Repères n°45 avr/mai/jun 2020
Repères n°45 avr/mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de avr/mai/jun 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : comment maîtriser les risques lors du transport des matières radioactives.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
EN PRATIQUE Dosimétrie des neutrons  : choix, interprétations, bénéfices Dosimètres adaptés  : différents 41 et complémentaires Enki manipule les châteaux de transport de matières radioactives. Il est exposé à un risque neutrons. Le CR a étudié les rayonnements neutroniques à son poste. Pour optimiser son exposition, il l'équipe d'un dosimètre passif neutrons réglementaire et d'un dosimètre opérationnel neutrons. Les deux mesurent à la fois les photons et les neutrons. 11=11 Ar2U1 11 1/IRRADIATION Réaction Neutrons\'Convertisseurs Plaque en en polyéthylène CR-39 2/TRAITEMENT CHIMIQUE 3/LECTURE Q 11 Traces liées à la présence de neutrons NOM PRÉNOM PÉRIODE Dosimètre (norme ISO 21909) passif neutrons Dosimètre opérationnel neutrons 2 La dose reçue  : connue en temps réel ou en différé Le dosimètre passif cumule les doses, analysées par un laboratoire accrédité en fin de port règlementaire. L'opérationnel affiche la dose en temps réel. En fin de journée/opération, ses données sont enregistrées dans une base de données. Ceci permet au CR d'agir, si nécessaire. Information différée Information en temps réel DOSIMÈTRE PASSIF NEUTRONS  : FONCTIONNEMENT ET LECTURE DES RÉSULTATS Exemple de polymère CR-39  : le poly-allyl diglycol carbonate, PADC. Page 18 - Repères N°45 - avril 2020 1/Lors de l’irradiation, les neutrons sont détectés de manière indirecte  : ils interagissent avec les noyaux d’hydrogène, créant un proton de recul qui laisse une trace latente. 2/Dans le laboratoire de dosimétrie accrédité, le traitement chimique révèle les traces latentes des protons de recul. 3/Le résultat est basé sur la lecture en microscopie de ces traces d’impact. L’accréditation garantit la fiabilité des mesures, mais aussi impartialité et indépendance des résultats. Réglementaire, il fait foi pour tout travailleur exposé au risque. Seuil à 100 pSv, seules les expositions au-delà sont chiffrées. Électronique, réglementaire dès la zone contrôlée, utilisé aussi dans une démarche ALARA*. Seuil (débit et/ou cumul) paramétré par le CR. En cas de dépassement, l'alarme interpelle le travailleur. Ceci contribue à optimiser sa dose quotidienne et diminue le risque. *As Low As Reasonably Achievable DÉCRYPTAGE Pour que la dosimétr d’un travailleur, le dosimètre opération ces différentes dosim complémentarité vis FAQ pour améliorer la radioprotection Q Pourquoi mon suivi passif est inférieur au seuil, alors que la somme de mes doses opérationnelles est de 80 pSv ? R Le suivi réglementaire apparaît comme nul en deçà de 100 pSy. De plus, les réponses en énergies de ces systèmes sont différentes. Ils peuvent chacun sur-ou sous-évaluer. Enfin, le dosimètre opérationnel peut être sensible à son environnement (champs électromagnétiques par exemple). LE RAYONNEMENT NEUTRON Un laboratoire accrédité rend le résultat Gamme d’énergie très étendue  : de 10 -3 à 10 7 eV (10 ordres de grandeur) À une dose absorbée donnée, il produit des effets biologiques plus importants que les rayonnements X et γ. Le degré de nocivité des neutrons dépend de leur énergie. Détectable via particules secondaires Associé à un champ photonique
ie des neutrons assure au mieux le suivi de l’exposition conseiller en radioprotection (CR) peut associer un nel à celui passif réglementaire. Tour d’horizon de étries. Supervisée par la médecine du travail, leur e une prévention optimale. 3 La prévention  : la médecine du travail aussi Jacqueline, médecin du travail, reçoit et analyse les résultats d'Enki, un rôle complémentaire à celui du CR qui optimise la dose au fur et à mesure, grâce à la dosimétrie opérationnelle. La visite sert à communiquer les résultats, à clarifier ce relevé et à répondre aux questions. Q C'est mon dosimètre passif qui fait foi. Pourquoi ? R Deux exigences garantissent sa bonne mesure  : sa performance (respect de la norme ISO 21909) et la fiabilité des résultats (analyse par un laboratoire accrédité ISO 17025 indépendant) Q Mes deux dosimètres indiquent des doses différentes. Pourquoi ? R Cette différence interpelle souvent. Les principes de détection sont différents. Cela induit des réponses en énergie très variables d'un dispositif à l'autre. L’ÉVOLUTION DE LA NORME Les dosimètres passifs à neutrons sont soumis à la norme ISO 21909. Celle-ci (publication de 2005) a été révisée depuis 2012. Avec ISO 21909-1:2015, les critères et les exigences sont devenus plus stricts pour améliorer la dosimétrie au poste de travail. Cette norme est divisée en deux parties. La première fournit les tests de performances et critères associés proprement dits. La seconde indique une méthodologie pour une qualification au poste de travail. POUR ALLER PLUS LOIN i Bilan 2018 de l’exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France. https://www.irsn.fr//Travailleurs-2018 CONTACT Laboratoire de dosimétrie des rayonnements ionisants. Marie-Anne Chevallier marie-anne.chevallier@irsn.fr AVIS D’EXPERT Marie-Anne Chevallier Experte en dosimétrie des rayonnements ionisants Passifs ou opérationnels, les dosimètres neutrons de finalités différentes sont complémentaires et contribuent à la prévention grâce au suivi optimal de l’exposition des travailleurs. Chaque système a ses forces et ses limites. Pour renforcer la radioprotection, il faut les comprendre et bien les expliquer aux travailleurs exposés. La dose due aux neutrons dépend de leur gamme d’énergie très étendue. Il existe plusieurs types de dosimètres passifs à neutrons. Le dosimètre règlementaire, constitué de polycarbonate (CR-39), a une réponse en équivalent de dose peu dépendante de l’énergie. Il détecte les photons et les neutrons. Il est donc adapté au suivi de l’exposition sans connaissance des énergies des neutrons au poste de travail. Ce modèle est le plus répandu. Le dosimètre passif thermoluminescent à albédo doit être calibré en tenant compte de l’énergie au poste de travail. Il est utilisé pour les postes dont la stabilité des spectres neutroniques permet une telle calibration. Quant au dosimètre opérationnel – également à calibrer en fonction des énergies des neutrons au poste – sa force est d’alerter le travailleur en temps réel du dépassement d’un seuil réglable et déterminé à l’avance. Il l’aide ainsi à gérer son exposition. CONTACT Marie-Anne Chevallier marie-anne.chevallier@irsn.fr 01 58 35 92 41 EN PRATIQUE Chaque dosimétrie a ses forces et ses limites Célia Goumard/Médiathèque IRSN Page 19 - Repères N°45 - avril 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :