Safran n°9 déc 10 à mai 2011
Safran n°9 déc 10 à mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de déc 10 à mai 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : hélicoptère... technologies d'exception.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
marchés Dossier ParTENarIAT Safran-Eurocopter : le couple leader Turbomeca et Eurocopter ont tissé des liens étroits depuis plus d’un demi-siècle. Il en résulte une confiance réciproque, très utile dans un contexte de concurrence croissante sur leurs marchés. Le moteur Arriel équipe différentes gammes d’appareils d’Eurocopter comme l’AS350 écureuil (photo ci-contre) ou encore l’ec145. L e 12 mars 1955 décolle l’Alouette II, premier hélicoptère à turbine produit en grande série. Le mariage entre cet appareil de Sud-Aviation (futur Eurocopter) et la turbine Artouste II de Turbomeca va se révéler très fécond. Sous-tendue par une forte politique d’innovation, tant chez l’hélicoptériste que chez le motoriste, cette collaboration va conduire de fil en aiguille Safran et Eurocopter aux places de leaders qu’ils occupent actuellement. Mais si l’hélicoptère était une affaire de pionniers il y a un demi-siècle, la situation a bien changé depuis… « La concurrence se fait chaque année plus rude et plus diversifiée », note Joseph Saporito, vice président d’Eurocopter, en charge des programmes commercialisés. Si l’hélicoptériste franco-allemand a réalisé un chiffre d’affaires record de 4,6 milliards d’euros en 2009, il doit aussi affronter les conséquences de la crise financière qui se font encore sentir sur l’ensemble du secteur. Eurocopter a néanmoins pu compenser l’hémorragie du secteur civil par des ventes robustes sur le marché militaire. L’hélicoptériste mise aujourd’hui sur l’innovation technique, le 16 Décembre 2010 safran Magazine respect de l’environnement et la sécurité. La coopération internationale est une autre voie de développement, l’EC175 sino-européen en est la meilleure illustration à ce jour. Un partenaire de valeur « Notre activité devient mondiale, le marché évolue et avec lui la relation entre Turbomeca et Eurocopter devient plus mature. » Un constat également partagé par Bernard Chesson, gestionnaire du compte Eurocopter chez Turbomeca : « Dans les premières années de la coopération, une poignée de mains pouvait suffire à sceller un accord. Rien ne se fait aujourd’hui sans un solide contrat : il faut éviter les ambiguïtés et les incompréhensions. » Car aujourd’hui encore, Safran reste un partenaire essentiel pour Eurocopter, et le premier de ses fournisseurs. Tous les appareils Eurocopter à l’exception de deux sont motorisés par le Groupe. « L’émergence de nouveaux pays clients nous pousse à privilégier dans certains cas une offre en double source, plaide Joseph Saporito. Qualifier deux motorisations distinctes augmente les coûts et les efforts de développement mais se révèle indispen- Vince Streano/Creative Center/Safran
15 types d’hélicoptères Eurocopter sont motorisés par turbomeca La motorisation intervient pour 10 à 20% du prix d’acquisition d’un hélicoptère Eric Raz/Eurocopter L’AS350 écureuil en action dans une vallée des Alpes. sable pour occuper pleinement le marché. » Après des décennies d’une aventure commune exceptionnelle, Turbomeca et Eurocopter continuent cependant de travailler ensemble en toute confiance. « Turbomeca a bien pris conscience qu’elle évolue dans un environnement de plus en plus concurrentiel avec tous les hélicoptéristes mondiaux, y compris avec Eurocopter. Aussi nous nous adaptons et faisons face à cette concurrence », souligne Bernard Chesson. A contrario, cette situation est également synonyme de liberté pour Turbomeca, qui doit défendre sa première place mondiale dans un marché en constante évolution. La logique est imparable : Turbomeca prospecte chez les concurrents d’Eurocopter et y empoche des contrats lui permettant de poursuivre son développement. « Eurocopter peut se retrouver en concurrence avec un hélicoptériste russe motorisé par Turbomeca. C’est une situation qu’il faut accepter », résume sobrement Joseph Saporito. IndispensABle cohérence en r&T L’héritage du temps des pionniers n’est pas totalement dilué pour autant. S’ils sont dorénavant étroitement cadrés par des accords de confidentialité, les liens restent très forts entre Safran et Eurocopter en matière de recherche et développement. Bernard Chesson en témoigne : « Nous avons signé des contrats exploratoires très en amont et nos bureaux d’études évaluent en permanence les possibilités de faire du codéveloppement pour donner plus de cohérence à nos développements respectifs. » Une idée que défend également Joseph Saporito, qui rappelle l’étroite association avec Turbomeca pour faire évoluer la turbine à gaz, la rendre toujours plus performante, optimiser son intégration dans l’hélicoptère ou même lui trouver des alternatives… Car, c’est une évidence, l’avenir de l’hélicoptère passe par l’intégration toujours plus poussée de la motorisation, et donc par une collaboration renforcée entre motoriste et hélicoptériste. Eurocopter, un européen leader mondial Né le 1er janvier 1992 du regroupement de la division hélicoptère d’Aérospatiale et de la société allemande MBB, Eurocopter (filiale d’EADS) est aujourd’hui leader mondial sur le marché civil et parapublic. Il couvre une large gamme d’hélicoptères allant de l’appareil civil léger comme l’EC120 au transporteur militaire lourd comme l’EC725. Eurocopter consacre des efforts importants en R&D pour renouveler sa gamme avec des solutions innovantes. L’hélicoptériste s’est engagé à présenter régulièrement au marché des appareils nouveaux. safran Magazine Décembre 2010 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :