Retro Geek Mag n°7 nov-déc 12/jan 2013
Retro Geek Mag n°7 nov-déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de nov-déc 12/jan 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : www.rgmag.fr

  • Format : (166 x 235) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 11,1 Mo

  • Dans ce numéro : Locomalito, un développeur indépendant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
ICTI1E TIME LITTLE, LIMITES ET MITEWS LATI3 est le fer de lance du système de combat de FF7. Vous disposez d'une jauge se remplissant automatiquement. Lorsque cette dernière est chargée vous pourrez attaquer. Cela semble simple mais les différents malus ou bonus que vous pourrez engranger rendront cela bien plus tactique que vous ne pouvez l'imaginer. Ajoutez à cela des limites qui ne sont autres que des coups spéciaux propres à chaque protagoniste. Ces dernières évolueront avec votre héros et laisseront place à d'agréables mises en scène. Les matérias, ces sphères cristallisés dans du IVIako, recèlent les pouvoirs magiques, de soutiens, d'invocations, de bonus ainsi que de commandes. Elles devront'être incrustées dans votre arme et armure. Vous devrez jongler entre les différents emplacements de libres sur celles-ci car il existe des slotJ doubles et simples. Les combinaisons des différentes matérias, pour peu de le comprendre, vous permettront de créer des attaques incroyablement violentes sans parler des possibilités d'upgrades ou de soutiens, ce système est complexe, passionnant et ne sera jamais égalé. Vous l'aurez compris, le système de combat de cet épisode de Final Fantasy o d'énormes possibilités. Clad 41 : arret Tgra. Tu yeux que le eaccompeole « r C'est ça. Tu rIçoles. 40213134 _LU 41 ! (■1 122, 11.14 -.124 notamment du Ma ko. Quand on sait que ce dernier anime toutes formes de vie dans ce monde, on comprend pourquoi AVALANCHE est partie en guerre et cherche à protéger coûte que coûte cette pauvre terre. C'est ainsi que votre quête vous mènera à prendre la tête de ce groupe et vous obligera à vous plonger dans les méandres de L'avis de Prout j5:Éci WIPIE Ji Final Fantasy Vil est le chef-d'oeuvre qui résulte de caractéristiques largement reconnues dans la sphère vidéo-ludique. Ce RPG de légende dispose d'un casting percutant sans anicroche, de thèmes musicaux inoubliables et dantesques, d'un système de Materia addictif et d'un scénario bien ficelé. Profitant des nouvelles possibilités technologiques qui s'offraient à lui en son temps, FF7 eu la chance d'être le premier du genre à proposer de tels graphismes pour l'époque. On se souvient tous de l'excitation qu'accompagnait chaque nouvelle cinématique ou de la claque rétinienne suivant toute invocation. Tenant d'une finition parfaite, FF7 ne pouvait qu'être le coup de coeur de millions de joueurs. l'esprit et le passé torturé de Clad. Le scénario est grandiose, prenant et à de nombreuses fois le parallèle avec notre façon de consommer ou vivre nous amènera à réfléchir si tout cela est juste. Le problème de ce jeu, c'est que le temps ne l'a pas épargné. Il s'en sort mieux que beaucoup de titres péri- Le père de Tifa « Ecoute le grand Sephiroth. Si quelque chose se produit... »
Applude une l'US ; Lu là Cc1Jr e 111 : 11.3.1d.Uge (/) t+DliC.he dé narre.r.7,55 ià Jauge r Vous aurez, à de nombreuses reprises des passages offrant de nouvelles possibilités de gameplay, histoire de rompre avec la monotonie dise à cer- ode PS1 mais le côté mièvre de certaines scènes est devenu insupportable, notamment les phases avec Aeris, les Cetras, ce que l'on nous balance au Canyon Cosmos et je ne parle pas non plus des personnages aussi charismatiques qu'une chaise. Aeris (encore elle}, Clad, Tseng en première ligne, détestable à souhait, heureusement que des persos comme Vincent, les Turks ou même Cid sont présents. Ce sera là le seul point noir majeur, malheureusement c'est celui qui rendra ce titre vraiment désagréable à de nombreuses reprises. Pour un soft érig au rang de mythe c'es simplement inacceptable. Final Fantasy sur 64, le coup de poignard de Squaresoft ? Pas vraiment. Ce jeu n'a jamais été prévu sur « l'Ultra 64 » de l'époque contrairement à ce que certains veulent croire. C'était juste une démo technique de Final Fantasy 6 mettant en scène Shadow, Lock et Terra afin de représenter ce que pourrait étre l'avenir du RPG da " futures, sje crois que c'est la pre mies e Sois que je viens au quartier général. - OP" a ShinRa est une organisaion basée à Midgar, elle a normément d'influence et es membres de cette dernière n'hésiteront pas une seule seconde à utiliser la orce pour arriver à leurs fins. FF7 est un grand jeu, ou plutôt était. Le plaisir de revoir les Turks et certains passages de l'aventure, comme le passé de Sephiroth, ou les secrets de Nibelheim, est bien présent mais les trop nombreuses longueurs auront raison des non fanboys du titre. FF 7 a beaucoup apporté et offert mais c'était fin'90, en refaisant le jeu de nos jours on ne peut ètre que déçu par rapport aux excellents souvenirs que l'on avait. Ne vous en faites pas, Shenmue dispose du même problème. Lia z L) LU Lia z cc co z Le côté SD avait son charme autrefois mais de nos jours il fera grincer de nombreuses dents. Les décors pré-calculés quant à eux sauvent l'aspect technique tant la magie de ces lieux opère encore. Notons toutefois que les phases de combat n'ont pas pris une ride et restent un régal pour les yeux. La qualité artistique du titre est exceptionnelle mais pas que. Alors que certaines mises en scène sont incroyables et orchestrées de manière magistrale par Uematsu, d'autres frôleront les clichés indigestes de ces 15 dernières années. Précurseur d'une certaine médiocrité ? Peut-être. De ce côté-là, rien à redire. Les commandes répondent impeccablement que ce soit à pied, à bord de véhicules, dos de Chocobos ou lors des mini-jeux. Les menus sont clairs et sans fioritures. C'est parfait pour ne pas rebuter les débuts des noninitiés à ce style de jeu. - l'univers parfois cyberpunk - l'ambiance sonore - les Turks -Aeris - les trop nombreux passages lourds du scénario 1117



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 1Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 2-3Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 4-5Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 6-7Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 8-9Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 10-11Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 12-13Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 14-15Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 16-17Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 18-19Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 20-21Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 22-23Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 24-25Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 26-27Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 28-29Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 30-31Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 32-33Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 34-35Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 36-37Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 38-39Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 40-41Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 42-43Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 44-45Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 46-47Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 48-49Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 50-51Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 52-53Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 54-55Retro Geek Mag numéro 7 nov-déc 12/jan 2013 Page 56