Rifraf n°201 juin 2014
Rifraf n°201 juin 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°201 de juin 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : B.Z.&T. bvba

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : Brian Jonestown Massacre... interview d'Anton Newcombe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Ear mind is a cloud and it wants to come out ». Après, il nous a suffi de nous assoupir d’aise dans la paille tiède, et d’imaginer la transformation de nos résidus de peau en poussière d’étoile. On était drôlement bien. (alr) Chuck E. Weiss ‘Red Beans And Weiss’Anti-/Pias Tenez vos slibards, les mecs (ou vos brassières, les filles, soyons pas sexistes), voici une légende vivante du rock’n’roll. Chuck E Weiss traîne ses guêtres élimées depuis des lustres au milieu de silhouettes non moins singulières : Dr. John, Rickie Lee Jones, Muddy Waters, et son complice de longue date, Tom Waits. Produit par ce dernier et Johnny Depp(oui, mesdames), ‘Red Beans And Weiss’est une concoction relevée, un mélange de blues et de garage boiteux balancés par un clodo hirsute et binoclard. Grognements hobo, langue alourdie par le Kentucky bourbon, guitares sautillantes comme des grenouilles alcooliques, saxos déglingués, Chuck met tout le monde à l’amende et fait comprendre sans effort les raisons de son culte. L’on parie son blouson sans crainte que Les Claypool doit être un fanatique (‘Knucklehead Stuff’), l’hispanisant ‘Hey Pendejo’doit se faire poiler Gene et Dean Ween et les onomatopées braillées sur fond de psychobilly de ‘Tupelo Joe’doivent rendre Lux Interior vert de jalousie. Car Chuck E Weiss est dans la place avec un avantage : malgré son âge, il est encore en vie, lui. (ab) You And You ‘Keep It Safe’Pias Sous la bannière You And You, une appellation digne d’une marque de vêtements haute couture, Félix Pérez échafaude des petites chansons sans prétention et sans ostentation qui combinent adroitement les legs universels de la pop et les héritages du folk américain. Il porte ce projet depuis 2008 mais ce n’est seulement maintenant que celui-ci arrive à maturité, incarné par ce disque qui est bien davantage qu’une simple carte de visite. On y perçoit l’aboutissement d’un travail de longue haleine tant Pérez a veillé à donner du corps à ses compositions. Il en assure l’écriture et assume la plus grande partie des guitares. A ses côtés, on trouve Denis Clavaizolle, le compère historique de Jean-Louis Murat et collaborateure.a. de Bashung et plus récemment de Cocoon, qui joue ici outre le clavier bon nombre d’instruments. Davantage encore, Clavaizolle endosse véritablement son rôle d’arrangeur/mixeur. Si le single ‘Bye Bye’constitue un moment fort de l’album, la douzaine de chansons qui le peuplent s’écoutent avec une même aisance. Un bémol toutefois, le contenu des textes pèche parfois par excès d’une naïveté un rien candide. (et) bookmaker Pierre Cécile ‘Sonic Youth’Editions Lenka lente, 34p. Etablies à Nantes, les Editions Lenka Lente n’en sont encore qu’à leurs débuts. Elles proposent à ce jour quelques opuscules assez concis dont un au moins accompagne un cd. Sous-titré entre parenthèses ‘Souvenir de Kurt Cobain’, ce livret, 30 pages à peine, est dédié à Sonic Youth. Son auteur, un certain Pierre Cécile qui nous est totalement inconnu, part de l’hypothèse que Kurt Cobain lui a fait découvrir Sonic Youth lors d’un séjour à Tanger. Fictive ou non, l’histoire se déroule à la manière d’un journal consignant quelques fragments de conversations qui s’opèrent essentiellement par voie de messages laissés sur un répondeur téléphonique, celui d’un appareil fixe à l’époque où l’histoire se déroule, c’est-à-dire au début des années nonante. Pierre Cécile raconte de manière somme toute assez succincte, mais suffisamment imagée pour que nous puissions participer à son ravissement, sa découverte avec le groupe new-yorkais. Ainsi, se met-il en tête de vouloir posséder la poupée rouge – une œuvre de l’artiste plasticien Mike Kelley – qui apparaît sur la pochette de ‘Dirty’. A un autre moment, il nous compte ses errances passées dans les médiathèques françaises à la recherche des cd du groupe (le vinyle avait alors disparu). Il voulait absolument tout écouter ! Il y a beaucoup de candeur tout au long cette petite histoire mais aussi une bonne dose de douce dérision si on y lit de plus près entre les lignes. (et) Christophe Pirenne ‘Neil Young Harvest’Densité, 72p. De Christophe Pirenne, on garde en et pour mémoire son ouvrage consacré au rock progressif anglais publié il y a près d’une dizaine d’années aux Editions Honoré Champion et son best-seller simplement intitulé ‘Une musicale du rock’paru chez Fayard en 2011. Professeur d’histoire de la musique et des politiques culturelles à l’Université de Liège, il nourrit son enseignement de sa passion pour la musique qu’il entretient depuis très longtemps. Il s’est intéressé aux musiques africaines, à l’émergence des musiques dites ‘nouvelles’en Wallonie et à Bruxelles, aux différentes formes de rock progressif anglais mais aussi aux figures de proue du rock dont Neil Young fait partie. L’histoire rapporte que lors de sa sortie au début 1972, ‘Harvest’ne reçut ni l’assentiment de la critique, ni celui de son auteur et que c’est le public qui allait au final propulser ce disque en tête des hit-parades et maximiser ses ventes. Plus tard, il deviendrait non seulement un des disques phares de Young mais aussi laisserait-il se trace indélébile dans l’histoire du rock. Passées la brève introduction et une notice de présentation de la pochette, ce petit livre se déploie à la manière du disque lui même, dans l’ordre de succession des titres. Pirenne les commente un par un sans jamais s’appesantir ou se perdre en détails inutiles. Son écriture est fluide et intelligible tandis qu’elle conduit une série d’observations factuelles qui illustrent son propos. En fin d’ouvrage, l’auteur nous retrace les circonstances et le contexte de l’enregistrement de ‘Harvest’. Son mérite est d’avoir replacé, de façon historique, la réalisation et la parution de ce disque dans son époque. ‘Harvest’advient au moment où les utopies hippies cèdent le pas à un courant rock plus adulte qui ne cessera, pour les décennies à venir, d’inspirer bon nombre de courants dont le grunge mais aussi des groupes comme Sonic Youth. (et) viewmaster Marc-Antoine Roudil ‘Le Prince Miiaou’Alter Ego Films En gros plan, elle fixe son écran. C’est un chaperon rouge blond peroxydé et elle a un chemin à trouver. Celui de la musique, celui de son troisième album. Lui (Marc-Antoine Roudil, notamment co-réalisateur avec Sophie Bruneau de ‘Ils ne mouraient pas mais tous étaient frappés’sur l’usure qui ronge les travailleurs) filme Maud-Elisa Mandeau de près, de très près, ne la lâche jamais pendant ces dix-huit mois d’apprivoisement aux abois, mais reste en lisière tacite. Souvent elle ne trouve pas, ou elle rage tout cru. Souvent tout ce qu’elle fait lui paraît abominable, et il faut repartir à la traque. Rester à l’écoute de ce que d’autres, ceux qui l’aideront peut-être, ont à dire sur ce qu’elle donne d’elle-même. Accepter la mise à nu, la mue, les confrontations avec son frère, Benjamin, qui pense technique ou ceux avec sa propre voix qui file, part, refuse de se poser. Remettre vingt fois, cent fois sur le métier. Tailler dans le vif, pour une pochette. Bien davantage qu’un énième portrait de chanteuse, ‘Le Prince Miiaou’est un film qui affiche frontalement et très justement l’obstination, la lutte créatrice. La façon dont les tiraillements remplissent une vie de grands vides avant le passage à la lumière. Le film est visible en salle depuis le 21 mai au Cinéma Aventure à Bruxelles et au Plaza-Art à Mons. (alr)
AWOLNATION 05-06-2014 BLONDIE 19-06-2014 CODY CHESNUTT 16-07-2014 SOUNDGARDEN 24-06-2014 KID INK 16-09-2014 AZEALIA BANKS 03-10-2014 21.09 GOAT + MADENSUYU WHITE HILLS 3 MORE ACTS TBA GREGORY PORTER 05-10-2014 06.06 | WOVENHAND + FLYING HORSEMAN 08.06 | GOGOL BORDELLO + SPECIAL GUESTS : CHUCK RAGAN + NORTHCOTE 09.06 | PAUL WELLER + THE GRAMOTONES 12.06 | POND 16.06 | PHILIP H. ANSELMO AND THE ILLEGALS GIORGIO MORODER DJ SET 10-07-2014 ETIENNE DAHO 17-10-2014 10.09 | STRAND (BERT DOCKX) @ HUIS 23 – GRATIS 17.09 | KID INK 20.09 | COLD SPECKS 25.09 | SWANS + PHARMAKON 27.09 | BM [INSPIRED BY BLACK METAL] PRESENTS AMENRA – ACOUSTIC SHOW STEVIE WONDER 03-07-2014 YOUSSOUPHA 15-07-2014 IN FLAMES 01-10-2014 THE NOTWIST 27-10-2014 02.10 | HELMET – BETTY’S 20TH ANNIVERSARY TOUR 06.10 | ASKING ALEXANDRIA 10.10 | ANGEL OLSEN 10.10 | BRNS 11.10 | OFF ! + CEREBRAL BALLZY 20+21.10 | ORQUESTA BUENA VISTA SOCIAL CLUB ‘ADIOS TOUR’FEATURING OMARA PORTUONDO, GUAJIRO MIRABAL, BARBARITO TORRES, JESUS ‘AGUAJE’RAMOS 24.10 | OSCAR & THE WOLF 25.10 | AMATORSKI 26.10 | YANN TIERSEN ∞ AIRBOURNE 17-07-2014 THE WAR ON DRUGS 01-11-2014 01.11 | ANIMALS AS LEADERS + TESSERACT 02.11 | THE WAR ON DRUGS www.rockhal.lu Rockhal, Esch/Alzette (LUX)//infos & tickets : (+352) 24 555 1 Rockhal recommends to use public transport : www.cfl.lu



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :