Safran n°7 jan à mai 2010
Safran n°7 jan à mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de jan à mai 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : pour un ciel plus vert... l'éco-responsabilité est au centre de la stratégie du groupe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
décryptage MÉCÉnaT. Journée magique à Villaroche le 27 mai dernier, quand les « Chevaliers du ciel » sont venus réaliser le rêve d’enfants pour la plupart handicapés. Safran était partenaire de cette opération, jusqu’au plus haut niveau de sa hiérarchie... Premier décoLLage Bel exemple de générosité que celui de l’association « Les Chevaliers du ciel », qui organise chaque année un tour de France aérien intitulé Rêves de gosse. Destiné à offrir un baptême de l’air à des enfants défavorisés par la vie, il a fait étape cette année au musée aéronautique et spatial Safran à Villaroche près de Paris, et sur la piste de l’aérodrome voisin. Cent quarante enfants en difficulté, parmi lesquels soixante jeunes handicapés physiques et mentaux issus de trois instituts médico-éducatifs de la région, attendaient avec impatience l’arrivée des avions. « Le principe de l’opération Rêves de gosse est d’associer des enfants « ordinaires » et des enfants « extraordinaires », explique Vanessa de Lauzainghein, responsable du mécénat à la Fondation d’Auteuil, partenaire de l’opération. La direction du Mécénat du groupe Safran, avec laquelle nous avons déjà une forte collaboration, s’est appuyée sur notre structure pour monter cette manifestation. » Une journée à 10 000 pieds Au programme de ce rendez-vous, baptêmes de l’air, évidemment, mais aussi tout un village d’animations et une visite du musée Safran. « Les baptêmes de l’air, d’une durée de vingt minutes, s’effectuaient à raison de un à trois enfants par avion selon leur état de santé », poursuit Vanessa de Lauzainghein, en compagnie de pilotes bénévoles, de Chevaliers du ciel ou... du président du Directoire du groupe Safran. Jean-Paul Herteman a en effet souhaité ouvrir la ronde des baptêmes et contribuer personnellement Janvier 2010 safran magazine POINT DE VUE Jean-PAUL Herteman, président du Directoire, Safran Aux commandes à cette aventure aérienne. « Ces jeunes qui connaissent avant tout des difficultés se sentent honorés par le geste de Safran, souligne Vanessa de Lauzainghein. C’est ` ti I\NINO « Safran est un groupe à vocation majoritairement aéronautique, animé par un réel esprit de solidarité. J’ai voulu m’investir personnellement et mettre ma passion de pilote au service de l’opération Rêves de gosse. Généreuse et originale, elle consiste à faire changer le regard sur le handicap en permettant à des enfants ordinaires et extraordinaires – pour reprendre les mots des « Chevaliers du ciel » – de construire un projet ensemble, et de vivre ensemble ensuite un moment dont ils se souviendront sûrement toute leur vie : leur baptême de l’air ! Ce fut une grande et belle émotion pour Arthur et Pierre, mais aussi pour moi : leur joie était très communicative ! » le troisième projet que nous menons avec le Groupe et les sourires sur les lèvres de chacun en disaient long sur la réussite de cette journée. » Jean-François Damois/Creative Center/Safran
I SOCIAL. Grâce à son programme Élan, Safran permet à de jeunes handicapés d’accéder à une formation en alternance. Le Groupe les accompagne jusqu’à l’obtention de leur diplôme, puis d’un emploi. Handicap : elan continue sur sa lancée Le regard vif, le geste précis… quand on observe Patxi Elissalde réparer une pièce, difficile d’imaginer que ce garçon de 23 ans souffre d’un handicap important : il est sourd. Comme une trentaine d’autres jeunes, il a intégré le groupe Safran dans le cadre du programme Élan, lancé en septembre 2005. À l’origine de ce projet, Christian Mari, trésorier de la Fondation Safran et directeur général délégué de Messier-Bugatti (groupe Safran). « Nous avions constaté que les emplois confiés à des personnes handicapées se cantonnaient souvent à des postes administratifs, explique-t-il. En intégrant de jeunes handicapés en alternance ou en apprentissage au sein du Groupe, je voulais prouver que nous pouvions leur proposer aussi une grande variété de métiers qualifiés. » Mission accomplie pour Élan qui se poursuit cette année, toujours accompagné financièrement par la Fondation Safran. L’ensemble des équipes des ressources humaines du Groupe se sont fortement mobilisées pour permettre à ces POINT DE VUE Jean-PAUL Colesse, directeur du site Messier-Bugatti à Molsheim Réussite exemplaire jeunes d’aller vers le diplôme et l’insertion professionnelle. « Je suis comme les autres » « Les premiers jours ont été assez perturbants, confie Patxi Elissalde qui s’exprime en langue des signes. Mais j’ai très vite réussi à trouver ma place grâce à l’accueil de tous « À Molsheim, nous avons toujours eu une culture d’accueil et de formation des jeunes afin de favoriser leur insertion. C’est donc naturellement que nous avons participé à Élan en accueillant six jeunes handicapés sur le site. L’histoire de Grégory Edel, handicapé physique, en est la parfaite illustration. À 17 ans, il ne savait pas très bien vers quelle voie s’orienter. Il est entré chez nous pour passer un BEP logistique qu’il a bouclé en un an au lieu de deux. Grégory a ensuite demandé à rester pour passer son bac pro en alternance. Il a décroché son diplômé cet été. Il est maintenant salarié en CDD de notre prestataire logistique sur le site. À notre contact, celui-ci a adhéré à la valeur de l’accueil de la différence. » Jacques Duvigneau/Turbomeca 42-43 Patxi Elissalde (à droite) en plein travail dans l’atelier de chaudronnerie de Turbomeca. les compagnons de l’atelier. » Embauché en CDI chez Turbomeca (groupe Safran) depuis deux ans, il est aujourd’hui un compagnon comme les autres dans l’atelier de chaudronnerie où il effectue des opérations de réparation de pièces. « Patxi est arrivé en contrat de qualification professionnelle en 2007 et à l’époque personne ne parlait « sa » langue dans l’atelier, raconte Bruno Duboz, responsable atelier Chaudronnerie soudage réparation. Deux compagnons se sont proposés pour l’apprendre et très vite la communication a pu s’établir. » Aujourd’hui, toute l’équipe maîtrise quelques signes et seules certaines données chiffrées nécessitent encore de passer par l’écrit. « J’avais à cœur de prouver que nous avons tous le même niveau de compétence », conclut Patxi. K plus d’infos L’interview complète de Christian Mari sur le site internet de Safran : www.safran-group.com K plus d’infos Les actions de la Fondation Safran dans la rubrique « Engagements » du site de Safran : www.safran-group.com safran magazine Janvier 2010



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :