Royauté n°36 oct/nov 2015
Royauté n°36 oct/nov 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°36 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 41,2 Mo

  • Dans ce numéro : Rania de Jordanie, l'amour d'une fille.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Royauté CÔTÉ COUR Angelina Jolie quitte la fondation créée par Lady Di ! Rififi au sein de la fondation HALO qui lutte contre les mines antipersonnel et créée en 1997 par la mère des princes William et Harry. Angelina Jolie, digne représentante du combat mené, a en effet décidé de quitter l’organisation de la princesse Diana après un conflit concernant ses membres. L’envoyée spéciale des Nations Unies pour les réfugiés se sentirait ainsi embarrassée parce que deux membres haut placés de la fondation HALO, Amanda Pullinger et Simon Conway, empochent 120 000 livres (soit plus de 160 000 euros) pour leur travail au sein de cette organisation caritative et de soi-disant restructurations et arrangements spéciaux. Officiellement, l’actrice et réalisatrice américaine serait partie de cette organisation au mois de mai dernier après dix-huit mois de collaboration, évoquant d’autres engagements humanitaires. Mais ce n’est pas tout, elle aurait émis également des réserves quand elle a su que la fondation participait aux frais de scolarité des enfants des membres de l’équipe d’HALO. Ce type de dépenses (ressources humaines, planning financier, structure légale) a continué après que l’ancien directeur Guy Willoughby, cofondateur d’HALO, a quitté l’aventure. Il avait été suspendu en juillet dernier après la détérioration de ses relations avec le directoire. Avant son départ, il a été découvert qu’il recevait 70 000 livres sterling pour couvrir les frais de scolarité de ses enfants. Une somme qui s’ajoute à son package de 210 000 livres. Une bien mauvaise publicité pour cette organisation si chère à la regrettée Lady Di. Le prince Harry est un mauvais oncle ! Il a beau être le membre le plus cool de la famille royale, le prince Harry n’en revient pas d’être un aussi mauvais tonton ! Alors qu’il avait dû attendre près de trois longues semaines, en raison d’une ultime obligation militaire en Océanie, pour faire la connaissance de sa nièce la princesse Charlotte de Cambridge après sa naissance le 2 mai dernier, le prince Harry était également l’un des grands absents, deux mois plus tard, lors de son baptême à Sandringham. Un oncle parfaitement conscient de ses manquements... Le jeune homme se trouvait en effet à ce moment là dans l’hémisphère Sud. Le frère cadet du prince William, qui a décidé de se consacrer à sa carrière royale, s’était ainsi déjà engagé à être présent en Afrique auprès d’une cause particulièrement chère à son aîné  : la protection de la faune sauvage et la lutte contre le braconnage et le commerce illégal qui déciment certaines espèces. Et ce jour-là, c’est le sort d’un rhinocéros qui nécessitait sa présence, et tant pis pour Charlotte ! « Quel mauvais oncle je fais ! Je devrais vraiment être là-bas. Mais aujourd’hui, je suis ici, c’est ici que je veux être », confiait-il en Namibie, à la date fatidique. La princesse Charlotte de Cambridge ne perd de toute manière rien pour attendre... En juillet 2013, quelques jours après la naissance de son grand frère le prince George, tonton Harry déclarait lors d’un engagement officiel  : « Je m’assurerai qu’il soit bien élevé et qu’il reste dans le droit chemin, et je ferai en sorte qu’il s’amuse. Le reste, ce sera le boulot de ses parents. »
CÔTÉ COUR Un nouveau terrain de tennis pour Kate et William ! Alors que la résidence du prince William et de Kate Middleton à Sandringham, ironiquement comparée à une forteresse par la presse britannique, a déjà connu d’importants - et coûteux - chantiers pour sa réhabilitation et pour répondre parfaitement à leurs besoins et désirs, un nouvel aménagement est imminent. Et pas des moindres  : un nouveau court de tennis. Selon des documents officiels rendus publics sur le site de l’administration locale (King’s Lynnand West Norfolk Borough Council), le duc et la duchesse de Cambridge ont obtenu un permis de travaux pour se doter d’un court de tennis flambant neuf, qui remplacera le précédent, trop détérioré, dans leur propriété du Norfolk située sur le domaine royal de Sandringham, fief de la reine Elizabeth II. Tous deux passionnés par la petite balle jaune, William et Kate, qui n’ont pas manqué de s’installer cette année encore dans la loge royale en deuxième semaine du tournoi de Wimbledon, avaient soumis leur requête au mois de juin, et personne, ni parmi les riverains, ni au sein du comité, ne s’y est opposé. L’ancien court de tennis sera totalement détruit et l’espace laissé vacant fera partie du jardin dont le couple dispose à l’arrière de sa maison de campagne, tandis que la nouvelle installation, en gazon synthétique, prendra place à une vingtaine de mètres de là. Coût des travaux  : 60 000 livres (84 000 euros) tout de même, dont 10 000 pour le seul revêtement, financés sur des fonds privés. Une dépense de confort qui fait encore froncer quelques sourcils... La duchesse de Cambridge se fait de plus en plus rare… Désormais maman de deux enfants, la princesse Catherine s’est fait dernièrement très discrète. Alors qu’elle était attendue à un mariage fin août, Kate s’est finalement désistée au dernier moment. Sa sœur cadette Pippa Middleton, socialite qui est de toutes les noces de la bonne société, l’a alors remplacée au pied levé, accompagnant son beau-frère le prince William dans le Devon, à Thurlestone, pour célébrer l’union de Bear Maclean et Daisy Dickson. C’est en réalité le plan de table qui a trahi la défection de Kate, selon un informateur  : « Les noms de William et Catherine Wales [le titre de prince de Galles hérité du prince Charles sert dans les occasions protocolaires, NDLR] étaient écrit sur le plan qui figurait sur un miroir d’aspect vintage. Ils devaient être assis à la table d’honneur, a témoigné celui-ci. Kate était attendue. Personne ne sait pourquoi elle n’est pas venue. Tout le monde en parlait le lendemain matin, au petit-déjeuner. » En dépit de l’absence de son épouse, le prince William, ami de longue date du marié, a profité des festivités jusqu’au bout avec son athlète de belle-sœur  : « Ils sont restés le lendemain et la nuit suivante aussi, prenant part ensemble au déjeuner sous la grande tente. Tout le monde devait aller ensuite se baigner dans l’estuaire de la rivière [Avon] », rapporte la même source. Espérons que la duchesse sorte rapidement de sa réserve au risque de faire naître de vilaines rumeurs… L’étonnante réaction d’Elizabeth II ! Voilà une révélation qui n’a pas fini de faire couler de l’encre... Dans sa biographie de la famille royale d’Angleterre, Ingrid Seward révèle ainsi comment la reine Elizabeth II a réagi à l’annonce de l’accident de voiture de Lady Diana, le 31 août 1997. Cette nuit-là, le couple Hemad Fayed dit Dodi Al-Fayed et Diana Spencer arrive au Ritz, un célèbre palace parisien. C’est vers 0h20 que l’accident de voiture qui coûta la vie au couple a eu lieu. Alors qu’on lui annonce les toutes premières informations, ignorant encore que Lady Diana était décédée des suites de cet accident, la reine Elizabeth II emploie alors des mots plutôt surprenants  : « Quelqu’un a dû graisser ses freins ! » Visiblement, la reine a tout de suite pensé à un geste criminel. Cette révélation faite par l’auteure du livre « The Queen’s Speech  : An Intimate Portrait of The Queen in Her Own Words », fait des vagues. Selon cette dernière, et comme il l’est relaté sur le « Daily Mail », ces premiers mots, qui peuvent paraître choquants dans une telle situation, témoignent de la complexité des rapports entre la reine et Diana. On se souvient d’ailleurs qu’à l’époque la souveraine n’avait pas voulu interrompre ses vacances en Écosse après l’annonce de la mort de Lady Di par les autorités françaises cinq heures après le drame. Selon sa biographe, la reine Elizabeth II voulait avant tout protéger ses petits-enfants, William et Harry. Et gérer leur tristesse et leur deuil en privé. Royauté 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :