Retro Geek Mag n°8 avr/mai/jun 2013
Retro Geek Mag n°8 avr/mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de avr/mai/jun 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : www.rgmag.fr

  • Format : (166 x 235) mm

  • Nombre de pages : 66

  • Taille du fichier PDF : 42 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le monde de la trad'.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
-• -• r r• r 1 rir.• r*, r•-•r.•-•, -•-•.- « r ri Tales of Phantasia sur Super Nes deviendra donc disponible et compréhensible en 2001. Il faudra remercier Final Translation et Terminus Trad pour cela. RGMag : De quelle manière travaillaient les équipes à l'époque ? J'ai entendu, que par le passé, il ne fallait pas faire de traduction doublon d'un même jeu, comment les teams choi- - 7 TiDragon : Du point de vue technique, peu de choses ont changé, dans l'absolu. Ce sont surtout les outils qui ont évolué, permettant ainsi d'accélérer le processus de ROMhack et de l'améliorer. En termes d'organisation, tout était cloisonné au sein des équipes. Bien sûr, l'entraide existait mais, compte tenu du contexte qui donnait à la traduction de ROMs un aspect "nouveauté" et une valeur ajoutée indéniable à bon nombre de jeux, en traduire un connu qui plus est, permettait de récolter des lauriers, d'obtenir de la reconnaissance, de se sentir exister, si j'ose dire. C'était une compétition permanente. Du coup, les groupes essayaient de fédérer de nombreux contributeurs, surtout s'ils se révélaient talentueux. L'histoire des doublons n'est pas tout à fait une légende. Le cas de Final Fantasy VI en est un exemple flagrant : 5 patchs. Si je me souviens bien, Card Master (fondateur de Terminus Traduction) avait assez vite proposé aux groupes que, lorsque l'un d'entre eux propose un projet (c'est-à-dire qu'il l'annonce officiellement sur son site avec captures d'écran à l'appui), tous les autres ne doivent pas chercher à le doubler. Question de prestige. On a donc vu naître une quantité impressionnante de projets, simplement parce Les moments fats de la tad'Française g- Création de la T.R.A.F. en juillet 1997. - Décembre, première mouture complète du patch de Final Fantasy sur NES. - Wild Ham s'est également occupé de Zelda II — The Adventure of Link sur NES. - En 1997, les premiers patchs (très) partiels concernent Final Fantasy IV Easy Type et Final Fantasy VI. Tout le monde voulait du Final Fantasy, des deux côtés de l'Atlantique. - Juin 1998, le patch complet pour Ys III — Wanderers from Ys sur Super NES, réalisé par Digital Dream Translation. - La première traduction d'un jeu PlayStation, Coolboarder 3, sort en juillet 1999. Il s'agit quand même d'une première tentative réussie sur cette console. - Novembre 1999, Arkana publie un patch pour Phantasy Star III — Generations of Doom sur Mega Drive mais cette production de taille est éclipsée immédiatement après par Terminus Traduction qui sort un patch quasiment terminé pour Chrono Trigger sur Super NES. Ce patch signe à lui seul la renommée du groupe. - Janvier 2000, c'est Final Translation qui sort un patch pour Final Fantasy VI. Ce jeu est d'ailleurs le plus traduit de l'histoire de la scène Fr. - Avril 2000 année, le groupe récidive avec un patch pour Final Fantasy V. - Septembre 2000 le groupe termine sa série Super NES avec un patch pour Final Fantasy IV Easy Type - Octobre 2000, ils publient une traduction de Breath of Fire II sur Super NES. C'est sur cette trilogie, sortie en peu de temps, que le groupe a acquis ses lettres de noblesse. -Juin 2000, après un patch partiel publié en novembre 1999, BessaB sort la première traduction française réalisée à partir de la langue japonaise, Dragon Ball Z — Super Saiya Densetsu sur Super NES. - Une traduction plus discrète est celle de Neutopia sur PC Engine réalisée par Arkana en février 2000 ; c'est la première pour un RPG sur cette console. - On peut aussi relever en novembre 2000, celle de Final Fantasy II sur NES, réalisée par Minh the Mystic Knight et Wild Ham. - En janvier 2001, c'est la très attendue traduction de Tales of Phantasia sur Super NES qui est publiée. Final Translation et Terminus Traduction sortent chacun un patch de leur cru. Les deux équipes ont bénéficié du hack de Dark Force, ROMhackeur de Dejap. - Février 2001 s'ouvre romhack.net, un site comparable à celui de la T.R.A.F. mais dont le but est de sortir un maximum de news courtes concernant les scènes US et Fr. L'aventure s'arrête en avril 2002. - Juin 2001, Terminus Traduction annonce le début du hack de Chrono Cross sur PlayStation. Dans le même temps Final Translation et Génération IX annoncent la traduction de Legend of Mana également sur PlayStation.
- Fin juillet 2001, Terminus Traduction sort un patch quasiment terminé pour Bahamut Lagoon. Il s'agit d'un fait assez exceptionnel quand on sait que la traduction a été réalisée à partir du japonais (la deuxième du genre). - Fin décembre 2001, un patch jouable de Dragon Ouest VI sur Super NES pointe le bout de son nez, peu après le patch US de NoPrgress. Malheureusement, ni NoPrgress (US), ni Psxhackeur (Fr) ne pourront complètement achever le projet. - Octobre 2002, Génération IX publie un patch pour Wonder Project J sur Super NES, un RPG très atypique. Il s'agit d'ailleurs de la plus grosse production de l'année. - 2003, on ne retiendra qu'une seule traduction parue à Noël, et elle est de taille, celle de Parasite Eve sur PlayStation, par RPG-T. Il s'agit du premier RPG (de type Survival Horror) sur la 32 bits de Sony à être traduit, si l'on exclut le patch pour Final Fantasy V sorti quelques mois plus tôt puisqu'il s'agit avant tout d'une adaptation du travail réalisé sur Super NES par Terminus Traduction. - 2004, en dehors de quelques patchs notoires, la palme revient à Terminus Traduction qui, en juillet, sort enfin sa traduction de Chrono Cross sur Play- Station. Bien qu'incomplète, elle est intégralement jouable. La mise à jour finale viendra un an plus tard, en avril 2005, peu avant la version de RPG-T. La T.R.A.F. fait également peau neuve grâce à Hellavec un site codé à partir de quasiment rien. C'est le site qui, à ce jour, a duré le plus longtemps, avec des évolutions très subtiles pour l'utilisateur mais plus nettes côté administrateur. Les images sont devenues importantes (et obligatoires dès que l'on parle de patch), les articles se sont allongés (leur nombre ayant raccourci, le but étant essentiellement de parler des patchs complets et non des états d'avancement), le contenu a atteint un certain degré d'exhaustivité qui n'existait pas avant. L'autre évènement de l'année concerne le calendrier de l'avent de Génération IX. Le principe était le même que le célèbre calendrier offert aux enfants durant les périodes de Noël : un jour = un cadeau. Dans notre cas, chaque jour offrait son patch, sauf le jour de Noël qui en a vu cinq dont celui de Mega Man X 4 sur Play- Station. Un moment particulièrement intense pour le groupe qui n'avait alors pas bouclé tous ses projets lorsque le calendrier a commencé. - 2006, c'est un peu une année noire. Le monde de la traduction découvre qu'on se sert de ses oeuvres gratuitement pour faire de l'argent. Même si le phénomène était connu, on pensait qu'il était marginal mais avec le développement de plateformes d'enchères et de l'internet, cette pratique est devenue commune. Ce problème n'est pas résolu à l'heure actuelle (et ne le sera probablement jamais). La seule traduction notable est certainement celle de SD Saint Seiya Paradise sur Game Boy, réalisée par un indépendant du nom de Nicko. - Juin 2007, PSP Traductions sort un patch pour Tales of Eternia sur PlayStation Portable, le hack ayant à l'origine été réalisé par Orphis (Final Translation) pour la version PlayStation. qu'on voulait se les réserver. La plupart du temps, les sujets d'achoppement concernait forcément les RPGs - ceux de SquareSoft et Enix en tête - qui offraient une superbe vitrine aux groupes de traduction. Aujourd'hui, les projets sont moins souvent annoncés et, lorsqu'ils le sont, c'est parce que les équipes en charge ont énormémentncé dessus. R• tendu une nou le foi le monde de la trad'n'a pas toujours été soudé. Notamment Terminus Trad qui a cherhé à faire cavalier seul. Peux-tu revenir sur TiDragon : Je ai pas vraiment vu de l'intérieur les conflits opposant Terminus au reste de la scène. Je suis arrivé un peu après le gros de l'orage (mais bien avant sa fin, que l'on peut situer aux alentours de 2004). Internet a également peu de souvenirs de cette époque et seuls quelques anciens comme Skeud, Jes ou Meradrin seraient capables d'en raconter les tenants et aboutissants. En réalité, cette guerre (si on peut l'appeler ainsi) fut l'oeuvre d'un homme brillant à qui on a beaucoup reproché son arrogance : Copernic. En Février 2002, tous les groupes de la scène Fr, à l'exception de Terminus Traduction (qui ne viendra que bien plus tard, en mai 2006), se réunissent sur un même site que l'on appellera « les forums communs ». La même année, en août, les comptes de Génération IX, RPG Player et la T.R.A.F. ont été effacé par leur hébergeur (romhack.net) pour suspicion de hack du serveur... 3h de préavis « quand même ». De nombreux sites d'émulation avaient alors fait part de leur indignation. Il faut bien comprendre le contexte singulier de l'époque, dans lequel, le monde francophone était en guerre (plus ou moins) froide perpétuelle depuis 2000 pour des raisons qui, aujourd'hui, feraient sourire tous ceux qui n'ont pas vécu cette période (en particulier parce qu'elle concerne vraiment un microcosme bien particulier). À titre indicatif, romhack.net était la propriété de Copernic, considéré comme le chef de file de Terminus Traduction, groupe longtemps considéré comme trop élitiste et arrogant par le reste de la scène. REFLR op EEKM1101 A SUIVRE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 1Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 2-3Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 4-5Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 6-7Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 8-9Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 10-11Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 12-13Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 14-15Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 16-17Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 18-19Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 20-21Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 22-23Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 24-25Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 26-27Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 28-29Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 30-31Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 32-33Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 34-35Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 36-37Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 38-39Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 40-41Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 42-43Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 44-45Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 46-47Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 48-49Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 50-51Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 52-53Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 54-55Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 56-57Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 58-59Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 60-61Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 62-63Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 64-65Retro Geek Mag numéro 8 avr/mai/jun 2013 Page 66