Repères n°26 oct/nov 2015
Repères n°26 oct/nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de oct/nov 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : des profils en mutation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
FAITS & PERSPECTIVES L’équipe de Patricia Dupuy, spécialiste de l’analyse de sûreté des réacteurs, examine la protection des centrales contre de telles agressions (lire glossaire p.6). Elle étudie les effets d’une inondation sur un site – par exemple, le bouchage d’une prise d’eau par des débris charriés par une crue –, les équipements à protéger, les dispositions matérielles, procédures et systèmes d’alerte prévus… « Nous expertisons les dossiers de l’exploitant sur ces sujets. Par exemple, lors des réexamens de sûreté, tous les dix ans, ou après des événements marquants comme celui du Blayais », détaille-t-elle. En 2013, édition du « guide inondations » En 2003, des crues exceptionnelles affectant des installations de Tricastin (Drôme et Vaucluse) ont nécessité une meilleure prise en compte des risques d’inondation. Un groupe de travail piloté par l’IRSN et l’ASN et regroupant des experts du domaine a proposé une révision de la RFS. Ce qui a abouti à l’édition par l’ASN, en avril 2013, d’un Guide inondations, relatif à la protection des installations nucléaires de base contre les inondations externes. Les équipes de l’IRSN AILLEURS 8 I Repères N°26 I Octobre 2015 3 questions à… William Fatoux Chargé de site IRSN de la centrale de Gravelines Quelle est la situation de Gravelines par rapport aux risques d’inondation ? La centrale est située en bordure de la Mer du Nord. À la conception, la plateforme de la centrale a été calée à un niveau supérieur à la cote majorée de sécurité (CMS). En 1979, à la suite de la réévaluation de la CMS, des dispositifs anti-inondation ont été mis en place le long du canal d’amenée. La CMS a été réévaluée en 1997 à un niveau légèrement inférieur et la revue REX Blayais a confirmé cette valeur, applicable à ce jour. À quelles modifications a conduit la démarche REX Blayais ? Il a été décidé d’adopter une marge de 20 cm supplémentaire pour le dimensionnement des protections physiques. Le muret bordant le canal d’amenée a été surélevé. Des protections ajoutées au niveau de l’accès est. D’autres modifications ont-elles été entreprises ? Oui, à la suite de la prise en compte de nouveaux aléas. L’aléa « pluie régulière continue », associé à un niveau de la mer élevé, pourrait conduire à des débordements des stations de relevage du réseau d’égouts. Des modifications ont été réalisées pour permettre le fonctionnement de ces stations quel que soit le niveau de la mer. Les matériels importants pour la sûreté des réacteurs sont dans des locaux étanches. La conduite à tenir par les opérateurs en cas d’inondation externe a été définie dans un document spécifique. ri www Pour en savoir plus La centrale de Sainte Lucie, en Floride La centrale nucléaire de Sainte Lucie, en Floride. D. Ramey Logan examinent comment l’exploitant EDF applique les nouvelles consignes de ce guide. À la suite de l’accident de Fukushima, en 2011, l’ASN a demandé aux exploitants, lors des Évaluations complémentaires de sûreté (ECS), de s’assurer de la robustesse des installations pour des inondations plus extrêmes. Les retours de ces ECS n’ont pas remis en cause les principes édictés dans le guide, mais conduiront à de nouveaux renforcements de la protection des centrales. Rapport sur l’inondation du site du Blayais survenue en 1999 (IPSN, 2000) paru le 17 janvier 2000. www.irsn.fr/blayais99 Rapport sur l’aléa inondation- État de l’art préalable à l’élaboration du guide inondation pour les installations nucléaires, cosigné par 15 établissements publics scientifiques et entreprises. www.irsn.fr/alea-inondation Guide de l’ASN relatif à la protection des installations nucléaires de base contre les inondations externes (ASN, 2013). http://professionnels.asn.fr Le 9 janvier 2014, le réacteur n°1 de la centrale de Sainte Lucie, aux États-Unis, fonctionnait à 100% de sa puissance quand le site a fait face à des pluies exceptionnelles. Ces précipitations ne dépassaient pas les valeurs retenues à la conception des installations, mais le système de drainage des eaux pluviales était dégradé. L’eau a pénétré dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires par deux conduits endommagés. Ces derniers n’étaient pas conçus pour faire face à une inondation. L’inondation a affecté l’ECCS – le système d’injection de sécurité dans le circuit primaire pour refroidir le cœur. Les opérateurs ont évacué l’eau par un système d’exhaure hors du bâtiment sans qu’il y ait de conséquence réelle pour la sûreté. Un examen a révélé quatre autres conduits non équipés de protection, défauts non mis en évidence par l’inspection deux ans auparavant. Des mesures correctives ont été réalisées depuis. Les enseignements de cet épisode complètent ceux de Fukushima dans le cadre de la révision du « Guide d’évaluation contre les inondations externes », menée par la Commission de régulation nucléaire des États-Unis (US.NRC). DR
Des rapports publics plus informatifs et accessibles « Les rapports de l’Institut m’ont permis de bien comprendre les problématiques liées à la sûreté et à l’environnement, dans un contexte réglementaire ardu pour les profanes, explique Dominique Dolisy, ingénieur du génie rural et doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales. J’ai trouvé des informations sur les risques liés au transport radioactif, difficiles à appréhender. Le travail rendu sur ‘le management de la sûreté en arrêt de tranche’est remarquable. Les enjeux des années à venir ont bien été mis en évidence. » Écho similaire de Bernard Zenner, premier adjoint au maire de Cattenom, en Moselle  : « Grâce à ces documents, je me suis informé sur des événements survenus dans le passé dans certaines centrales françaises. Et sur les conclusions émises par l’IRSN à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), sur les analyses de l’exploitant quant aux moyens utilisés pour éviter qu’ils ne se reproduisent. J’ai découvert l’importance du nombre de colis de sources radioactives en milieu hospitalier et la question sensible de leur transport. » Forme et contenu Le témoignage de ces deux membres de la société survient après l’évolution apportée à la forme et au contenu de trois rapports publiés périodiquement par l’IRSN. Le premier porte sur les réacteurs électronucléaires (REP) d’EDF, le deuxième sur les autres installations nucléaires. Le troisième s’intéresse au transport de substances radioactives à usage civil. Ces modifications ont été apportées après un échange avec une quinzaine Aléa du referentlel INTÉRÊT PUBLIC Les rapports édités par l’Institut sur la sûreté et la radioprotection des installations nucléaires sont-ils utiles et accessibles à la société civile ? Après un échange avec des lecteurs, des évolutions ont été apportées sur leur contenu et leur forme. Les séminaires à destination des commissions locales d’information (CLI) aident à la compréhension des sujets de sûreté et de radioprotection. de lecteurs. Les deux premiers documents remaniés portent sur la sûreté du parc EDF et sur le transport. Comment s’est déroulé cet échange ? « Nous avons réuni des membres de commissions locales d’information (CLI) et de secrétariats permanents pour la prévention des pollutions industrielles (SPPPI), pour réfléchir à la façon de rendre les rapports plus lisibles, tout en conservant leur caractère technique », mentionne Véronique Leroyer, chargée de mission « ouverture à la société », responsable de cette réflexion. Les documents ont été discutés au cours d’une réunion au printemps 2014. Une année après, en mars 2015, ils ont été à nouveau présentés aux lecteurs. Aider à la compréhension « Nous avons pris en compte l’avis de nos lecteurs, précise Laurence Samier, responsable de l’élaboration desdits rapports. Nous avons décidé Niveau d "aiia auquel iierinen les disposition. 1R5(] de mettre en avant certains faits marquants et de rappeler des informations utiles pour la compréhension des sujets. » Exemple  : la dernière édition du rapport REP présente le fonctionnement d’un réacteur à eau sous pression. « L’IRSN participe à la politique de transparence et d’information du public en éditant ces rapports, souligne Laurence Samier. Il ne s’agit ni de rassurer les gens ni de les affoler. Nous donnons la position de l’Institut sur la sûreté et la radioprotection des installations ou des transports, en aidant à la compréhension des enjeux. » Comme le remarque Bernard Zenner, « ces rapports remplissent leur mission. Ils éclairent les enjeux. Ils constituent une aide dans le dialogue entre la population, les élus, les exploitants des centrales et les hôpitaux. » Octobre 2015 I Repères N°26 I 9 Grégoire Maisonneuve/IRSN



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :