Repères n°45 avr/mai/jun 2020
Repères n°45 avr/mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de avr/mai/jun 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : comment maîtriser les risques lors du transport des matières radioactives.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
TEMPS FORTS Sciences participatives Embarquez à bord de Cosmic on Air Mieux évaluer l’exposition au rayonnement cosmique à bord d’un avion est à portée de main, grâce au projet de sciences participatives Cosmic on Air. Moyennant l’acquisition d’un capteur des émissions ionisantes à connecter à une application smartphone, tout citoyen peut collecter des mesures de doses et les partager avec la communauté scientifique internationale. Voyager en avion expose au rayonnement cosmique (environ 0,06 mSv pour un Paris-New York). Pour estimer l’exposition individuelle des voyageurs et personnels navigants, des outils de calcul intègrent différents phénomènes cosmiques et magnétosphériques. Certains, telles les éruptions solaires, sont encore mal évalués du fait d’un manque de mesures. Ce dispositif a pour vocation de les combler. « Ces modèles pourront désormais être vérifiés par des mesures en vol », explique François Trompier, expert en dosimétrie. Cosmic on Air s’appuie sur l’infrastructure du projet de sciences participatives OpenRadiation. Il Pour participer  : www.cosmic-on-air.org et www.openradiation.org TRANSPORT DE MATIÈRES RADIOACTIVES 1 500 transports de matières radioactives sont gérés chaque année par l’Échelon opérationnel des transports (EOT) de l’IRSN pour le compte des ministères chargés de la défense et de l’énergie. 400 colis sont suivis chaque année par l’EOT, tout au long du trajet. Retrouvez notre dossier Transport en page 10. Page 4 - Repères N°45 - avril 2020 Sûreté F. Anterion/PhotoPQR/Le Dauphiné/MaxPPP Centrale nucléaire de Cruas Séisme du Teil  : sûreté assurée L e 6 décembre 2019, après avis de l’IRSN, l’Autorité de sûreté nucléaire donnait son accord au redémarrage de deux réacteurs de la centrale de Cruas, arrêtée le 11 novembre dernier après le séisme 1 survenu dans la région du Teil (Ardèche). Quels analyses et contrôles l’IRSN a-t-il menés pour établir son avis ? Bref rappel des faits  : à la suite du séisme, les trois réacteurs en fonctionnement de la centrale de Cruas sont arrêtés le jour même. EDF effectue immédiatement des contrôles sur site à la recherche d’éventuels dommages sur les structures et équipements. Par la suite, EDF définit un plan de contrôle et réalise les investigations. « En cas de séisme, il y a des procédures et des contrôles stricts à mettre en vigueur  : rechercher d’éventuelles fissures, inspecter l’état des installations, etc. » indique Marie-Hélène Bonhomme, experte en génie civil à l’Institut. L’établissement analyse le plan de contrôle et ses justifications, ainsi que les résultats obtenus, afin d’établir son avis sur la possibilité de redémarrer les réacteurs. « Nous avons eu affaire à un séisme modéré, comme nous en avons déjà vu dans la région. Mais cette fois une faille est visible en surface » observe Stéphane Baize, géologue. Une mission scientifique du Groupe d’intervention macrosismique (GIM) pilotée par le BCSF-RéNaSS 1 – à laquelle a participé l’IRSN – est chargée d’établir l’intensité macrosismique du séisme (effets et dégâts). Elle rendra prochainement ses conclusions 2 afin de réexaminer le séisme majoré de sécurité des centrales de Cruas et du Tricastin. 1. La magnitude locale (ML) du séisme a été estimée à 5,2 par le BCSF-RéNaSS (Bureau central sismologique français/Réseau national de surveillance sismique). 2. Le rapport préliminaire en ligne sur www.franceseisme.fr H Le directeur de la centrale de Cruas, Stéphane Brasseur, examine les plots antisismiques sous la centrale, le lendemain du séisme du Teil. Pour en savoir plus  : Avis IRSN  : www.irsn.fr/Avis-2019-263 4 minutes pour comprendre www.irsn.fr/Video-Le-Teil Le séisme s’est produit à faible profondeur, 3 km au plus, jusqu’à rompre la surface. Stéphane Baize, BERSSIN/IRSN
Santé 460 tonnes de plombsont parties en fumée lors de l’incendie de Notre-Dame. L’ingestion est la voie majeure de contamination au plombquand les espaces publics extérieurs sont pollués. Recherche Geoffroy Van Der Hasselt/AFP Biologie cellulaire Ma thèse à l’IRSN 54 c’est le nombre de sujets de thèse proposés en 2020 à l’IRSN. Chaque année, une centaine de doctorants s’active dans les laboratoires de l’Institut, dans une pluralité de disciplines, depuis les sciences du vivant jusqu’au génie civil, en passant par les mathématiques et les sciences de l’ingénieur. Alice Bontemps Karcher vient de soutenir sa thèse en biologie cellulaire au laboratoire de radiotoxicologie et de radiobiologie expérimentale. Elle a choisi l’IRSN pour le sujet proposé 1 et l’opportunité de travailler in vitro et in vivo au sein d’installations de qualité. « Il y a un fort regroupement de compétences, observe-t-elle. Ici, tout est mis en œuvre pour qu’on échange au maximum. » Une associa- Pour en savoir plus  : www.irsn.fr/Theses-2020 www.irsn.fr/these-3min-2019-Bontemps TEMPS FORTS Après l’incendie de Notre-Dame Plomb  : une expertise pour protéger les populations L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019 provoque une importante dissémination de plombalentour. Pour évaluer le risque que représente pour la population la contamination des surfaces publiques extérieures (parcs, trottoirs, aires de jeu etc.) par rapport à d’autres sources d’exposition, l’Anses 1 forme à l’été 2019 un groupe d’expertise collective. François Gensdarmes de l’IRSN y est convié pour son expertise dans la remise en suspension des aérosols. En cas de contamination de l’eau ou du sol, l’action publique est guidée par des valeurs réglementaires. Pour des espaces publics extérieurs où des poussières de plombpeuvent se déposer, de telles valeurs n’existent pas. « Le Pour découvrir les bandes-dessinées illustrant les thèses  : irsn.fr, La recherche. Ici, celle illustrant la thèse d’Alice Bontemps Karcher. tion de doctorants favorise les interactions par des sorties, visites de laboratoires et d’installations. « L’Institut prend soin de ses thésards. Beaucoup de formations sont proposées – sur la rédaction scientifique, le réseau professionnel, la connaissance de l’entreprise – ce qui nous prépare au monde du travail. » Les candidats transmettent au tuteur de la thèse CV et lettre de candidature. La sélection se fait sur dossier et entretien. 1. Étude de la réponse adaptative rénale et des mécanismes sous-jacents après exposition chronique à de faibles concentrations d’uranium ou de fluor. Olivier Legan/Médiathèque IRSN groupe a étudié la manière dont chaque voie de contamination – aérienne, à la peau, par ingestion – contribue au risque global des populations », détaille François Gensdarmes. Principal risque identifié  : l’ingestion par contact main-bouche. Cette voie de contamination concerne surtout les jeunes enfants, particulièrement sensibles à l’intoxication aigüe ou chronique au plomb, le saturnisme 2. L’avis de l’Anses relatif aux conclusions et recommandations des experts est disponible sur son site. 1. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. 2. En France, le seuil légal d’intervention est de 50 microgrammes par litre de sang. Pour en savoir plus  : www.anses.fr > Actualités > Exposition au plombdans les espaces extérieurs Santé Feuille de route cancer Améliorer la prévention, limiter les séquelles et améliorer la qualité de vie des patients, et enfin lutter contre les cancers de mauvais pronostic. Ces trois objectifs sont visés par le nouveau plan décennal contre le cancer. L’Institut national du cancer (INCa) – chargé de concevoir une stratégie – associe l’IRSN à ses réflexions. Fin 2019, les experts des deux instituts se retrouvent pour échanger sur ces problématiques. Premier impératif, dresser un état des lieux des enjeux liés au traitement  : conséquences des radiothérapies, délivrance de la juste dose… Autre priorité, repenser l’évaluation des nouveaux dispositifs ou protocoles de traitement  : couplage d’un appareil d’imagerie par résonance magnétique à un accélérateur linéaire, combinaison de la radiothérapie et de l’immunothérapie, etc. Enfin, la création d’une base de données – visant par exemple à évaluer les traitements de manière systématique et à recourir à des traitements alternatifs – est envisagée. Le nouveau plan décennal sera présenté au ministère de la Santé au premier semestre 2020. Pour en savoir plus  : aurelie.isambert@irsn.fr Page 5 - Repères N°45 - avril 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :