Safran n°4 sep 08 à jan 2009
Safran n°4 sep 08 à jan 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de sep 08 à jan 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : aéronautique civile et militaire, sécurité... Safran en Amérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Richard Cummins dossier contexte. Bien qu’elle soit affectée par une conjoncture maussade, l’Amérique du Nord reste un acteur majeur de l’économie mondiale. L’Amérique du Nord, UN marché structurant pour safran Le CRJ200 de Bombardier est équipé par 5 sociétés du Groupe Safran (trains d’atterrissage et câblage notamment). Septembre 2008 safran magazine Depuis trois ans, le marché mondial des avions civils affiche une relative bonne santé dont profite l’ensemble des avionneurs et équipementiers aéronautiques. Mais au-delà des chiffres de vente historiques (2 800 avions commerciaux de plus de 100 places vendus en 2007), deux préoccupations majeures sont apparues : la crise du crédit aux États- Unis et surtout la flambée des cours du pétrole qui vient lourdement peser sur les coûts d’exploitation des compagnies aériennes. Le DoD (Department of Defense) américain subit aussi ce double choc. « Pour chaque augmentation de dix dollars du prix du baril, c’est près d’un milliard de dollars en plus sur la facture », explique David Berteau, senior adviser et directeur du CSIS (Center for Strategic and International Studies) Defense- Industrial Initiatives Group. La crise se traduit déjà par l’annulation ou le report de commandes.
Cette lourde incertitude n’atteint pas encore le marché des avions d’affaires qui obéit à une logique économique différente. La santé financière de la clientèle – grands groupes, opérateurs en propriété partagée et individus fortunés – reste bonne et le marché ne montre pas de signe d’essoufflement. La part relative de l’Amérique du Nord connaît toutefois une certaine baisse, atteignant près de 50% des prises de commandes du marché mondial en 2007 alors qu’elle représente aujourd’hui 70% du parc mondial. Dans le domaine spatial, les programmes de coopération transatlantique futurs offriront certainement de réelles opportunités pour les acteurs de ce secteur. Défense et sécurité : dépenses élevées Le marché nord-américain de la Défense, essentiellement tiré par le Pentagone, est à un niveau record depuis le début de la guerre en Irak. « Mais aujourd’hui, la question est de savoir quelle part donner aux dépenses militaires et comment répartir cette part entre la recherche et les investissements », précise David Berteau. Mexique et Canada : d’autres I spécificités Le Mexique représente une formidable base industrielle et un marché considérable. La main-d’œuvre y est qualifiée et peu chère. Les 110 millions d’habitants offrent un marché intérieur important malgré de fortes disparités sociales. Dans le sillage de Washington, le pouvoir fédéral de Mexico, les États et différentes institutions judiciaires expriment des besoins croissants en systèmes d’identification et de sécurité. Le marché canadien est plus mature, mais la présence d’une industrie aéronautique nationale très développée offre, en revanche, des opportunités commerciales aux équipementiers. 3 questions à DR Les prévisions de marché demeurent à un très haut niveau en 2008. Devraient-elles être révisées si le prix du pétrole restait à un niveau très élevé ? Si le prix du pétrole reste autour de 130 dollars le baril, les conséquences sur la demande en avions commerciaux seront importantes. Nous ferons sans doute face à un net reflux, comparable à celui observé après le 11 septembre 2001, même si celui-ci avait été de courte durée. L’Amérique du Nord reste-t-elle un moteur puissant sur le marché mondial des avions commerciaux ? Les compagnies américaines ne vont pas acheter de très nombreux avions dans un futur proche. Le rêve d’un nouveau « supercycle » d’achats catalysé par la demande américaine est bien mort. Le seul marché sur lequel les États-Unis restent leaders est celui Le marché de la sécurité qui regroupe les offres de service et la haute technologie semble de ce point de vue plus pérenne. Les États-Unis rassemblent à eux seuls environ 45% du marché mondial de la sécurité, dont la croissance annuelle est estimée entre 8 et 10%. Le secteur est aujourd’hui largement structuré, avec la mise en place d’un cadre légal et la prise de conscience de son importance par les grands groupes 12-13 Richard Aboulafia, Vice-President, Teal Group Corporation (analyses de marché) Les États-Unis restent leaders sur le marché militaire des appareils militaires, avions et hélicoptères. Cela explique tous les efforts des industriels européens pour prendre pied sur ce marché très porteur. Voyez-vous une raison pour laquelle le marché des avions d’affaires, en pleine expansion, connaîtrait un retournement ? La récession et le prix du pétrole ne semblent pas affecter le haut de la pyramide sociale… Il y a toutefois des rumeurs de retournement du marché, mais d’autres indicateurs ne semblent au contraire indiquer qu’un léger tassement. Il faut aussi garder à l’esprit que la demande en avions d’affaires est maintenant mondiale, protégeant du même coup les constructeurs d’un fléchissement du seul marché nord-américain. internationaux de haute technologie. Une course est désormais engagée : les sociétés qui réussiront à s’implanter durablement aux États-Unis seront les mieux placées pour répondre à la demande dans le reste du monde. En effet, il est probable que le marché de la sécurité connaîtra à l’échelle mondiale – mais avec quelques années de décalage – un développement similaire à celui des États-Unis. safran magazine Septembre 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :