Retro Geek Mag n°5 avr/mai/jun 2012
Retro Geek Mag n°5 avr/mai/jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de avr/mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : www.rgmag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 42

  • Taille du fichier PDF : 13,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'arrivée du piratage console en France (2e partie).

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Support : Super Hintendo Développeur : Delphine Software Editeur : U.S. Gold Joueurs : 1 Flashback est un jeu qui démarre sur les chapeaux de roues. En effet, une fois passé le logo du studio français, on se retrouve littéralement catapulté dans une cinématique pleine d'action. On y découvre rapidement celui voué à être le héros de l'histoire en train d'échapper à une poignée d'hommes visiblement décidés à écourter sa vie sans plus attendre. Prenant la fuite sur une moto volante, le héros finira par se faire rattraper et sera mitraillé en plein vol, faisant s'écraser son véhicule en pleine jungle. Désorienté, perdu, seul et amnésique, voilà notre brave quidam catapulté au milieu de nulle part. Ainsi débute une aventure qui va s'avérer riche en rebondissements et mènera l'humble joueur que vous êtes dans une course à l'identité perdue. Genre : Pichon/Plaieformenventure Sortie : 1992 Difficulté : progessive Car c'est bien de cela qu'il s'agit. i (Flashback, The quest for ldentity » vous permet d'incarner Conrad B. Hart, un jeune scientifique amnésique poursuivi par de méchants Miens. Bref, vous avez la mémoire qui flanche et vous ne vous sentez pas très bien. Seul dans cette jungle à l'allure hostile, vous aurez pour unique indice un halo-cube, une sorte d'enregistreur de messages pour scientifiques un peu « nerds » où vous retrouvez un ancien enregistrement de vous-même précisant que vous êtes en danger. Passé cette petite cinématique sympathique, vous vous retrouvez à rechercher un de vos anciens amis à New Washington, nommé lan, qui détient la clé de votre mémoire. Vous l'aurez compris, Flashback va vous entraîner dans un scénario très bien ficelé où chaque nouveau stage vous permettra de remettre en place une pièce de votre puzzle mémoriel.
Premier constat, le jeu est beau. Les niveaux sont graphiquement très soignés et les décors variés. Les différents stages ne sont pas forcément immenses, mais le level design ainsi que Je scénario, propres à chaque stage, vous forceront à effectuer certains allers-retours qui vont rapidement vous faire fouiller les niveaux de fond en comble. Le jeu propose également une difficulté extrêmement bien dosée et qui se veut évolutive. Il possède un challenge varié et les différents niveaux vous embarqueront dans des missions assez différentes. De la récupération de faux papiers en passant par les épreuves du jeu télévisé, ou encore l'infiltration sur Terre, le titre de Delphine Software ne cessera de vous surprendre. Orienté action, et plateforme, Flashback propose une jouabilité variée et précise. En effet, la panoplie de mouvements s'offrant à vous est riche, ce qui vous permettra d'évaluer à travers les niveaux avec aisance. Le gameplay est donc diversifié, L'animation du personnage n'est pas en reste et se révèle extrêmement poussée pour l'époque. En effet, à l'instar d'un Prince of Persia des temps modernes, Conrad saute, court, tire, fait des roulades et va même jusqu'à se prendre des murs et tout ceci avec une animation très réaliste donnant un aspect 1 (vivant » au personnage incarné. mais aussi très précise et vous demandera un timing réglé au poil. Car, même si notre héros se bat contre des extraterrestres, il n'en reste pas moins humain et réagira avec une certaine latence par rapport à vos demandes. Il faudra donc être précis, mais passé ce petit détail, vous parviendrez aisément à évoluer dans les niveaux et à vous débarrasser des parasites qui en veulent un peu trop à votre vie. Les bruitages sont nombreux et très réus- sis, ce qui contribue égaiement à la qualité générale du jeu. Ces derniers sont en effet bien plus que présents que les musiques, qui sont elles assez rares, et participent à l'ambiance solitaire que dégage le titre. Volonté ou non des développeurs, cela apporte un résultat à double tranchant. D'un côté, cela favorise et renforce le côté solitaire de Conrad. De l'autre, elles se veulent répétitives et plombent un peu le résultat global.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :