et la 6 e pour les publications scientifiques. Pourquoi définir alors une stratégie nationale de recherche, inédite en France ? Pascal Colombani : En effet, jusqu’à présent, un tel document n’existait pas. L’État signait des contrats d’objectifs avec les organismes de recherche et reconduisait le plus souvent les priorités d’une période à l’autre. Il y a deux ans, prenant exemple sur certains pays, comme le Royaume-Uni, le Japon ou encore l’Allemagne, la France a souhaité remettre la situation à plat et se doter d’une véritable stratégie de recherche pour répondre aux grands défis scientifiques, technologiques, environnementaux et sociétaux du XXI e siècle. Par ailleurs, bien que la recherche publique française joue un rôle clé au sein de la recherche mondiale, ses retombées économiques François guénet/insermLe Conseil stratégique de la recherche Instauré en décembre 2013, le CSR réunit 26 scientifiques et experts français et internationaux de très haut niveau, ainsi que des personnalités du monde socio-économique et politique. Présidé par le Premier ministre ou, par délégation, par le ministre chargé de la Recherche, il doit proposer les grandes orientations de la stratégie nationale de recherche et participer à l’évaluation de leur mise en œuvre. 42 ● & ECIENCE santé ● N°25 ● mai - juin 2015 sont insuffisantes. L’une des ambitions de la SNR est donc d’améliorer le transfert des connaissances pour créer de l’activité et de l’emploi. Précisons enfin que cette stratégie a été établie en cohérence avec le nouveau programme de l’Union européenne Horizon 2020*. S&S : Comment a-t-elle été élaborée ? P.C. : À partir de 2013, sous le pilotage de la Direction générale de la recherche et de l’innovation et du ministère « L’une des ambitions est d’améliorer le transfert des connaissances pour créer de l’activité et de l’emploi de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, une large consultation a été menée auprès de la communauté scientifique et universitaire, des partenaires sociaux et économiques, des pôles de compétitivité, des représentants du monde associatif, des administrations, agences publiques et collectivités territoriales concernées, ainsi que de la société civile. Au total, près de 400 experts ont travaillé au sein d’ateliers pour identifier 10 grands enjeux d’avenir et définir des priorités de recherche associées. Entre février et novembre 2014, ces travaux ont été présentés au CSR, dont le rôle a été de proposer au gouvernement les grandes orientations de la SNR. S&S : Et quelles sont donc les grandes lignes de vos préconisations ? P.C. : Nous avons émis des recommandations, apporté des éléments de réflexion sur certaines propositions et défini des critères de mesure d’impact. Je tiens à souligner
➜stratégies que la parole a été très libre. Notamment, après avoir pris connaissance des conclusions du groupe de travail en charge du défi 4, intitulé « Santé et bien-être », de nombreux biologistes ont estimé qu’elles donnaient une vision trop exclusivement médicale, au détriment de la recherche en biologie prise dans son ensemble. Ils ont donc rédigé une proposition alternative qui élargit la réflexion. Au final, c’est sur la base du rapport que nous lui avons remis début mars que le ministère a défini et publié la SNR « France Europe 2020 ». S&S : En matière de santé, pouvezvous nous préciser les grandes orientations proposées ? P.C. : La première concerne la compréhension du vivant et ses applications médicales et industrielles. Il s’agit de structurer la communauté scientifique, faciliter la formation des chercheurs, soutenir la création de centres multidisciplinaires en biologie des systèmes (L) et en biologie de synthèse, mais aussi de faciliter l’acquisition et le traitement des données, dans un contexte d’utilisation accrue des technologies numériques. La seconde vise à associer plus étroitement recherche en laboratoire, recherche clinique et innovation privée en soutenant des projets à fort potentiel de transfert rapide vers la société et l’industrie. Bien entendu, il est prévu qu’un dialogue s’instaure entre les différents acteurs de la communauté de la santé et de la recherche médicale, en particulier au sein d’Aviesan, pour faire vivre l’ensemble de la SNR, et pour sérier et prioriser les domaines d’action, sur ce thème en particulier. « Chaque organisme de recherche doit s’approprier cette stratégie nationale S&S : Quelles sont les prochaines étapes ? P.C. : Pour le gouvernement, il s’agit de mettre des moyens en face des priorités. Je pense notamment aux appels à projets du type Investissements d’avenir ou aux dispositifs similaires à l’échelle européenne. Mais ces ressources n’ont, selon moi, qu’une vocation d’amorçage. Pour les compléter, il faudra trouver des financements pérennes, auprès notamment des organismes de recherche. De son côté, le CSR doit à présent suivre l’exécution de la SNR et mener des réflexions sur certains thèmes comme l’organisation de la recherche et la carrière des chercheurs. Enfin, je pense que chaque organisme de recherche doit s’approprier cette stratégie nationale et en valoriser les priorités à tous les niveaux (alliances, projets, etc.) où il opère. n Propos recueillis par Alexia Attali L Biologie des systèmes Domaine qui étudie les relations et les interactions entre différentes parties de l’organisme (cellules, organites, gènes, protéines), afin de déterminer le fonctionnement des systèmes biologiques dans leur ensemble. Les grandes orientations stratégiques de la SNR Dix défis sociétaux 1. Gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique 2. Une énergie propre, sûre et efficace 3. Stimuler le renouveau industriel 4. Santé et bien-être 5. Sécurité alimentaire et défi démographique 6. Transports et systèmes urbains durables 7. Société de l’information et de la communication 8. Sociétés innovantes, intégratives et adaptatives 9. Une ambition spatiale pour l’Europe 10. Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents Cinq programmes d’actions Big Data Système Terre : observation, prévision, adaptation Biologie des systèmes et applications Du laboratoire au patient Hommes et cultures François guénet/insermSCIENCE mai - juin 2015 ● N°25 ● ● 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :