Santé 3e Age n°5 sep/oct/nov 2015
Santé 3e Age n°5 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°5 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux boucliers pour rester jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Les reins Calculs rénaux  : surtout des hommes Les Français connaissent bien ces calculs qui provoquent les fameuses coliques néphrétiques lorsqu’ils envahissent l’urètre ou la vessie. Ces « cailloux » de dimension différente sont en grande partie constitués de calcium. Ces calculs peuvent au pire provoquer un blocage de la fonction urinaire, mais même sans cela, ils provoquent une gène permanente au bon fonctionnement de l’organe et à l’écoulement de l’urine, qui peut aboutir à la destruction de l’organe. La plupart du temps, ils se forment chez des personnes dont l’alimentation est assez, voire très salée et qui boivent peu d’eau. Le régime alimentaire joue donc un rôle primordial.Un facteur génétique, ou des anomalies anatomiques (comme un rétrécissement de l’urètre) peuvent aussi être des facteurs déterminants. Les calculs sont un vrai souci pour le patient qui a déjà eu une crise car sans précaution, cela peut survenir à nouveau. On estime que le risque de récidive dans les 10 ans est proche de 70%. La plupart des patients parviennent à éliminer le ou les calculs respon- 50 - Santé 3 e âge THINKSTOCK sables d’une crise par les voies naturelles, mais il arrive également que certains restent dans les cavités rénales ou restent bloqués. Généralement, le spécialiste tente le maximum pour procéder à une élimination via l’urine avant d’avoir recours à un autre type de traitement. Plusieurs techniques existent afin de tenter de casser le calcul en petits morceaux pour l’évacuer, telle que le laser ou les ultrasons, mais il faut parfois avoir recours au geste chirurgical pour enlever certains calculs. Polykystose  : souvent génétique La présence de kystes est relativement fréquente. Touchant autant les hommes que les femmes. La plupart du temps, cela est lié à un gène dont on hérite. Cela donne d’ailleurs lieu à un dépistage dans la famille. Des kystes apparaissent de façon spontanée et se développent selon un timing différent selon chacun, mais finissent pas détruire la fonction de filtration du rein, ce qui conduit donc à une insuffisance. L’autre grand danger porte sur un possible anévrisme. Il arrive aussi que les kystes s’attaquent au foie, de façon généralement bénigne. Le diagnostic fait suite à une échographie, la consultation intervenant fréquemment après une infection urinaire. Et le cancer ? Le diagnostic s’effectue souvent au détour d’une échographie, et le traitement dépend bien entendu du stade et du type de tumeur. Les décisions médicales peuvent être de divers ordres  :
- Si la tumeur est encore petite, ou si la chirurgie s’avère compliquée, il est possible de la détruire en la nécrosant soit par la chaleur (radiofréquence), soit par le froid (cryoablation). Ces techniques sont assez récentes, très intéressantes pour le malade car peu invasives, mais elles ne sont pratiquées que dans certains cas et seulement certains établissements. - L’embolisation est une autre technique possible, rarement il est vrai. Elle consiste en l’obturation de l’artère nourricière de la tumeur. - Ablation de la tumeur. - Ablation partielle ou totale du rein. Dans tous les cas, une surveillance régulière est ensuite prévue pendant plusieurs années, via examen radiologique et/ou dosage de la créatininémie. Greffe ou dialyse du rein ? Lorsque le rein est vraiment à bout de souffle, il n’existe pas d’autre solution que la dialyse, puis dans certains cas, la greffe. Malheureusement, face au dépistage insuffisant, il n’est pas rare de voir des patients arriver directement aux urgences et être obligés d’en passer par une dialyse, car la maladie a largement eu le temps d’évoluer faute de diagnostic antérieur. La dialyse C’est la machine qui vient épurer le sang en lieu et place de l’organe naturel, incapable de remplir son rôle. Jusqu’en 1955, les insuffisants rénaux n’avaient aucune solution de guérison ou de traitement. L’hémodialyse a donc été un espoir énorme, et aujourd’hui il est même possible de s’auto-dialyser. En moyenne, les insuffisants rénaux procèdent à cette manipulation trois fois par semaine, parfois plus. Il existe aussi une dialyse dite péritonéale, qui utilise le péritoine et permet d’éviter l’intervention d’une machine. Un allégement bienvenu pour une Nombre de greffes rénales En 2012, le nombre de greffes rénales a passé la barre des 3000, et en 2013, ce sont 3069 interventions qui ont été faites, soit 60% du total des greffes en France. Les interventions à partir de donneurs vivants ont enregistré une forte progression, elles n’étaient que de 8% en 2012, 12% en 2013. Cela ne doit pas occulter le fait que plus de 13 000 personnes sont sur liste d’attente. La dialyse est la machine servant à épurer le sang à la place du rein. Août-Septembre-Octobre Santé 3 e 2015 âge - 51- 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 1Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 2-3Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 4-5Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 6-7Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 8-9Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 10-11Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 12-13Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 14-15Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 16-17Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 18-19Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 20-21Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 22-23Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 24-25Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 26-27Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 28-29Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 30-31Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 32-33Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 34-35Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 36-37Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 38-39Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 40-41Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 42-43Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 44-45Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 46-47Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 48-49Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 50-51Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 52-53Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 54-55Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 56-57Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 58-59Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 60-61Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 62-63Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 64-65Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 66-67Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 68