Retro Geek Mag n°6 jui/aoû/sep 2012
Retro Geek Mag n°6 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : www.rgmag.fr

  • Format : (166 x 235) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : la saga Renegade sur Amstrad CPC.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
'1A 1t RE N E Les jeux d'arcade dans les années 80 faisaient rêver les jeunes enfants avides d'aventures pixelisées. Les bornes d'arcade avaleuses de monnaies représentaient à l'époque ce qu'il se faisait de mieux en technologie vidéoludique. Le beat'em ail reste encore aujourd'hui un style appartenant à la famille des jeux Arcade avec des titres comme Double Dragon, Dragon Ninja, Final Fight, Captain Commando, DJ-Boy, Ninja Turtles, The Punisher, Ninja Warrior, ou encore Renegade. Beaucoup de ces jeux furent adaptés sur les machines de l'époque : Atari ST, Amiga, Super Nintendo, Nes, Master System, Commodore 64, Amstrad CPC... La série dont je vais parler fait partie intégrante de ma vie de gosse qui recherchait un bon défouloir sur mon Amstrad CPC, ordinateur magique capable d'afficher 16 couleurs en mode 0. Double Dragon faisait baver de par sa réalisation et ses adaptations connurent un succès auprès des mômes comme moi qui attendaient le roi du Beat'em Ail sur leur machine préférée. Mais avant Double Dragon et sa domination dans la fin des années 80, une autre série me toucha profondément le coeur : REN- EGADE. Ce jeu de baston connut trois épisodes sur l'ordinateur du crocodile le plus cool de la Terre : Renegade, larget Renegade et Renegade III (tout simplement). Je vais donc vous narrer l'histoire d'une série où les loubards n'auraient pas dû, mais alors vraiment pas dû enlever votre copine, tuer votre frère, ou rekidnapper votre meut pour l'emmener dans le futur... Renegade est avant tout un jeu d'arcade édité par Technos au Japon et Taito aux USA en 1986. Il fut adapté en 1987 sur Amstrad CPC. A ce moment de la série, les titres Renegade entrèrent dans la légende de l'ordinateur 8 bits au crocodile. Double Dragon : Où comment deux frères nettoient New-York de la racaille à coup de High Kick
Le premier Renegade se joue seul. Un super méchant a enlevé votre meuf, et notre homme n'est pas content du tout. Alors il prend le métro comme tout bon citoyen pour aller retrouver le méga boss, et lui bourrer le pif. Pas de bol : dans la rame du métro vide, une tripotée de malfrats mal intentionnés entoure notre justicier...1Iva falloir sortir les grands moyens : coups de poing, coups de pied, coups de pied sautés, achèvements au sol et brisages de parties génitales (pas exclusivement de testicules car il y a un niveau avec uniquement des filles à exterminer...). Le jeu est beau (pour un Amstrad CPC) et la jouabilité est parfaite. Il répond parfaitement aux commandes (à un bouton, on est sur Amstrad...) et le premier niveau commence avec un boogie version 8 bits des plus entraînants. Après avoir tatane quelques gars malfaisants, le premier boss arrive. S'en suit alors un lynchage rapide (car ce premier boss est facile), et notre héros peut enfin prendre le métro` Il fonce alors soutirer des informations là où les loubards traînent à coup sûr : un dépôt de voitures. Et là, des hommes avec des casques de hockey sur des motos lui foncent dessus. Heureusement, le coup de pied sauté vient à sa rescousse et permet de ter- Le fameux passage du métro ! Quelque soit le soft, ce lieu sera toujours enclin à de violents affrontements face à de multiples agresseurs. Le lot quotidien de la délinquance dans la vraie vie, quoi ! rasser ces ignobles brigands. S'ensuit alors le combat à mains nues avec les autres vilains et notamment le boss de ce niveau : un homme chauve avec une tresse sur la tête et une barbe de cinq jours. « Baston » Criait le joueur adolescent que j'étais tout en éclatant à coups de joystick le méchant mal rasé. Après une victoire sans soucis, les informations capitales sont soutirées : la grosse Berta, patronne des prostituées de la ville, sait où est ma copine. Notre héros fonce alors dans le quartier chaud, et pour être dans l'originalité, des prostituées avec des fouets l'entourent (comme dans Double Dragon...). Le combat est sans de pitié, même pour les péripatéticiennes noires et bodybuildées comme Conan le barbare. Les sbires réduits à néant, une grosse fille fonce épaule en avant pour déstabiliser notre combattant des rues. Après une destruction dans les règles, elle indique enfin où est le• - r- r-• r- r- r- r- r-rrra - méchant final. En arrivant à la maison du méga boss, des noirs chauves à lunettes noires, en costards bleus et armés de barres de fer agressent directement notre donneur de coup de pied. Pendant ce temps, au loin, ne prenant aucun risque, le méga boss tire avec ce qui est l'unique pistolet du jeu. Ne voulant pas déshonorer son maître d'arts martiaux, le gentil décide de n'utiliser que ses poings contre cet homme armé d'un gun. Et après un combat qui est aussi long que les trois premiers niveaux réunis, l'homme au tube cracheur de feu tombe sous les poings du héros, r i Pourquoi la racaille dispose de plus de matas que le heros ? Le crime doit plus récompensé que le travail noble. RENEGROE 01967 IMAGINE/TAITO 1P 001700 1P1111 HI 120000 1:4O Il I IS 111 Ire" erre eeeeeeeee



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :