Retro Geek Mag n°6 jui/aoû/sep 2012
Retro Geek Mag n°6 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : www.rgmag.fr

  • Format : (166 x 235) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : la saga Renegade sur Amstrad CPC.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Support : Playstation Développeur : Konami Editeur : Konami Joueurs : 1 Genre : Fiction iSortie : 1997 Cela fait quasiment 3 ans que la Playstation 32 bits (PS) est sortie quand Castlevania : Symphony of the Night (SOTNj pointe son nez dans l'indifférence générale. Même si certains magazines de l'époque ont repéré le potentiel évident du jeu, les joueurs de l'époque d'alors (dont je faisais partie) sont surtout émerveillés par la puissance de titres phares en 3D, révolution de cette fin de siècle (Resident Evil, WipEout...). L'arrivée d'un énième chapitre d'une saga éculée des années 80, qui plus est en 2D, n'attire pas grand monde. Le concept semble usé jusqu'à la corde d'autant que le dernier Castlevania, Rondo of Blood sur PC- Engine CD-Rom, date de 1993, une petite éternité pour le monde des gamers. Alors que le jeu sort et les critiques sont acerbes : SOTN est un jeu d'un autre temps, même si on sent la maîtrise de Konami, les idées utilisées sont vieillottes. Le jeu s'inspire trop du très bon Super Metroid de la Super NES (1994) et on s'ennuie ferme car ii n'y a plus le stress du chronomètre des fers épisodes. Castlevania est juste devenu un clone de bon jeu. Triste fin. Rideau l Et puis les semaines passent et ceux qui ont pris la peine de donner une chance au jeu se rendent comptent que SOTN a été mal apprécié. La PS1, monstre de puissance (on nous le• "What is a Man ? A miserable pile of secrets l" -Prélude- Dracula à Richter disait assez, merci Sony l), permit le balbutiement de la 3D mais fit accéder les jeux 2D à la qualité arcade. Konami, sans aucune contrainte technique peut donner vie à un Castlevania sans aucune limite, toutes les idées peuvent enfin être développées I Le scénario se veut être la suite directe de l'aventure de Richter Belmont (Rondo of Blood) et vous démarrez SOTN avec ce personnage dans un combat titanesque face à un Dracula
ALUCARD : le héros, son nom est en fait tiré d'un vieux film de 1943 (Son of Dracula). Simplement un anacyclique de Dracula (vous aurez appris quelque chose aujourd'hui). Né d'un amour maudit entre Vlad Dracul et une jeune humaine dont vous apprendrez le destin tragique. Alucard a le charme troublant du goth médiéval tourmenté. Il garde en lui l'empathie humaine de sa mère et s'oppose à la folie de son père. RICHTER BELMONT : A chaque génération le fils ainé des Belmont est promis au destin funeste de porter le fouet magique de ses ancêtres et vaincre le Prince des Ténèbres quand son château réapparait. Mais après son combat en 1792 Richter a disparu... MARIA RENARD : Parente éloignée du clan Belmont et âgée de 17 ans, Maria cherche Richter dans le château. Alucard la croisera à des moments importants du jeu. Personnage jouable dans la version Saturn, elle n'est malheureusement qu'une rencontre sur cette version PS. bestial. Au cours de cet affrontement Richter disparaît dans une dimension parallèle. Malheureusement, 4 ans plus tard le château de Dracula réapparaît mais aucun Belmont ne se pointe à l'horizon...C'est donc Alucard, le propre fils du Prince de la Nuit (oui m'sieurs'cla mes !) mi-humain, mi-vampire, qui décide de prendre les armes pour vaincre la folie meurtrière de son père I Avoir comme avatar un vampire offre beaucoup plus de capacités qu'avec un simple humain. Ainsi Alucard pourra se transformer à volonté (s'il trouve les reliques adéquates) en chauve-souris, en loup et même en brouil-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :