Safran n°5 fév à mai 2009
Safran n°5 fév à mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de fév à mai 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la recherche au coeur de Safran... pour construire les technologies de demain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
marchés Un package innovant Le système train d’atterrissage et freins constitue un foyer d’innovations très dynamique, autour de six secteurs. Structure La partie structurale du train pourrait intégrer de nouveaux matériaux métalliques, mais aussi composites. En outre, les sociétés du Groupe Safran travaillent sur de nouveaux revêtements toujours plus respectueux de l’environnement et capables de supplanter certaines matières utilisées jusqu’à présent. Le dimensionnement des structures devrait également faire appel à davantage de modélisation. Électronique Aujourd’hui hydrauliques, les commandes et vérins du système Février 2009 safran magazine JC. Moreau/SAFRAN Safran réalise le train d’atterrissage avant de l’Airbus A380. train seront de plus en plus électriques, conformément à la tendance de l’avion « plus électrique ». Des travaux sont notamment en cours sur des calculateurs et composants capables de supporter des environnements plus sévères en vibration et en température. Freins Leader mondial des freins carbone, Messier-Bugatti fait en permanence évoluer ses matériaux de friction afin d’en améliorer encore les performances. Avec le SepcarbIIIOR, la société en est déjà à sa quatrième génération de matériaux et développe une technologie de freins électriques. Maintenance prédictive et autodiagnostic C’est une tendance forte qui couvre Airbus a confié une grande partie de l’ATA32 au duo Messier-Bugatti/Messier- Dowty. Une logique d’intégration encore plus avancée a même prévalu sur l’Airbus A400M d’Airbus Military. « Si les avionneurs sont très intéressés par une plus grande intégration de l’ATA32, c’est qu’il s’agit d’un domaine très dynamique, qui recèle de nombreuses sources d’innovation que les avionneurs auraient du mal à combiner si elles provenaient de fournisseurs différents » (cf. encadré), indique Yves Leclère, directeur général adjoint du Groupe Safran, en charge de la branche Équipements aéronautiques. Toutefois, si ces rapprochements paraissent logiques sur le papier, ils représentent un réel défi sur le plan technique. Les trains et les freins restent des métiers assez différents, qui font appel à des connaissances et des compétences distinctes. De plus, l’intention des constructeurs ne se limite pas à constituer des lots plus volumineux. « Elle va de pair avec le fait de déléguer aux fournisseurs des responsabilités plus importantes et profondes, ce qui suppose de leur part l’acquisition de compétences nouvelles, dans le domaine de la sécurité et des essais de certification notamment », estime Yves Leclère. Ainsi, Messier-Bugatti et Messier-Dowty s’organisent pour répondre à cette évolution du marché. Une direction commune des programmes futurs est en place, avec pour mission de préparer l’offre du Groupe Safran en matière de systèmes d’atterrissage pour les appels d’offres des futurs monocouloirs. Ces deux sociétés ont déjà présenté des réponses conjointes sur des appels d’offres en cours, notamment pour des avions d’affaires et des avions monocouloir. Les enjeux, pour le Groupe Safran dans son ensemble, sont cruciaux. « Comme toute évolution significative, cette tendance à l’intégration conduira à des évolutions du secteur. Les fournisseurs qui ne seront pas retenus comme fournisseurs de rang 1 sur les futurs monocouloirs risquent de se voir relégués en seconde division », souligne Olivier Andries. également les trains. Si les systèmes actuels permettent le suivi des paramètres tels que la pression des pneus ou la température des freins, leur nombre va croître de façon significative et le contrôle va passer en fullauthority : les informations seront mémorisées, analysées et transmises au cockpit ou aux services de maintenance. Bruit et environnement Des travaux sont menés pour réduire la signature acoustique des trains et proposer de nouvelles solutions concernant le roulage au sol. Intégration large Des réflexions sont en cours pour associer la fonction train avec d’autres fonctions de l’avion, afin d’aboutir à des optimisations inédites.
décryptage I synergie. Les consultants de Safran Conseil réalisent actuellement des missions dans la plupart des sociétés du Groupe. Portrait de cette société de conseil pas comme les autres. Des consultants internes chez SAFran Mutualiser les savoirs au sein de Safran, c’est l’un des objectifs de Safran Conseil, société créée en 2004. « C’est une filiale dont les prestations s’adressent prioritairement à l’ensemble des sociétés du Groupe, auprès desquelles elle assure la capitalisation et le transfert du savoir-faire tout en affichant des coûts inférieurs de 30 à 40% à ceux d’un prestataire extérieur », souligne Françoise Descheemaeker, président-directeur général de Safran Conseil. Composée en grande majorité d’ingénieurs, Safran Conseil se veut aussi une pépinière de consultants dotés d’une double compétence : compétence métier et compétence conseil. « L’offre est organisée autour de cinq pôles : Production-achats-services, Développement, Organisation, Formation, et Méthodes », précise Véronique Bardelmann, consultante et responsable du Contrôle de gestion. Le champ d’action de Safran Conseil ne cesse de s’élargir et la nature ainsi que la taille de ses missions de se diversifier. « Nous sommes de plus en plus sollicités sur des projets transversaux, pour accompagner l’évolution des organisations », précise Françoise Descheemaeker. Les consultants de Safran Conseil se rendent sur le terrain pour accompagner des mutations profondes et parfois longues (jusqu’à deux ans). Aujourd’hui, la société s’ouvre progressivement vers l’extérieur, comme l’illustre un contrat récemment signé avec un partenaire clé de Safran. L’objectif de cette évolution est triple puisqu’il s’agit de développer l’activité, de diversifier les missions et d’accroître l’expertise. « Dans Aircelle/Patrick Boulen Un exemple d’intervention Lean de Safran Conseil : réorganisation d’un atelier qui assemble des inverseurs de poussée chez Aircelle ; passage d’une organisation de l’assemblage, fondée sur le poste de travail, à une organisation en ligne, construite et animée autour d’un « takt time » (cadence de production synchronisée avec le système d’approvisionnement des clients). tous les cas, Safran Conseil est une formidable plate-forme pour accompagner l’évolution des structures », conclut Françoise Descheemaeker qui souligne le rôle stratégique de cette organisation transversale. Formation sur mesure Ainsi, une des sociétés du Groupe souhaitait développer la « culture managériale de l’amélioration continue », tout en procédant à un déploiement des compétences. Pour mettre 34-35 en place ce projet, Safran Conseil a fait usage de sa connaissance des sociétés et de leur environnement économique et industriel, prouvant ainsi son rôle stratégique. Ce projet s’est réalisé au travers du Lean Sigma, un parcours de formation sur mesure associé à un schéma de déploiement, depuis le comité exécutif jusqu’aux équipes, via le management. K plus d’infos www.safran-conseil.fr safran magazine Février 2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :