Royauté n°36 oct/nov 2015
Royauté n°36 oct/nov 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°36 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 41,2 Mo

  • Dans ce numéro : Rania de Jordanie, l'amour d'une fille.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 Royauté DOSSIER Il ne s’agit pas réellement d’un anniversaire, mais d’un record un peu particulier qu’a battu la reine Elizabeth ce 9 septembre dernier. La souveraine du Royaume-Uni et du Commonwealth marque de nouveau l’histoire de son sceau en devenant la souveraine ayant régné le plus longtemps sur l’Angleterre. Jusqu’à présent, ce record était détenu par la célèbre reine –impératrice Victoria. Mais en dépassant les 23 226 jours, 16 heures et 30 minutes de règne, Elizabeth II a fait mieux encore que sa trisaïeule. Un jour historique pour la monarchie britannique  : ce 9 septembre 2015 à 17h30 heure locale (18h30 en France), Elizabeth II surpassait les 63 ans, 7 mois et 2 jours (1837 - 1901) de Victoria. L’heure exacte ne peut être déterminée avec certitude, celle du décès de son père George VI, dans les premiers moments du 6 février 1952, n’étant pudiquement pas renseignée. Quelques heures plus tôt, afin de célébrer cet événement exceptionnel un nouveau portrait officiel était dévoilé. Réalisé en juillet par la photographe de renom Mary McCartney, fille aînée de Sir Paul McCartney – membre des Beatles anobli par Sa Majesté en 1997 - et de son ex-épouse la photographe Linda Eastman McCartney, la photographie promise à la postérité représente la souveraine dans son activité quotidienne  : assise au bureau décoré de photos de famille de sa salle d’audience privée à Buckingham Palace, devant, ouverte sur un guéridon, une de ces boîtes rouges officielles qu’elle reçoit chaque jour depuis plus de soixante-trois ans contenant des documents d’importance (communications de membres du gouvernement et de représentants dans tout le Commonwealth), elle tient son contenu à la main ; dans l’autre, les petites lunettes qu’elle met pour lire et écrire. Vêtue d’une robe blanc et rose à motif floral du créateur KarlLudwig, qu’elle portait en 2011 lors du final de sa tournée d’adieu en Australie, agrémentée d’une broche ornée d’un sublime saphir rose, parée de ses perles, Elizabeth II nous présente un visage doux et spontané, empreint du sérieux qui la caractérise. À 88 ans, son regard pétille autant que le jour de son couronnement en l’abbaye de Westminster, à l’âge de 27 ans. La photographe qualifie ainsi la souveraine de « parangon de la féminité ». Mary McCartney, photographe et auteure de livres de cuisine végétarienne de 46 ans, a spontanément proposé ses services en vue de cette occasion historique. Une proposition acceptée par la reine, pour sa plus grande fierté  : « Ayant grandi sous le règne de la reine Elizabeth II, c’était une émotion intense de la rencontrer et un privilège exceptionnel de la prendre en photo. Elle est véritablement une personne qui vous inspire, une pionnière et un modèle pour la gent féminine ». D’autres photos sont à l’honneur à l’occasion de cet événement très spécial. Une exposition, intitulée « Long To Reign Over Us », hébergée par les palais de Buckingham, Windsor et Holyroodhouse (Édimbourg), propose au public une sélection de clichés de la souveraine, au travers de portraits officiels, d’images de ses visites officielles et de scènes de la vie privée, en famille, de 1952 à nos jours. La reine n’est pour au-
tant pas la plus acienne souveraine régnante du monde  : à ce jour, le record est détenu par le roi Rama IX de Thaïlande, sur le trône depuis le 9 juin 1946, soit plus de soixante-neuf ans et trois mois. « UNE LONGUE VIE PASSE PAR DE NOMBREUSES ÉTAPES » Fidèle à elle-même, ne recourant au faste que par nécessité protocolaire, la reine Elizabeth II ne souhaitait pas que cet événement soit particulièrement célébré. Humble et sobre par nature, mais aussi par égard pour son ancêtre la reine Victoria (célébrer l’événement reviendrait à célébrer sa mort, grave indélicatesse), la reine n’a pas dérogé à son quotidien. Pas de manifestation ostentatoire, même si les cloches ont retenti dans tout le pays, qu’une parade fluviale impliquant la barge royale Gloriana a eu lieu sur la Tamise et que la Chambre des Commons a repoussé sa séance d’une demi-heure pour rendre hommage à la reine. Le jour même, le Musée Madame Tussauds de Londres installait une nouvelle statue de la reine vêtue de la magnifique robe de son Jubilé de diamant, entourée de portraits de la souveraine à tous les âges. De DOSSIER son côté, la reine s’adonnait à ses activités habituelles. Accompagnée de son mari le duc d’Édimbourg, elle prenait le train à vapeur d’Édimbourg à Tweedbank pour inaugurer une nouvelle voie ferrée, Borders Railway, un chantier à près de 300 millions de livres qui ressuscite la Waverley Route abandonnée à la fin des années 1960. Très élégante en manteau turquoise, toujours vêtue d’une couleur vive pour être vue de tous, portant la broche en diamants de la reine Victoria, elle n’a pas manqué d’évoquer l’événement, dans des mots simples d’une grande humilité  : « Beaucoup ont noté une autre signification à cette journée, bien que ce ne soit pas une (signification) à laquelle j’ai aspiré. Inévitablement, une longue vie passe par de nombreuses étapes ; la mienne n’y fait pas exception, mais je vous remercie tous ici et à l’étranger pour vos messages touchants. » La souveraine a ensuite regagné Balmoral, à l’instar de Victoria, le jour où elle avait elle-même dépassé le record de longévité de son grandpère le roi George III, le 23 septembre 1896. Le soir même, elle recevait son clan au complet pour un dîner de famille... presque comme les autres. Royauté 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :