Repères n°45 avr/mai/jun 2020
Repères n°45 avr/mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de avr/mai/jun 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : comment maîtriser les risques lors du transport des matières radioactives.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
DOSSIER Jean-Paul Roche, technicien transport au sein de l’Échelon opérationnel des transports (EOT) à l’Institut, suit le trafic en temps réel. Page 10 - Repères N°45 - avril 2020 122 événements « transport » ont été déclarés à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en 2015, soit un événement pour 7 500 colis acheminés. Sophie Brändström/Signatures/Médiathèque IRSN
EN CHIFFRES Le transport de matières radioactives en France LES FLUX ANNUELS DE COLIS Sur un million de colis transportés, plus de trois quarts sont liés à l'industrie et aux utilisations médicales. Limités Forts Les matières radioactives sont principalement transportées par voie terrestre. Industrie Voie terrestre di 55% Médical I., 89% Voie aérienne 31% 1 I f 4% Cycle nucléaire 12% Recherche  : ze 2% Les enjeux de sûreté sont très forts pour une centaine de colis Nombre de colis transportés par an 10 000 1000 100 10 Détecteurs de plombFaibles Produits radiopharmaceutiques Gammagraphe Combustible à base d'uranium enrichi Source  : étude sur les flux de transport 2012, ASN. Combustibles nucléaires usés Poudre de plutonium Très forts Enjeux de sûreté Un colis peu mesurer... de Un colis peut peser... Voie maritime ee 4% Voie ferrée 3% s disparates n poids. 0 Art Presse/ABC Communication/M édia t hèque IRSN/Magazine Repères Inspection de l’IRSN au cours du chargement de matières nucléaires dans un conteneur. DOSSIER Sûreté des colis de transport Évaluer leur robustesse intrinsèque Près d’un million de colis chargés de substances radioactives sont convoyés chaque année en France. Les experts de l’IRSN évaluent leur sûreté en vue de leur agrément pour un transport sur les voies publiques. Une démarche essentielle pour limiter l’exposition de la population et des travailleurs. 1. Dans le cadre du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). Comment la population est-elle protégée lors du transport de matières radioactives ? Comment l’intégrité des colis est-elle assurée ? Autant de questions soulevées lors du débat public organisé le 4 juillet dernier à Rouen (Seine-Maritime) sur le transport des substances radioactives 1. L’IRSN expertise la sûreté des colis les plus radioactifs. « Il faut compter six mois à un an pour un renouvellement d’agrément et jusqu’à cinq ans pour un nouveau modèle », précise Marianne Moutarde, experte en sûreté à l’Institut. Le dossier est confié à un binôme d’ingénieurs aux profils complémentaires, car l’expertise nécessite des savoirs pluridisciplinaires. « Un ingénieur généraliste avec une formation en génie atomique peut être associé à un thermicien », détaille l’experte. Exigences règlementaires et anticipation L’expertise consiste à vérifier des points clés  : « Comment la sûreté est-elle assurée ? La conception du colis estelle suffisante pour garantir le confinement du contenu radioactif, la prévention de la criticité et des dommages causés par la chaleur… ? » Le niveau de protection du colis dépend du niveau de risque de son contenu. La réglementation distingue plusieurs catégories de colis (cf. infographie). L’IRSN expertise les dossiers des colis de type B nécessaires au transport des substances les plus radioactives. En cas d’accident, celles-ci sont susceptibles, de délivrer une dose supérieure à 50 mSv à une personne située, pendant trente minutes, à un mètre de la matière non emballée. Ce seuil est défini par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). « Le colis doit être sûr pour éviter l’exposition de la population et des travailleurs en cas d’accident », déclare Marianne Moutarde. Une matière radioactive mal protégée peut provoquer « un risque d’irradiation, de propagation de particules radioactives Arnaud Bouissou/Terra Page 11 - Repères N°45 - avril 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :