Safran n°13 déc 12 à mai 2013
Safran n°13 déc 12 à mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 12 à mai 2013

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : l'essor brésilien... Safran accompagne la croissance du géant sud-américain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
marchés Décryptage Le 10 novembre dernier, Ariane 5 plaçait sur orbite les satellites Eutelsat 21B et Star One C3. Il s’agissait du 66 e tir du lanceur et de son 52 e succès consécutif. Une réussite pour l’Europe spatiale, mais aussi pour Safran, qui fournit l’essentiel de la propulsion de la fusée ainsi que différents équipements embarqués (voir l’illustration p.30). « Tout a commencé avec la volonté française de se doter d’une force de dissuasion nucléaire basée sur des missiles balistiques, ce qui exigeait une connais- D.R. PROPULSION SPATIALE Safran : en tête dans les étoiles La propulsion spatiale est une école de rigueur et un défi technologique permanent. Safran en est le leader incontesté en Europe et le numéro deux mondial. Des télescopes pour les satellites Parmi les autres activités spatiales de Safran figurent la conception et la fabrication d’optiques à hautes performances destinées aux satellites d’observation. Tirant parti d’un savoir-faire développé par la société Reosc dès 1937, à laquelle fut associé par la suite le département optique de Matra, Sagem (Safran) est aujourd’hui leader mondial dans ce domaine. Son expertise exceptionnelle s’exprime également dans le domaine des optiques laser ainsi que des grands miroirs monolithiques et segmentés destinés aux observatoires terrestres. 28 Décembre 2012 safran Magazine sance approfondie des technologies spatiales, rappelle Jean-Lin Fournereaux, directeur Espace de Safran. C’est sur cette base que s’est ensuite développée une industrie spatiale civile autonome. » Autre clé du succès, la création du CNES (Centre national d’études spatiales) en 1961. Véritable maître d’œuvre industriel, cette agence a permis à la France de définir au fil des années une politique spatiale cohérente au sein de l’Europe. Elle s’est appuyée sur plusieurs sociétés spécialisées depuis soixante ans dans le domaine de la propulsion solide et liquide (dont la propulsion cryotechnique*), devenues aujourd’hui sociétés du Groupe. À la pointe de la tecHNologie Parmi elles, Herakles, qui maîtrise l’ensemble des métiers de la propulsion solide pour applications militaires et spatiales. « Notre avance technologique dans le domaine de la dissuasion nucléaire a contribué à notre indépendance d’accès à l’espace », souligne Thierry Francou, directeur de la business unit Espace d’Herakles (Safran). L’expertise du Groupe dans le domaine de la propulsion liquide est très largement reconnue compte tenu des contraintes techniques très fortes, et notamment des températures extrêmes allant de - 250 °C à 3 000 °C. Un défi que relève Snecma, qui bénéficie par ailleurs des synergies avec son activité dédiée aux moteurs d’avions militaires, soumis eux aussi à de très fortes températures. « On oppose parfois propulsion solide et propulsion cryotechnique ; c’est une erreur car elles sont complémentaires sur une fusée, note Martin Sion, directeur de la division Moteurs spatiaux de Snecma. Et c’est précisément la maîtrise de ces deux technologies qui fait la force de Safran. » Assurer la pérENNité À l’échelle mondiale, un maître mot : la compétitivité. « L’industrie spatiale répondant avant tout à un besoin de souveraineté nationale, on ne peut 1947 Premières activités de propulsion spatiale sur le site Snecma de Vernon 1979 Premier vol des moteurs Viking et HM7 sur Ariane 1 1998 Entrée en service du premier moteur Vulcain 2000 Centième vol d’Ariane 4 2012 50 e succès consécutif d’Ariane 5
pas véritablement parler de compétition entre les acteurs mondiaux, poursuit Martin Sion. Mais l’Europe a pour particularité de s’appuyer principalement sur les lancements commerciaux pour assurer l’équilibre économique de ses programmes spatiaux. Cela nous impose de rester très compétitifs pour assurer la pérennité de notre activité. » Cet enjeu se retrouve dans les évolutions d’Ariane 5 et la préparation de son successeur, avec en toile de fond deux leitmotiv industriels : innovation et baisse des coûts. « Les industriels et les institutionnels attendent que Safran soit force de proposition et se positionne comme un acteur majeur de la réflexion en cours », précise Jean-Lin Fournereaux. Le moteur cryotechnique Vinci, destiné à remplacer le HM7B sur le troisième étage d’Ariane, est l’une des solutions proposées par le Groupe. Issu de quinze années de recherche et développement, ce moteur réallumable permettra de placer des satellites sur des orbites différentes Assemblage de la tuyère du moteur à propergol solide. Herakles, le spécialiste de la propulsion solide Longtemps attendu, le projet de rapprochement entre SNPE Matériaux Energétiques (smE) et Snecma Propulsion Solide est aujourd’hui une réalité. Initié avec le rachat de SME par Safran en avril 2011, il s’est poursuivi avec la fusion des deux entités au sein d’une nouvelle société baptisée Herakles en mai 2012. « La création d’Herakles a permis de rapprocher des fonctions, de rationaliser des compétences et de fédérer un ensemble de savoir-faire au sein d’un pôle français puissant de propulsion solide », explique Gilles Fonblanc, président de Pyroalliance, une filiale d’Herakles. Nouveau leader de la propulsion solide en Europe et numéro deux mondial, Herakles déploie son expertise dans la propulsion des missiles stratégiques et tactiques, mais aussi dans le domaine spatial avec ses deux filiales installées à Kourou : Europropulsion, qui assemble les moteurs solides d’Ariane 5, et Regulus, qui produit les propergols utilisés dans ces mêmes boosters. Les deux sociétés sont codétenues par Safran et l’italien Avio. « La filière propulsion solide est la première à rationaliser son activité en Europe, souligne Thierry Francou, directeur de la business unit Espace d’Herakles. Elle compte désormais deux acteurs majeurs : Herakles et Avio/Space. » safran Magazine Décembre 2012 29 François Laforêt/Equivox



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :