Royauté n°36 oct/nov 2015
Royauté n°36 oct/nov 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°36 de oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 41,2 Mo

  • Dans ce numéro : Rania de Jordanie, l'amour d'une fille.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Royauté ROYAUTÉ MARY DE DANEMARK L’élégance à l’état pur MALGRÉ UN AGENDA OFFICIEL TRÈS CHARGÉ POUR LA RENTRÉE, LA PRINCESSE MARY DE DANEMARK N’AURAIT POUR RIEN AU MONDE OUBLIÉ DE SOIGNER AUSSI SON LOOK. C’EST DONC EN TOUTE ÉLÉGANCE QUE L’ÉPOUSE DU PRINCE HÉRITIER A ASSURÉ SES MULTIPLES ENGAGEMENTS ET TOUJOURS AVEC SUCCÈS ! La princesse héritière d’origine australienne ne cesse de briller au Danemark. Toujours aussi chic et choc, l’épouse du prince Frederik a donc enchaîné les rendez-vous officiels, des engagements qui prouvent que les vacances sont bien derrière elle. Début septembre, c’est donc superbe en robe blanche dans la grisaille nordique qu’on la voyait hisser haut le drapeau de la parité entre hommes et femmes, devant le ministère des Affaires étrangères, à Copenhague. Un geste qui a eu lieu dans le cadre d’une réunion de l’initiative Women Deliver, en faveur de l’amélioration de la condition féminine dans la société moderne. Copenhague accueillera d’ailleurs en mai 2016 la prochaine grande conférence de Women Deliver, et la princesse Mary en sera la marraine, deux ans après avoir pris part au premier sommet, en 2013 à Kuala Lumpur. Seize autres drapeaux du même genre doivent être hissés partout dans le monde d’ici au rendez-vous, et un programme d’actions doit être établi dans cette optique  : les droits des femmes sont au cœur des enjeux, bien sûr, mais aussi, avec les Nations unies, la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités, contre le réchauffement climatique... Car, comme l’épouse du prince Frederik l’a souligné, l’épanouissement des femmes partout dans le monde est l’une des clés d’un avenir meilleur. Pour étayer son propos, elle a notamment partagé le fruit de ses rencontres avec de jeunes Éthiopiennes victimes d’excision lors de son récent séjour en Afrique. Le lendemain, Mary de Danemark commençait par remettre dans la matinée les bourses d’études à son nom lors d’une rencontre avec les heureux bénéficiaires au palais Frederik VIII - chez elle, donc. Et en fin d’après-midi le même jour, elle se présentait au Ny Carlsberg Glyptoteket, fameux musée de la capitale, pour y récompenser deux scientifiques du prix de la Carlsberg Foundation. Magnifique dans une robe rose griffée Valentino, la princesse Mary a été copieusement ovationnée avant même de prendre la parole – « Je n’ai même pas encore dit un mot », s’est-elle d’ailleurs amusée en préambule de son discours. C’est dire la popularité de la belle princesse !
PAULINE DUCRUET ROYAUTÉ Elle s’installe à New York ! LA FILLE DE LA PRINCESSE STÉPHANIE DE MONACO EST DÉFINITIVEMENT TOMBÉE AMOUREUSE DE LA GROSSE POMME. POUR PREUVE, APRÈS UN STAGE DE QUATRE MOIS À NEW YORK, PAULINE DUCRUET A FINALEMENT DÉCIDÉ DE VENIR S’Y INSTALLER. Il aurait pu s’agir d’une passade mais cela n’en a pas l’air ! Subjuguée par la Grosse Pomme, où elle a passé plusieurs mois au premier semestre dans le cadre d’un stage au sein du « Vogue » américain, la jeune fashionista monégasque passée par l’Institut Marangoni à Paris a vraisemblablement décidé de retourner s’y installer durablement histoire de renouer avec les gratte-ciel de Manahattan et la verdure de Central Park. « Devinez qui est de retour ? », écrivait-elle ainsi triomphalement il y a peu en légende d’une photo Instagram prise à Minetta Triangle, un petit coin de verdure du sud de Manhattan (à l’intersection de la 6e Avenue et de Bleecker Street), accompagnée de hashtags éloquents – « de retour dans le coin », « la ville la plus géniale », « de retour pour de bon ». Peu de temps après, ce sont les hashtags « backtoschool » et « backtowork » (« retour à l’école », « retour au travail ») qui faisaient leur apparition, accolés à l’image d’une citation que publiait la fille de la princesse Stéphanie de Monaco  : « Travaille jusqu’à n’avoir plus besoin de te présenter. » La géolocalisation de l’image indiquait alors que Pauline Ducruet avait choisi de poursuivre son cursus à la prestigieuse Parsons School of Design, référence des carrières artistiques et créatives, située sur la non moins fameuse 5e Avenue. À propos de passion pour l’art et la création, la jeune femme de 21 ans enfonçait le clou avec sa dernière photo en date, partagée sur Instagram  : on l’y voit poser au Gilded Lily, établissement du quartier du Meatpacking, devant un « Lovewall » fraîchement réalisé par l’artiste James Goldcrown, comme on peut le constater d’après les comptes des intéressés. Conquise par les quelque quatre mois qu’elle a déjà passés à Manhattan, ne repartant pas des États-Unis avant d’avoir pu y célébrer la Fête nationale (le Jour de l’indépendance, le 4 juillet), Pauline Ducruet ne manquera donc pas de partager avec nous ses tranches de vie d’une modeuse à New York, son nouveau chez elle. Royauté 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :