Revue de la gendarmerie nationale n°246 jun/jui/aoû 2013
Revue de la gendarmerie nationale n°246 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : 6 €

  • Parution : n°246 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Délégation à l'Information et à la Communication de la Défense

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur la gendarmerie et l'enseignement supérieur... un partenariat naturel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
SOciéTé ACCoMPAGnEMEnT DES PErSonnELS  : unE nouVELLE DoCTrInE D’EMPLoI Pour LES AuMônErIES AuX ArMéES En GEnDArMErIE 30 faut donc suffisamment d’aumôniers, mais pas trop, au risque de décrédibiliser la fonction. Il n’y aurait rien de plus destructeur qu’un aumônier perçu comme un profiteur ou un poids mort. Paradoxalement, il est rare pour une personne, militaire ou non, de se confier à un inconnu. Il faut donc une relation de proximité efficiente. Pour ce faire, l’ensemble des possibilités des statuts militaires doit être mis en œuvre. Si des aumôniers sous statut militaire et à pleintemps sont évidemment l’idéal, les réservistes, qu’ils soient opérationnels ou citoyens, peuvent représenter une alternative tout à fait crédible. Les régions a priori faiblement pourvues en représentants d’un culte, comme les protestants en Basse-normandie ou en Bretagne, apprécieraient certainement grandement de disposer d’un interlocuteur, même si ce dernier n’est là que par intermittence. UnE REpRéSEnTaTiOn HiSTORiQUEMEnT ET nUMéRiQUEMEnT déSéQUiLibRéE Le­culte­catholique­est­logiquement­le­plus représenté,­la­religion­catholique­ayant­été pendant­longtemps­religion­d’État.­En­France­, « fille ainée de l’Église », ­les­premières aumôneries­ont­été­créées­pour­les­catholiques pratiquants.­Ainsi,­en­2012,­les­armées françaises,­la­gendarmerie­et­les­services communs­accueillaient­193­aumôniers catholiques­(prêtres,­diacres­et­laïcs), 56 protestants,­42­musulmans,­36­israélites­et un­aumônier­orthodoxe­(réserviste­de­la­Légion étrangère). Revue­de­la­Gendarmerie­Nationale 2 e trimestre 2013 De plus, la gendarmerie n’est pas une Arme facile à soutenir pour les aumôniers comme pour les autres services. La dispersion des effectifs et leur isolement exigent l’adoption d’une action de fond, de visites régulières des unités qui, parfois, peuvent paraître inutiles mais qui, en pratique, sont les plus efficaces. C’est en effet à un visage familier qui vient vers vous que l’on se confie le mieux. Il y a donc indéniablement un critère de durée et de régularité qu’aucune évaluation ne pourra chiffrer. Cela demande également une implication pleine et entière des aumôniers de tous les cultes. À la différence des autres Armées, la gendarmerie ne possède ni base de défense, ni régiment. La brigade de gendarmerie, le plus petit élément, est un ensemble rassemblant en moyenne une dizaine d’individualités vivant, si ce n’est en autarcie, du moins au sein d’une communauté de fait. Familles et militaires cohabitent ainsi pour le meilleur le plus souvent, mais parfois aussi malheureusement pour le pire, dans des locaux à l’hospitalité variable. Il faut donc visiter ces communautés, brigades, escadrons, états-majors, pour percevoir les contraintes auxquelles sont exposés le personnel et leurs proches. Cela peut paraître inutile mais la chaleur humaine ne doit et ne peut devenir un indicateur de performance. Tout au plus devons-nous rester vigilants à ce qu’il n’y ait pas de gaspillage d’argent public même si les aumôneries ne représentent que l’épaisseur d’un trait dans le budget de la
ACCoMPAGnEMEnT DES PErSonnELS  : unE nouVELLE DoCTrInE D’EMPLoI Pour LES AuMônErIES AuX ArMéES En GEnDArMErIE i Défense. Le commandement a également un rôle primordial à jouer. Il devra tout d’abord s’assurer d’avoir bien identifié les interlocuteurs des différents cultes. Au besoin, il pourra solliciter l’aumônier en chef adjoint gendarmerie afin qu’un aumônier lui soit affecté. Ensuite, l’accueil qui lui sera réservé sera essentiel. En effet, pour ce qui concerne les aumôniers sous statut militaire, ils couvrent le plus souvent plusieurs unités de toutes les Armées. S’il ne s’agit pas d’évoquer un choix, il est évident que le ministre du culte aura une préférence pour desservir le lieu où il sera le mieux accueilli. Personne n’a réellement envie de retourner dans un lieu peu hospitalier. Cette réalité prend d’autant plus de sens lorsqu’il est question des aumôniers de réserve, opérationnels ou citoyens. Ces derniers adhèrent à une démarche particulièrement altruiste et, lorsqu’ils sont enfin affectés, ils arrivent pour la plupart au terme d’un marathon administratif semé d’embûches. Sans parler de dérouler un tapis rouge, il s’agit pour ce commandement de présenter les contraintes et l’organisation locale, d’entretenir une relation de proximité et de faire connaître l’existence et le service mis à disposition par l’aumônier auprès des commandants d’unités subalternes. Des invitations régulières lors des événements marquants de l’unité ainsi que des facilitations accordées pour les déplacements et des directives écrites recommandant de réserver un bon accueil aux aumôniers, paraissent constituer une bonne base de travail. C’est ensuite une relation de confiance qui doit se construire. L’aumônier doit démontrer ce qu’il peut apporter aux personnels en faisant preuve d’initiative et, pourquoi pas, d’audace. Le commandement doit exprimer ses attentes sans pudeur, mais sans exigence excessive non plus. Aucun mode d’emploi ne donne la recette pour une telle alchimie qui est fragile par nature. Àla lumière de ces éléments, il apparaît qu’une nouvelle doctrine d’emploi se profile pour les aumôneries du XXI e siècle. Au-delà des théâtres d’opérations extérieures et des bases de défense, il y a désormais lieu de prendre en compte la spécificité de l’activité et du mode de vie des gendarmes. Les aumôniers peuvent ainsi représenter le lien nécessaire entre le monde gendarmique et le monde civil, une sonnette d’alarme supplémentaire dans un monde moderne où les outils de communication toujours plus sophistiqués ne permettent pas pour autant d’améliorer la compréhension réciproque. Au-delà du fait religieux, que cet article n’a finalement que peu abordé, et au-delà de la Foi qui reste une conception et une aventure personnelles, les aumôniers peuvent et doivent trouver une place au sein de la gendarmerie pour le bien de tous. 2 e trimestre 2013 Revue­de­la­Gendarmerie­Nationale­ SOciéTé 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 1Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 2-3Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 4-5Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 6-7Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 8-9Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 10-11Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 12-13Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 14-15Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 16-17Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 18-19Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 20-21Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 22-23Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 24-25Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 26-27Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 28-29Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 30-31Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 32-33Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 34-35Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 36-37Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 38-39Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 40-41Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 42-43Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 44-45Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 46-47Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 48-49Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 50-51Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 52-53Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 54-55Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 56-57Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 58-59Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 60-61Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 62-63Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 64-65Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 66-67Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 68-69Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 70-71Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 72-73Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 74-75Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 76-77Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 78-79Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 80-81Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 82-83Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 84-85Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 86-87Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 88-89Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 90-91Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 92-93Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 94-95Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 96-97Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 98-99Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 100-101Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 102-103Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 104-105Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 106-107Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 108-109Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 110-111Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 112-113Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 114-115Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 116-117Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 118-119Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 120-121Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 122-123Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 124-125Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 126-127Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 128-129Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 130-131Revue de la gendarmerie nationale numéro 246 jun/jui/aoû 2013 Page 132