Rhône Métiers n°10 jun/jui/aoû 2020
Rhône Métiers n°10 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Rhône

  • Format : (215 x 307) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,5 Mo

  • Dans ce numéro : portrait, Myriam Boulay.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Zoom Covid 19 et document unique d’évaluation des risques Tenu à une obligation de sécurité vis-à-vis de son personnel, l’employeur doit évaluer les risques induits par l’activité de l’entreprise et recenser, dans un document unique, les actions qui visent à les prévenir. Ce document est librement consultable et régulièrement mis à jour. Dans le contexte actuel, il appartient au chef d’entreprise d’ajouter l’ensemble des situations d’exposition au COVID-19 : contacts avec le public, partage de l’espace de travail ou de certains outils… Comme pour les autres risques dans l’entreprise, en fonction de ces situations, le document unique doit prévoir les moyens, consignes ou méthodes à mettre en œuvre pour y remédier : distanciation physique, présence de produits désinfectants, nettoyage régulier des surfaces professionnelles, télétravail lorsqu’il est possible, horaires décalés… Pour vous aider dans la rédaction de votre document unique ou vous former pour le mettre en place, n’hésitez pas à contacter votre Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Contact : Lucie Piobetta Tél. 04 72 43 43 53 l.piobetta@cma-lyon.fr
Myriam Boulay Verre d’émotions… Un doux paradoxe : tel est le quotidien de Myriam Boulay, 31 ans. Trouver un équilibre entre une matière à la fois dure et fragile, opaque ou translucide, colorée ou immaculée, texturée ou parfaitement lustrée. Ainsi va le travail du verre ; ainsi s’écrit la destinée de Myriam, convaincue par cet art depuis un stage au centre international du vitrail de Chartres, suivi d’une rencontre avec un maître verrier devenu son maître d’apprentissage. “J’ai appris qu’une école, proche de Nancy, permettait de s’ouvrir à ce savoir-faire : je n’ai pas hésité.” Diplôme en vitrail puis en décoration sur verre, formation à Paris en peinture (sur verre), passages dans quelques ateliers parisiens, à Lyon et Grenoble, Myriam apprend, se perfectionne, affine. Et s’affirme. Jusqu’au jour où, alors jeune auto-entrepreneuse, elle rencontre un maître verrier lyonnais, Paul Bunichon : “Nous avons été lié par notre passion, nos valeurs et notre vision de ce savoirfaire.” Myriam sourit : après quatre années à l’unisson, à dessiner les gabarits (à l’échelle 1), découper (avec une roulette en carbure de tungstène !), tailler, graver, souder, parfois peindre, Myriam a donc pris la suite de Paul. Une transmission naturelle, préparée en amont, souhaitée par ces deux passionnés. “Grâce à Paul j’ai gagné en expérience et appréhendé la relation-client ; j’ai découvert la dimension entrepreneuriale, la fonction de chef d’entreprise que je mène désormais de concert avec mon métier de maître-verrier.” Un métier manuel, un savoir-faire séculaire Le verre ? Dans son ateliershowroom au cœur du sixième arrondissement de Lyon, il est partout : en vitrail (une technique à part entière), sous forme de lampes (méthode Tiffany), de plats (fusing), de bijoux (au chalumeau), de bagues. “La pédagogie est une dimension importante à laquelle je m’astreins : beaucoup pensent que le vitrail est réservé aux églises. Il faut donc informer, éduquer.” Myriam s’y attelle : par la parole, surtout par les gestes. Des églises donc, mais aussi des collectivités, des architectes, des particuliers, le maître verrier intervient désormais partout. Myriam aimerait développer son activité avec les architectes d’intérieur, “le vitrail est une technique susceptible d’être mise au service de ce que l’on souhaite, en double vitrage par Parole d’artisane L’année 2020 est à marquer d’une pierre blanche, ou d’un verre mâtiné de jeunesse et d’une once de modernité. Après quatre années au côté de Paul Bunichon, maître verrier et maître artisan d’art, Myriam Boulay est désormais seule pour écrire le prochain chapitre de l’Atelier Vitrail Le Cygne. Une posture à l’image de la matière pour laquelle elle œuvre : solide et transparente… Propos recueillis par Christophe Magnette Après quatre ans de collaboration avec Paul Bunichon, maître artisan d’art, Myriam Boulay a repris la flamme de l’Atelier Vitrail Le Cygne. exemple, sans oublier notre devoir de restauration.” Une technique moderne comme en atteste le miroir art déco réalisé pour la Foire de Lyon, “aujourd’hui, il s’agit du style à la mode, celui qui plaît”, assure-t-elle. Myriam s’approvisionne dans une verrerie ligérienne, à Saint-Just-Saint- Rambert : un viatique qui lui permet de s’exprimer, de véhiculer visions et émotions. Cette jeune femme est une artisane assumée qui “se réjouit d’avoir créé une passerelle entre un savoir-faire ancestral et la transmission aux nouvelles générations”. Myriam Boulay a choisi son destin : la texture et la couleur diffèrent chaque jour. N’est pas maître-verrier qui veut : c’est clair… Contact : Atelier Vitrail Le Cygne Myriam Boulay 23, rue Professeur Weill 69006 Lyon Tél. 04 72 15 93 14 ateliervitraillecygne@gmail.com atelier-galerie-le-cygne.com - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :