Safran n°7 jan à mai 2010
Safran n°7 jan à mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de jan à mai 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : pour un ciel plus vert... l'éco-responsabilité est au centre de la stratégie du groupe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
ESA/CNES/Arianespace-S.Corvaja marchés La route est longue vers l’immensité spatiale et Ariane 5 en sait quelque chose : la fusée européenne nécessite pas moins de trois systèmes de propulsion distincts pour pouvoir accomplir ses missions. Safran est leader sur l’ensemble du développement et de la production de ces systèmes. Première étape, le décollage. Celui-ci est assuré principalement par les deux propulseurs à poudre latéraux qui produisent 90% de la poussée, soit la puissance de plusieurs centrales nucléaires ! Deux minutes et vingt secondes après le zéro du compte à rebours, ils s’éteignent puis se détachent pour alléger le Janvier 2010 safran magazine HIO DÉVELOPPEMENT. Relancée début 2009, la mise au point du moteur spatial Vinci, qui équipera l’étage supérieur de la prochaine version d’Ariane 5, est assurée par Safran. Le premier vol est prévu pour 2016. Le projet Vinci sur les rails lanceur. Le moteur Vulcain 2 de l’étage principal poursuit la mission seul pendant sept minutes pour quitter l’atmosphère terrestre et atteindre une altitude de 150 kilomètres. Après épuisement de ses réservoirs, l’étage principal se sépare de l’étage supérieur dont le moteur, le HM7B, prend le relais pour les vingt dernières minutes de vol. C’est à lui que revient la délicate mission de mettre le ou les satellites emportés par le lanceur sur leur bonne orbite. Comme le Vulcain 2, le HM7B est un moteur cryotechnique : il crée de la poussée en éjectant à grande vitesse de la vapeur d’eau, produite par combustion d’hydrogène et d’oxygène liquides. Le futur s’appelle Vinci Du fait de l’augmentation progressive de la masse des satellites et de la montée en puissance de la concurrence internationale, Ariane 5, actuel leader sur le marché des lanceurs commerciaux, se doit d’évoluer. C’est pourquoi les équipes de Snecma (groupe Safran) en charge de la production du HM7B travaillent depuis 1999 à un successeur pour ce moteur : le Vinci. De 2003 à 2008, les essais de deux moteurs de démonstration permettent de valider les choix de conception. C’est sur ces résultats qu’en novembre 2008 le Conseil ministériel de l’ESA (agence spatiale européenne) décide
1 Divergent déployable 2 Largage des boosters et de la coiffe. Décollage. Ariane 5 sort de l’atmosphère. Dès la séparation des deux étages de la fusée, le divergent de la tuyère du Vinci descend. Grâce à sa compacité, Vinci permet de diminuer le poids du lanceur et d’augmenter d’autant sa charge utile. de poursuivre le développement du Vinci, pour le futur lanceur Ariane 5 « Mid-life Evolution » (A5ME), opérationnel à l’horizon 2016. « Les principales modifications du lanceur concernent l’étage supérieur, celui qui achève la mise en orbite des satellites, précise Emmanuel Edeline, chef de Marque A5ME à la division Moteurs spatiaux de Snecma. Premier objectif assigné à cette évolution : l’augmentation de la charge utile, qui doit atteindre 11,2 tonnes contre 9,6 tonnes pour la version actuelle. Grâce à sa nouvelle capacité de rallumage, le moteur Vinci permettra aux satellites embarqués d’économiser le carburant de leur propre 3 Séparation des étages principal et supérieur. 4 Mise sur orbite du premier satellite. moteur lors de la phase de mise en orbite, allongeant d’autant leur durée de vie. » Plus puissant, plus souple d’utilisation Les principales avancées de Vinci correspondent à ce cahier des charges. Le moteur fournit 18 tonnes de poussée, soit près de trois fois la poussée du HM7B, avec un rapport poussée/consommation fortement amélioré. Cette performance, Vinci la doit à un nouveau cycle de combustion qui exploite la totalité de l’hydrogène et de l’oxygène contenus dans les réservoirs. Autre nouveauté : Vinci est équipé d’un divergent déployable. « Le divergent est la 5 Rallumage du Vinci. 36-37 tuyère conique qui accélère les gaz en sortie de la chambre de combustion. Dans le vide, plus le divergent est long et plus la vitesse atteinte par les gaz éjectés est grande. On a donc une meilleure performance du moteur pour la même consommation, explique Emmanuel Edeline. L’avantage d’un divergent déployable est qu’il permet de répondre aux contraintes d’encombrement limité imposées par le lanceur, toujours dans le but d’économiser du poids. Le déploiement est assuré électriquement après séparation de l’étage principal. » Enfin, le nouveau moteur est capable de plusieurs rallumages en vol. « Ce sont les principaux progrès « vus du client » mais il y a aussi, derrière cela, toute une série d’innovations technolo- safran magazine Janvier 2010 6 Mise sur orbite du deuxième satellite. Eric Forterre - Snecma Antoine Dagan



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :