Safran n°6 jun à déc 2009
Safran n°6 jun à déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jun à déc 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : Superjet 100, dernier-né de Sukhoi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
marchés travaillent en binôme avec les Customer Support Managers qui gèrent les aspects contractuels et commerciaux. « La mise en place de ce réseau « à double maillage » a demandé de gros investissements à Turbomeca mais il permet d’établir un rapport de confiance personnalisé avec les clients », constate Serge Maillé. À l’écoute des clients En 2008, Turbomeca a également revu son approche des services. À cette fin, les clients ont été interrogés afin de connaître les valeurs ajoutées qu’ils attendent de la part de leur motoriste. « Les gros opérateurs souhaitent que nous nous rapprochions d’eux pour les aider à optimiser leur gestion de la maintenance en leur faisant part de retours d’expériences, en leur proposant des pistes d’optimisation ou en les aidant à mettre en œuvre des solutions nouvelles, explique Serge Maillé. Pour répondre à leurs demandes, nous avons revu le contenu de nos programmes de formation, de façon à les rendre plus modulaires, donc plus adaptables aux besoins de chaque client. C’est également dans ce sens que nous avons travaillé sur l’offre de support à l’heure de vol, avec pour objectif de rendre nos contrats entièrement personnalisables. En outre, ajoute Serge Maillé, beaucoup de nos clients nous ont fait part de leurs inquiétudes vis-à-vis des équipements électroniques. Nous allons travailler avec eux sur leur simplification dans les mois et les années à venir. » Préparer le futur Un autre aspect important aux yeux des clients est la durabilité du matériel. Sur ce point, Turbomeca va dans le sens de leurs aspirations puisque le potentiel d’utilisation entre deux révisions du moteur Arrius 2B2, qui équipe le bimoteur léger EC135 d’Eurocopter, vient de passer de 3 500 à 4 000 heures. Cette extension, qui démontre la fiabilité et la technologie éprouvée de l’Arrius 2B2, a été rendue possible grâce à l’échange d’expériences sur le terrain et à la bonne observation par les clients des recommandations d’utilisation édictées par Turbomeca. Les compagnies d’assurance affichent, elles aussi, de fortes exigences. En Juin 2009 safran magazine II Maintenance des turbines Arrius 2K1 motorisant un Agusta A109 Power. 2005, considérant le risque grandissant d’assurer une activité héliportée, elles ont réuni les acteurs concernés pour les sensibiliser à l’impératif de réduire le nombre d’accidents au regard de l’augmentation de la flotte. Les assureurs ont recommandé de travailler le « facteur humain » qui est à l’origine de la quasi-totalité des accidents. Pour réduire l’erreur humaine et prévenir certains accidents, Turbomeca a lancé il y a trois ans le projet BASIS, qui consiste à consolider et à centraliser l’ensemble des informations liées à l’état d’un parc moteur et à la planification de la maintenance. « En automatisant au maximum la gestion de ces informations, en limitant les interventions humaines, nous ouvrons aussi la voie à des services innovants et à une valeur ajoutée supplémentaire apportée à nos clients », signale Serge Maillé. Jérôme Sigalas/Turbomeca
I suCCès. Le premier trimestre 2009 a été marqué par l’obtention de nouveaux contrats clés sur l’Airbus A350 XWB. Outre les trains, roues et freins carbone et le système d’atterrissage intégré, le groupe Safran fournira le câblage du fuselage et des mâts moteurs. Safran construit le futur avec l’Airbus A350 XWB D éjà fort de 450 commandes auprès d’une trentaine de clients, l’Airbus A350 XWB (eXtra Wide Body) est un long-courrier biréacteur doté d’un rayon d’action de 15 400 km et se déclinant en trois versions. Son premier vol est prévu pour la fin 2011, avec une entrée en service en 2013 dans sa version A350-900. Le -800 et le -1000 suivront respectivement en 2014 et 2015. L’appareil offrira une capacité de 250 à 350 passagers selon les versions. Pour l’avionneur, c’est un programme majeur qui devrait lui permettre de concurrencer le Boeing 787 Dreamliner et qui met à profit les compétences de plusieurs sociétés du groupe Safran dont Messier-Bugatti, pour le système d’atterrissage intégré, et Labinal pour le câblage du fuselage et des mâts moteurs. Des freins carbone inédits pour l’Airbus A350 XWB En février 2008, Messier-Bugatti est retenue pour fournir l’ensemble des systèmes de gestion de l’atterrissage et du freinage, l’ATA32. La solution proposée comprend le système de freinage, le système d’extension et de rétraction des trains d’atterrissage, le système de surveillance (des pneus, freins et atterrisseurs) et le système d’orientation de l’avion au sol. Un an plus tard, c’est pour son frein carbone équipé de disques Sepcarb IIIOR que Messier-Bugatti est à nouveau retenue. Leader mondial des roues et Conception des câblages de l’Airbus A350 XWB dans un bureau d’études de Labinal. 24-25 freins carbone sur les avions de plus de 100 places, la société est une référence solide pour Airbus. « Le frein développé utilise les derniers matériaux carbone et les dernières protections antioxydation Anoxy 66, précise Jean Souètre, directeur des programmes Roues et freins chez Messier-Bugatti. Il a aussi la particularité d’être un frein hydraulique à monocavité : il ne comporte qu’un seul circuit hydraulique, ce qui est inédit sur nos programmes Airbus. » Il s’agit aussi d’un frein éco-conçu et éco-produit (voir l’encadré page 27). Autre nouveauté, Messier-Bugatti a été sélectionnée dans le cadre de la nouvelle politique d’Airbus, dite Early Supplier Selection. Il s’agit d’une sélection du programme des fournisseurs quatre à cinq ans avant la mise en service de l’avion. « Ce choix anticipé permet de mieux nous associer au développement de l’avion car nous examinons ensemble l’élaboration des spécifications. Cette conception concertée est une vraie nouveauté qui permet de fournir une solution parfaitement optimisée pour la famille A350 XWB », explique Jean Souètre. « Il y aura des équipements spécifiques pour les différentes versions de l’avion, mais avec de nombreux points communs », précise safran magazine Juin 2009 Labinal/Pierre Soissons



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :