Safran n°13 déc 12 à mai 2013
Safran n°13 déc 12 à mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de déc 12 à mai 2013

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Citizen Press

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : l'essor brésilien... Safran accompagne la croissance du géant sud-américain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
marchés Dossier CONJONCTURE Le Brésil, pays de toutes les ambitions I Le Brésil est devenu une puissance économique de premier plan. Cet essor s’accompagne d’une importante demande d’expertise technologique, notamment pour développer la compétitivité des entreprises brésiliennes à l’export dans le cadre d’une politique planifiée de montée en souveraineté. 8,5 millions de km 2 de superficie 195 millions d’habitants 6 e économie mondiale, le Brésil se place juste derrière la France et devant le Royaume-Uni. 10 Décembre 2012 safran Magazine Le premier atout du Brésil est sans doute son vaste territoire, riche en matières premières, notamment en minéraux. Mais c’est loin d’être le seul. Disposant des plus importantes réserves mondiales d’eau douce et de grandes quantités de pétrole dans ses eaux territoriales, le pays se positionne aussi comme l’un des principaux de producteurs mondiaux de bioéthanol. Fort d’abondantes ressources naturelles, il a développé un agrobusiness puissant, très agressif commercialement sur les marchés mondiaux. Enfin, le Brésil peut compter sur des banques restructurées dans les années 1990, aujourd’hui très saines et compétitives. L’économie brésilienne figure ainsi parmi les plus dynamiques du monde, ce qui a permis l’émergence d’une classe moyenne disposant d’un très fort pouvoir d’achat. Des infrastructures et des hoMMes Pour autant, de grands enjeux subsistent pour permettre au pays de concrétiser ses ambitions économiques : le niveau d’instruction de la population est à adapter. Il se traduit par un manque important de cadres intermédiaires et de main-d’œuvre qualifiée. « On trouve toutefois de très bons managers au Brésil, et des bourses permettent à des jeunes d’aller se former à l’étranger, relativise Stéphane Un champion aéronautique Embraer est le troisième constructeur aéronautique mondial. Créé en 1969 sur l’impulsion du gouvernement brésilien, il est aujourd’hui leader sur le marché des avions commerciaux régionaux. Embraer propose également une gamme très complète d’avions d’affaires. Dans le domaine de la défense, le constructeur développe un nouvel avion de transport militaire (le KC-390) ; il intervient également sur la modernisation d’avions de combat et fournit aux armées brésiliennes des drones, des systèmes C4Isr* et des satellites. Safran est actionnaire d’Embraer à hauteur de 1,1%. * C4ISR : Computerized Command, Control, Communications, I (Intelligence – renseignement militaire) et S (Surveillance), R (Reconnaissance). Monclaire, maître de conférences de sciences politiques à l’université de la Sorbonne. En fait, l’ensemble des infrastructures reste à améliorer, bien que le gouvernement fasse des efforts exceptionnels en construisant des routes, des ponts et des aéroports depuis quelques années. » Des ambitions internationales Autre levier de croissance à développer : la R&D. Les entreprises brésiliennes investissaient peu dans ce domaine. Mais la situation évolue et le gouvernement actuel entend bien favoriser l’essor d’un savoir-faire national à haute valeur technologique ajoutée. « Pour s’implanter au Brésil, il faut désormais investir, apporter des technologies, nouer des partenariats avec des Brésiliens en leur laissant la gouvernance, explique Stéphane Monclaire. Les appels d’offres ne sont accessibles qu’aux entreprises qui répondent à ces critères. » Le marché de l’industrie militaire n’échappe pas à cette tendance : résolu à se doter d’un système de défense à la hauteur de ses ambitions internationales, le Brésil se tourne vers les géants du secteur. Mais le pays veille aussi à développer sa propre industrie, quitte à importer des expertises. « Les militaires brésiliens sont prêts à acheter du matériel… à condition de pouvoir s’en servir de façon autonome », résume Stéphane Monclaire. Embraer
« 7HE lP4D i/nMAC ERSA 14f.0153 -e-ew 64C 4.407 ItaI vw » uR)cur wi417.11IMPLANTATIONS Safran au Brésil Plus de 50% des hélicoptères brésiliens sont motorisés par Turbomeca do Brasil. Une réussite que l’on peut qualifier d’exemplaire pour cette entreprise, dont l’origine remonte à 1977, rappelle François Haas, délégué pour le Groupe au Brésil. Jusqu’en 2002, la présence de Turbomeca dans ce pays se limitait à un petit noyau de cinq personnes en support technique et commercial. Mais il y a dix ans, la décision a été prise d’implanter à Rio un centre de maintenance des turbines. Depuis, plus de 1500 turbines y ont été révisées pour des clients du Brésil et de l’ensemble de l’Amérique latine, faisant de Turbomeca l’un des grands exportateurs brésiliens. » Ces derniers mois, l’activité de Turbomeca do Brasil – qui emploie aujourd’hui 240 personnes – s’est encore accélérée. La raison de ce dynamisme ? La volonté de renforcer la proximité avec le client et de tenir les engagements pris en 2009 dans le cadre du contrat d’acquisition par le ministère de la Défense brésilien de 50 hélicoptères EC 725 équipés chacun de deux turbines Makila 2. « En 2011, nous avons aussi signé le premier contrat de maintien en condition opérationnelle [MCO – voir article page 25] qui couvrira les 100 moteurs Makila 2 des hélicoptères du ministère de la Défense », indique François Haas. Turbomeca do Brasil gère plus de 1000 moteurs en opération en Amérique latine, ce qui place la société au 5 e rang parmi les quatorze entités Turbomeca dans le monde. I 1111111111111111A 1111111 11111111 1111111111111111111111 Safran est présent dans le pays depuis trois décennies et s’est principalement développé ces dernières années autour de deux sociétés : Turbomeca do Brasil et Morpho do Brasil. Pr" La spectaculaire croissance de Morpho do Brasil Morpho do Brasil est l’autre grande société brésilienne de Safran. Regroupant les activités d’identification, de détection et de production d’e-documents, cette société compte près de 700 collaborateurs. Le domaine e-documents emploie à lui seul 630 personnes qui travaillent à l’usine de Taubaté, où 100 millions de cartes à puce sont produites chaque année. En 2011, Morpho do Brasil a investi dans une ligne de production dédiée à l’assemblage des puces, se conformant ainsi aux instructions du gouvernement qui incite les entreprises étrangères à augmenter leur part de production locale. « Cette nouvelle ligne de production nous place dans des conditions parfaites pour participer aux nouveaux projets gouvernementaux en matière de documents électroniques », note Paolo Villasco, directeur commercial de Morpho pour la région Amérique. Les quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile du pays, ainsi que toutes les grandes banques publiques et privées du Brésil, sont clients de Morpho do Brasil. La société entretient d’ailleurs des relations privilégiées avec Banco Itaú (voir page 15). La police fédérale est également un client majeur dans le domaine de l’identification. Elle se dote actuellement d’une base de données destinée à safran Magazine Décembre 2012 11 ï Quatre années clés 1977 Création de la société qui deviendra Turbomeca do Brasil 2002 Installation d’un centre de maintenance des turbines d’hélicoptères à Xerem 2005 Acquisition par Morpho do Brasil d’une usine de production de cartes à puce à Taubaté (État de São Paulo) 2008 Acquisition par le ministère de la Défense brésilien de 50 hélicoptères EC 725 équipés de moteurs Turbomeca Ricardo Funari/CAPA Pictures



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :