Santé Sport Magazine n°38 nov/déc 2015
Santé Sport Magazine n°38 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Caméléon Média

  • Format : (229 x 269) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : aviron, le haut niveau et la pratique santé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ROB VAN ESCH/SHUTTERSTOCK.COM 8 ENTRAÎNEMENT d.ri.q. Si la gêne persiste, on peut envisager un traitement par PRP, pour « Plasma Riche en Plaquettes ». Cette méthode consiste à vous prendre un peu de sang et à le centrifuger pour récupérer la zone riche en plaquettes. Ces dernières sont les petites cellules qui s’agglutinent quand vous vous coupez. Elles forment un clou tissulaire et déversent leurs facteurs de croissance, stimulant la régénération des tissus. Injectées au pourtour du ménisque, elles favoriseraient la prise en masse périphérique de la fissure. Les protocoles de reprise sont en cours d’expérimentation mais il est d’usage de renouer avec la course environ 10 jours après le PRP. Enfin, si la douleur se poursuit, si votre genou continue à gonfler, il est temps de programmer une opération. Pas de drame néanmoins, le chirurgien enlève la portion éliméE et prend soin de préserver un maximum de tissu sain. QUEL ENTRAÎNEMENT POUR NE PAS SOUFFRIR ? Le traitement médical est important mais la nouvelle gestion de votre préparation est essentielle. L’activité santésportmagazine NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2015 physique bien conçue renforce et améliore la coordination de vos muscles, mobilisant votre genou. Un mouvement articulaire harmonieux, un freinage efficace de chaque réception contribuent à protéger votre ménisque. Le sport n’est pas interdit. Vous allez continuer à courir, c’est notre contrat ! Cependant, vous le savez, la course associe deux stress mécaniques pour le ménisque. Le premier, celui auquel on pense spontanément, c’est l’impact de chaque foulée. Le second, tout aussi important, c’est le déséquilibre du genou et l’écrasement de son compartiment interne lorsque vous êtes en appui sur une seule jambe. Intégrez des activités non traumatisantes comme le vélo, le cardiotraining en salle ou la natation ménage votre genou tout en favorisant votre progression. En effet, quand on s’améliore dans une discipline tout en travaillant dans une autre, on bénéficie d’un « phénomène de transfert ». Exemple  : en faisant du fractionné en danseuse sur mon vélo, j’augmente ma force musculaire. J’en profiterai en courant, notamment dans les côtes. Pédaler constitue l’activité PRIVILÉGIEZ LES SÉANCES À VITESSE COMPÉTITION. VOUS AMÉLIOREREZ VOTRE RENDEMENT. LE VÉLO CONSTITUE L’ACTIVITÉ COMPLÉMENTAIRE IDÉALE.
de complément la plus classique et la plus efficace. Vous pouvez décliner tous les thèmes de travail mais privilégiez les séances longues. Votre corps apprendra à brûler les graisses. En salle, l’elliptique est bénéfique. Votre ménisque interne n’est pas écrasé car vous êtes en appui sur deux jambes. Vous développez plus de puissance cardiaque car vous sollicitez aussi les bras. Utilisez-le pour les séances intenses. Le stepper mime les côtes, les trailers seront contents. Pensez aussi au tapis en pente. Vous réceptionnez d’une moindre hauteur, vous ménagez votre ménisque et vous travaillez plus votre cœur. La natation est intéressante. En position allongé, le sang en provenance des jambes revient plus facilement. Il étire le cœur et met à contribution son élasticité. L’éjection est plus efficace. On parle du « phénomène de Starling ». Vous en profiterez en course à pied. Préférez la brasse qui sollicite plus les jambes ou bien crawlez avec des palmes. Faites de l’aquajogging ! Même sans gilet de flottaison, vous pouvez travailler. Dans le petit bain, enchaînez les « 30 secondes intenses/30 secondes faciles » en faisant des talons/fesses ou des montées de genoux. Infos courses et challenges entreprises  : runinmarseille.fr/inscriptions  : asochallenges.com C’est en ménageant votre genou que vous pourrez continuer à courir, parfois faire du fractionné, parfois des sorties longues. Lors de vos entraînements trail, n’oubliez pas les bâtons. L’équilibre est plus stable et l’impact est réduit, c’est idéal pour vos genoux. De plus, vous travaillez vos bras et votre gainage tout en accroissant la sollicitation cardiaque. Bien sûr préférez les sols souples et les chaussures amortissantes. Surtout, optez pour une « foulée d’inspiration minimaliste ». N’attaquez pas talon. À chaque réception, posez votre pied à plat afin de profiter de la flexion de la cheville, du genou et de la hanche pour amortir l’impact. Sachez qu’il existe une séance de course idéale. Elle se fait à allure spécifique de compétition. La vitesse y est plus modérée que lors des intermittents, c’est bien pour vos ménisques. Votre corps trouve le geste le plus économe, c’est bien pour vos performances. Après des années d’entraînement, l’amélioration du rendement constitue souvent la principale marge de progression. Alors vous voilà convaincu et rassuré, grâce à un entraînement varié, votre lésion du ménisque vous aura même permis de vous améliorer ! MARATHON - SEMI-MARATHON - 10 KM 20 MARS 2016 INSCRIPTIONS OUVERTES 0.90000000i « 11.11.11:gi W ee:.. 00. a 9 NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2015 santésportmagazine



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :