Santé 3e Age n°5 sep/oct/nov 2015
Santé 3e Age n°5 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : 5,80 €

  • Parution : n°5 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux boucliers pour rester jeunes.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
SANTÉDOSSIER+ Silhouette PHOTOS.COM tiori obèses seront au régime toute leur vie, mieux vaut être clair sur le sujet. Cela ne signifie pas que l’on ne pourra pas manger de tout, mais il faudra sans cesse rester sous contrôle. Le phénomène est en effet bien connu  : face à la privation, notre métabolisme a tendance à ralentir afin de s’économiser et de faire des réserves dès que l’alimentation redevient abondante. C’est la raison pour laquelle les personnes qui ont suivi de nombreux régimes ont de plus en plus de mal à perdre des kilos les années passant. Au contraire, les kilos reviennent de plus en plus vite ! C’est aussi cette franchise qui rend la méthode si populaire. Les personnes qui souhaitent maigrir ne veulent pas entendre n'importe quoi contrairement à ce que les pontes du marketing pensaient. Toute vérité n’est pas toujours agréable, mais contrairement au dicton, elle est bonne à dire. En réalité la méthode a été mise au point il y a une vingtaine d’années, depuis elle n’a fait 34 - Santé 3 e âge que se perfectionner. Pourtant le succès est relativement récent, puisqu’il ne date que de cinq ans environ. > Régime et Psychologie Au cours du temps, la façon d’envisager le corps a beaucoup changé. Il y a une trentaine d’années, les personnes qui consultaient un nutritionniste le faisaient essentiellement pour des raisons de santé, ou par besoin de séduction (les femmes en général). Aujourd’hui, la cible s’est considérablement élargie, car les motivations se sont multipliées. Le Français consulte un diététicien pour les deux raisons précédentes, mais aussi pour des motifs divers et variés. On a ainsi vu apparaître « le régime de printemps » pour pouvoir rentrer dans son maillot de bain, « le régime de circonstance » parce que l’on marie sa fille. C’est aussi le souci d’image qui joue un rôle de plus en plus important  : une image essentielle dans la vie professionnelle par rapport à des collègues ou une hiérarchie, ou tout simplement l’image personnelle. Car il y a une évidence  : maigrir est certes bénéfique pour la santé, mais c’est aussi « bon pour le moral » comme dit la chanson. L’image du bon vivant, un peu porté sur l’alcool et à la bedaine sympathique a laissé place à celle du cadre dynamique, homme ou femme, mince, bronzé et si possible un tant soit peu sportif. A titre d’exemple, il suffit de regarder les photos des grands patrons d’entreprises des années 60 et 70 et ceux d’aujourd’hui. Si les portefeuilles se sont étoffés, les silhouettes se sont amincies. C’est aujourd’hui la minceur qui est synonyme de succès, et non pas le surpoids, plus ou moins important. Les études viennent même amplifier le phénomène en soulignant que ce sont les classes défavorisées qui souffrent le plus PHOTOS.COM
PHOTOS.COM Les 3 bases du régime Dukan > 100 aliments, dont 72 protéines et 28 légumes. > Pas de sachets protéinés mais des aliments naturels. > Aucun comptage de calories. d’un excès de poids, pouvant aller jusqu’à l’obésité. L’identification à une image positive de réussite se fait donc, entre autres, par le poids. Pour les femmes, dépasser la taille 40 tourne parfois au drame, et ces messieurs ne sont pas épargnés ! > Un régime construit peu à peu Au départ, le régime Dukan était basé sur les protéines  : résultats rapides, mais poids vite repris. Après réflexion, une seconde phase est ajoutée  : des légumes viennent s’ajouter aux protéines. Les résultats sont meilleurs et plus durables, mais toujours insuffisants. Le challenge de la stabilisation est difficile à résoudre. Car le véritable succès des régimes se mesure au pourcentage de personnes qui ont perdu du poids de façon durable, et si possible pour la vie. Finalement, le régime s’est complété au fil du temps en intégrant notamment les galettes au son d’avoine, mais aussi des éléments peu habituels, mais qui permettent de suivre un régime plus facilement tels que les sodas light. Habituellement, ceux-ci ne sont pas recommandés car les « faux sucres » contenus dans ces sodas continuent d’entretenir le goût pour le sucré. Pourtant, les personnes qui suivent ou ont suivi des régimes sans aucun sucre savent que la plupart du temps, un gros « craquage » risque d’intervenir par frustration. De plus, Pierre Dukan a clairement dit à plusieurs reprises qu’en ce qui le concerne, l’aspartame ne présentait pas de danger. Les dernières études semblent aller dans son sens, sauf à consommer des quantités véritablement très élevées. Le déroulement du régime > I  : La phase d’attaque On retrouve dans cette phase le fameux régime « protéines »  : viandes hors porc (et volaille sans peau), œufs, laitages à 0%, poissons, crustacés, fruits de mer, sodas light et chewing-gums sans sucre. Herbes, épices, vinaigre, moutarde sont autorisés, mais pas les matières grasses. Plus une galette Dukan au son d’avoine par jour. Boire au minimum 2 litres d’eau par jour dans cette phase. Durée  : 3 à 5 jours > II  : La phase de croisière Aliments phase I et ajout de certains légumes verts et de crudités un jour sur deux  : phase PP et phases PL. Certains légumes sont interdits, tels que les salsifis, maïs, avocats et bien entendu les « Perte de poids » féculents. Les amateurs de soja peuvent cependant consommer des steaks de soja ou du tofu s’ils aiment cela. Il convient également de limiter la consommation de légumes contenant du sucre comme les carottes et les betteraves. Durée  : en fonction de l’objectif recherché. En moyenne, la perte de poids est d’un kilo par semaine. La durée dépend donc du fait que l’on a 5 ou 15 kilos à perdre. > III  : La phase de consolidation Aliments autorisés  : ceux de la phase II plus deux tranches de pain et une portion de fruits par jour, à l’exception des bananes, cerises et raisins. Ainsi que deux portions de pâtes et deux repas normaux par semaine. Par repas normaux, on entend  : apéritif, pain, fromage ou dessert inclus, sans pour autant manger comme quatre ! Il est ainsi interdit de se resservir. Ces deux repas sont très importants, car ils permettent de mener une vie sociale normale et d’éviter des frustrations trop importantes. Et un jour par semaine  : protéines pures (idem Phase I). Durée  : 10 jours par kilo perdu. Soit pour 10 kilos en moins, une phase de consolidation qui doit durer 100 jours. > IV  : La phase de stabilisation Aucun aliment n’est interdit, mais les repas doivent rester raisonnables tant en variété qu’en quantité. Trois conditions sont à respecter  : 1. Un jour de protéines pures par semaine (sans laitages ni œufs)  : le fameux jeudi protéiné. 2. Une galette au son d’avoine par jour ou trois cuillerées à soupe. 3. Abandonner les ascenseurs et marcher 20 minutes par jour Durée  : toute la vie ! Santé 3 e âge - 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 1Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 2-3Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 4-5Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 6-7Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 8-9Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 10-11Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 12-13Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 14-15Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 16-17Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 18-19Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 20-21Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 22-23Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 24-25Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 26-27Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 28-29Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 30-31Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 32-33Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 34-35Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 36-37Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 38-39Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 40-41Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 42-43Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 44-45Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 46-47Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 48-49Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 50-51Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 52-53Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 54-55Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 56-57Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 58-59Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 60-61Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 62-63Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 64-65Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 66-67Santé 3e Age numéro 5 sep/oct/nov 2015 Page 68