Revue de la gendarmerie nationale n°245 mar/avr/mai 2013
Revue de la gendarmerie nationale n°245 mar/avr/mai 2013

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
dossier LA GuYAnE, LABorAToIrE DE LA CoorDInATIon InTErMInISTérIELLE ? 46 est d’ailleurs étroitement liée à la lutte contre l’orpaillage clandestin, en raison des voies maritimes et des embouchures fluviales qu’empruntent une partie des garimpeiros pour pénétrer sur le territoire français. Elle concerne de nombreux domaines d’application comme la police des pêches, la lutte contre l’immigration irrégulière, la lutte contre le trafic de stupéfiants ou la contrebande, la protection du centre spatial ou encore la protection de l’environnement et du littoral. Marins et gendarmes sont ainsi engagés dans les opérations dites « thazard », ponctuellement décidées par le préfet. Au cours des trois dernières années, le recours à des actions de vive force pour arraisonner des embarcations aux équipages récalcitrants a été nécessaire à plusieurs reprises. La pêche illégale, les filières maritimes de l’immigration irrégulière, les vols et braquages d’embarcation le long des fleuves à proximité de la côte, ne déclinent pas. L’action de l’état en mer s’installe dans l’agenda interministériel. Eu égard à l’exploitation imminente de forages pétroliers à 150 kilomètres au large des côtes guyanaises, il n’est pas interdit de penser qu’une impulsion politique comparable à celle donnée à l’opération Harpie puisse un jour favoriser la mise sur pied d’un état-major opérationnel spécifiquement consacré aux actions de l’état en mer. Plus par nécessité que par obligation, la coordination interministérielle s’est donc progressivement immiscée dans presque Revue de la Gendarmerie Nationale 1er trimestre 2013tre 2012 tous les champs d’application de la sécurité intérieure  : prévention et répression de la délinquance, action de l’état en mer, lutte contre l’orpaillage illégal, lutte contre l’immigration irrégulière, protection de l’environnement, sécurité civile, lutte contre l’insécurité routière, etc. La coordination interministérielle, accélérateur de performance Sur les « fronts » de la lutte contre la délinquance et de la lutte contre l’immigration irrégulière, le rythme d’opérations inter-services toujours plus fructueuses et plus sécurisantes pour les personnels s’intensifie. L’opération Harpie a donc ouvert de nouveaux horizons à la coordination opérationnelle de la lutte contre la délinquance. Selon les derniers bilans statistiques, le nombre des agressions à main armée et (8) Au cours des deux dernières années, les faits de délinquance juvénile ont quadruplé à Kourou et dans ses communes limitrophes ; les services sont également confrontés à l’émergence d’un phénomène nouveau de bandes. des cambriolages, ainsi que la proportion de mineurs mis en cause (8), sont en hausse. C’est cependant la médiatisation de faits particulièrement violents et la hausse d’homicides commis en marge de l’orpaillage clandestin qui confortent le sentiment d’insécurité. En Guyane, on tue « souvent pour des motifs futiles, mais la plus grosse masse des homicides est commise en forêt » analyse le procureur de la république à l’aune de la hausse du
(9) 70 au 1er octobre 2012 contre 46 pour l’année 2009. nombre d’homicides (9). Le fort accroissement (+25% entre 2010 et 2011) des violences envers des personnes dépositaires de l’autorité publique est en revanche ce qui retient le plus l’attention. Les forces engagées dans l’opération Harpie ont déjà payé un lourd tribut avec trois morts et une dizaine de militaires ou gendarmes grièvement blessés ces trois dernières années. Près des deux tiers du bilan annuel des cas d’usage de la force (10) de la gendarmerie nationale sont ainsi recensés en Guyane. (10) Moyens non létaux et armes à feu. (11) Sur la façade ouest, le taux de fécondité figure parmi les plus élevés de la planète. Il est estimé à 7,5 enfants par femme dans l’aire du fleuve Maroni. Entre 1999 et 2009, la population a augmenté de 94% dans ce bassin, passant de 31 948 habitants à 61 474 (Insee, 2011). La commune de Saint-Laurent-du-Maroni détient le record du taux de croissance démographique annuel (+ 10,5%). « la population actuellement de 230 000 habitants pourrait doubler d’ici 2030 » (rapport d’information du sénat, Ibid., p7). L’immigration irrégulière est quant à elle associée à une démographie galopante (11), ce qui en fait un vecteur important de la criminalité en Guyane. Environ un tiers des faits de délinquance est commis par des étrangers. Les modalités d’expulsions sont comparables au « tonneau des Danaïdes », car elles incitent le délinquant à un retour aisé et instantané sur le territoire français. La totalité des mesures de reconduite à la frontière s’exécute par un transport sur l’autre rive de l’oyapock ou du Maroni. Il s’agit d’un simple dépôt sans aucune remise aux policiers locaux, ce qui facilite un retour imminent des individus en Guyane avec la première embarcation disponible. Désormais, des opérations inter-services sont donc organisées. Il s’agit de procéder ensemble (gendarmerie, police, douane, polices municipales) à des contrôles d’axes ou de quartiers sensibles, en privilégiant les opérations très ciblées, naturellement selon le partage d’intérêt pour les cibles visées et les zones de compétence concernées. Pour l’heure, la mise en œuvre des synergies opérationnelles inter-services (12) Patrouilles pédestres hebdomadaires regroupant un gendarme, un policier municipal et un médiateur de quartier au contact de la population dans des secteurs sensibles. (13) Le community policing ou police orientée vers la communauté est un concept canadien fondé sur la rupture de l’image d’une police uniquement répressive. Il s’attache à répondre aux attentes spécifiques d’une communauté, à identifier les facteurs déclenchant les phénomènes délinquants et à influer sur eux par le partenariat avec les citoyens et l’analyse critique du service policier. relève essentiellement de l’initiative et de la bonne volonté des décideurs de terrain mais elle se structure progressivement. Des partenariats à vocation préventive ou dissuasive font leur preuve dans les quartiers sensibles depuis 2008 à Saint- Laurent-du-Maroni. un dispositif dit des maraudes (12) a mis fin au caillassage systématique des forces de l’ordre. Proche du community policing (13) anglo-saxon, il contribue à la réappropriation du terrain et à l’écoute de la population dont la tranquillité est perturbée par les trafics en tous genres. Les Patrouilles conjointes de surveillance (PCS), qui mobilisent simultanément gendarmerie, polices municipales, police aux frontières et douane aux points clés 1er trimestre 2013 Revue de la Gendarmerie Nationale dossier LA GuYAnE, LABorAToIrE DE LA CoorDInATIon InTErMInISTérIELLE ? 47 i



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 1Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 2-3Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 4-5Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 6-7Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 8-9Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 10-11Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 12-13Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 14-15Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 16-17Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 18-19Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 20-21Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 22-23Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 24-25Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 26-27Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 28-29Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 30-31Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 32-33Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 34-35Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 36-37Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 38-39Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 40-41Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 42-43Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 44-45Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 46-47Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 48-49Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 50-51Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 52-53Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 54-55Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 56-57Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 58-59Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 60-61Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 62-63Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 64-65Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 66-67Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 68-69Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 70-71Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 72-73Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 74-75Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 76-77Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 78-79Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 80-81Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 82-83Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 84-85Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 86-87Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 88-89Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 90-91Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 92-93Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 94-95Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 96-97Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 98-99Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 100-101Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 102-103Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 104-105Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 106-107Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 108-109Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 110-111Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 112-113Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 114-115Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 116-117Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 118-119Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 120-121Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 122-123Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 124-125Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 126-127Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 128-129Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 130-131Revue de la gendarmerie nationale numéro 245 mar/avr/mai 2013 Page 132