Santé 3e Age n°5 sep/oct/nov 2015
Santé 3e Age n°5 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°5 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux boucliers pour rester jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
SANTÉDOSSIER+ Silhouette PHOTOS.COM métabolisme qui va s’habituer à faire de la résistance. La tentation est grande de recommencer les régimes ; ce qui accroit le risque de carences en vitamines et minéraux. Cependant, notez bien que dans le cas du régime Dukan, la phase d’attaque ne dure que de trois à cinq jours et ne présente donc pas de danger. Il est au contraire très important de passer à la phase II, car les légumes en bonne quantité viennent rééquilibrer en partie le régime. A noter également que si l’on veut vraiment avoir des résultats, l’idéal est de faire du sport en même temps, même le matin avant de manger. Une activité sportive même légère est très bénéfique. La plupart des médecins évoquent une demi-heure de marche quotidienne, à condition que la marche soit rapide. Quels types de protéines consommer ? Nombreuses sont celles qui achètent des sachets hyper protéinés, ou des boissons qui coûtent relativement cher. Il est facile de dépenser plusieurs centaines d’euros en quelques semaines. La plupart du temps, ces boissons sont enrichies 38 - Santé 3 e âge en vitamines, ce qui permet d’éviter les carences. L’inconvénient majeur est financier. Il peut être aisément détourné en mangeant des protéines naturelles. De plus, manger de vraies protéines est moins monotone que de se nourrir de sachets, ce qui permet de poursuivre le régime de façon plus aisée. Il est en effet assez simple de consommer des protéines « naturelles ». L’idéal est de mixer les sources  : Privilégier les produits de la mer, crustacés, coquillages, poissons (si possible maigres), même en quantité, sauf s’il s’agit de poissons gras de type saumon, thon, anchois, sardines ou maquereaux. Les viandes maigres  : volailles sans peau, le bœuf maigre, en évitant le canard, l’oie, le chapon plus gras. Attention à choisir les bons morceaux. La plupart du temps le porc (sauf le jambon blanc dégraissé) est écarté dans ce type de régime, ainsi que le mouton. Les produits laitiers à 0%. > Viande  : les morceaux maigres Bœuf  : Rumsteak, tendre de tanche, filet, faux-filet, aiguillette, gîte, noix, araingée, plat de tranche, bavette d’aloyau, flanchet, hampe, bifsteak, jumeau, collier ou steak haché 5% MG. Veau  : Noix, escalpe, filet, jarret. Porc  : Si vous décidez de prendre du porc, autant choisir la noix, le filet mignon, la côte première, le jarret, jambonneau, le jambon (mais attention aux proportions de sel) Abats  : Le cœur, le foie, les rognons, les tripes sans sauce, les gésiers et ris de veau sans sauce. La charcuterie est normalement à bannir, mais les morceaux tels que le jambon sans la couenne, le bacon ou la viande des grisons peuvent être consommés. De même, toutes les volailles sont autorisées pendant une phase de régime en évitant de manger la peau. A contrario, le mouton et l’agneau sont des viandes considérées comme grasses. Ces recommandations sont à respecter lors de la phase de perte de poids. Lorsque le poids est stabilisé, il est possible de manger ce que l’on veut de temps à autre, d’où les fameux deux repas « normaux » hebdomadaires du régime Dukan. Un point très important pour éviter les frustrations ! Le point sur les critiques L’Anses, agence nationale de sécurité alimentaire, a émis des critiques vis-à-vis du régime Dukan. En introduction, le rapport insiste sur le fait qu’en dépit du fait que le surpoids touche 32% des personnes de plus de 18 ans en France et l’obésité 15%, la plupart des gens démarrent les régimes sans conseil médical ou alors même qu’ils ne sont pas en surpoids. C’est le rapport à l’image du corps qui est concerné. Une critique sans doute exacte, mais contre laquelle il est assez délicat de lutter. > Des carences L’une des critiques principales met en cause notamment les carences en fibres et en vitamine C auxquelles seraient sujets les adeptes de ce régime. A vrai dire, l’Agence critique plusieurs types de régimes qui suivent des principes identiques. Des carences qui affectent la densité minérale osseuse, les muscles. Pour l’Agence, la meilleure des recommandations est de manger de tout en quantité raisonnable. Ce qui est vrai, mais il ne faut pas être grand clerc pour savoir
que si cela était si simple, il n’y aurait quasiment personne en surpoids dans notre pays. Or, lorsque l’on a pris l’habitude de manger beaucoup, il est très difficile de s’habituer à manger peu, du moins sur une période suffisamment longue pour prendre de nouvelles habitudes. Tout le monde y arrive pendant un certain temps, puis ensuite l’envie de manger revient souvent au galop, avec parfois des crises compulsives ; crises qui viennent souvent ajouter à notre sentiment de culpabilité face à notre incapacité à nous maîtriser. Il faut cependant reconnaître que les régimes protéinés créent des déficits temporaires, mais qui ne doivent pas durer. Pour amorcer la perte de poids, il suffit de suivre le régime protéiné quelques jours, voire une semaine avant de rajouter les légumes. > Des troubles cardiaques Dans le cas particulier des régimes très hypocaloriques, il peut y avoir des troubles du rythme cardiaque, ainsi que des inflammations modérées au niveau du foie ou de la vésicule biliaire. > L’importance de l’activité physique L’Anses rappelle également qu’un régime sans reprise d’une activité physique régulière a peu de chances de réussir. > Un cancer colorectal Autre accusation plus sérieuse, ce type de régime pourrait favoriser les cancers de type colorectal. Difficile de répondre sur le sujet en l’absence de relation évidente de cause à effet. Par contre, il est évident que si l’on continue à s’alimenter de façon incomplète de façon quasi permanente, des problèmes en termes digestifs ont de grandes chances de survenir. Une étude américaine va dans le sens qu’une forte consommation de viandes rouges, mais aussi de sucreries, desserts, et frites favorise ce type de cancer par rapport à une alimentation plus portée sur les fruits, les légumes et les poissons. Il est donc important dans les régimes protéinés de ne pas négliger l’apport en provenance de la mer. Le rapport de l’Anses insiste également sur le fait qu’il faut se faire suivre par un médecin lorsque l’on fait un régime, encore plus si cela concerne des femmes enceintes, des personnes âgées, des sportifs même amateurs, sans oublier les enfants et adolescents. > La reprise pondérale Autre critique  : la majorité des régimes exigeant des privations et exclusions favorise la reprise pondérale. La reprise du poids est aussi fréquente chez Dukan que chez les autres régimes. A vrai dire les chiffres sont difficiles à obtenir, il n'est donc pas aisé de répondre à cela. Pour autant, lorsque l’on s’adresse à des personnes souhaitant perdre du poids, cela s’apparente à l’arrêt du tabac. En dehors de la dépendance physique, à la nourriture ou au tabac, de nombreux éléments sociologiques et psychologiques entrent en jeu. « Perte de poids » En termes sociologiques et psychologiques En termes physiques 1. La nourriture n’agit pas comme la nicotine sur le cerveau, mais elle a bel et bien une influence physique. C’est la raison pour laquelle les personnes se découvrent des envies irrépressibles pour des produits gras ou sucrés, qui sont réconfortants et rassasiants. En effet, qui a déjà entendu parler d’une envie folle de poireaux ? Dommage, car cela ne prêterait pas à conséquence. Pour autant, quand bien même les légumes sont excellents pour la santé, ils n’ont pas la même action que le chocolat, la pâte à tartiner ou les pâtes ! En termes sociologiques 2. Le repas, le choix des aliments jouent un rôle important. Au début, en effet, la nourriture et les repas sont signes de convivialité. Tout comme la cigarette au cours d’une soirée. C’est ensuite que les choses se dégradent. Le tabagisme s’installe à toute heure du jour et les envies de manger également, y compris en solitaire ou la nuit. Fini le prétexte social, c’est l’envie de « manger pour manger » qui l’emporte. PHOTOS.COM Santé 3 e âge - 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 1Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 2-3Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 4-5Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 6-7Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 8-9Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 10-11Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 12-13Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 14-15Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 16-17Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 18-19Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 20-21Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 22-23Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 24-25Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 26-27Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 28-29Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 30-31Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 32-33Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 34-35Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 36-37Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 38-39Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 40-41Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 42-43Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 44-45Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 46-47Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 48-49Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 50-51Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 52-53Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 54-55Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 56-57Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 58-59Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 60-61Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 62-63Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 64-65Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 66-67Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 68